Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Emile Pierre DEVISE

DEVISE Émile (1871-1933) [2118] DEVISE Émile, Pierre, est né à Lemps, canton de Tournon, diocèse de Viviers (Ardèche), le 14 juillet 1871, fils de Romain Devise et de Marie Lubac. Ses qualités exceptionnelles et les signes de vocation sacerdotale qu'il montre dès son enfance font qu'il est envoyé à l'école apostolique de Lons-le-Saunier, dans le Jura, où les Pères Jésuites sont ses éducateurs.
Add this
    DEVISE Émile

    (1871-1933)


    [2118] DEVISE Émile, Pierre, est né à Lemps, canton de Tournon, diocèse de Viviers (Ardèche), le 14 juillet 1871, fils de Romain Devise et de Marie Lubac. Ses qualités exceptionnelles et les signes de vocation sacerdotale qu'il montre dès son enfance font qu'il est envoyé à l'école apostolique de Lons-le-Saunier, dans le Jura, où les Pères Jésuites sont ses éducateurs.

    Entré laïque au Séminaire des Missions Étrangères de Paris le 30 juillet 1890, il y est ordonné prêtre le 1er juillet 1894 et, destiné à la Corée, part de Paris le 29 août, passe par Nagasaki le 16 octobre, arrive à In-chon le 23, puis finalement à Séoul le 25 octobre 1894, à l'époque de la révolte des insurgés Tonghak, et de la guerre sino-japonaise qui s'en suit en Corée et dont ont été victimes le Père Jozeau et bon nombre de chrétiens. Selon le souhait exprimé par Mgr. Mutel, plusieurs missionnaires sont venus chercher refuge à Séoul et s'y trouvent encore quand arrive le jeune Père Devise.

    À l'évêché de Séoul jusqu'en fin janvier 1895, celui-ci étudie quelques rudiments de la langue, puis s'en va au village chrétien de Ha-ou-hyen, à une vingtaine de kilomètres au sud de Séoul. Il y a là 30 familles chrétiennes qui vont l'aider à se perfectionner sur le tas.

    Puis au printemps de 1895, il est chargé de fonder un nouveau poste, détaché de celui de Hap-tok, dans l'arrondissement d'A-san, qui se trouve dans le nord de la province du Choung-chong Sud. Mais le Père Curlier, responsable du district de Hap-tok, est retenu à Séoul par une fièvre typhoïde. Le Père Devise attend son rétablissement et attend jusqu'au 10 juin 1895 que le Père Curlier soit à même de le conduire au village de Kong-sé-ri, qui a été choisi pour être le centre du nouveau poste, où ils arrivent le lendemain. Le Père Curlier laisse le Père Devise à Kong-sé-ri et poursuit la visite de ses chrétientés.

    Un an plus tard, Mgr. Mutel rappelle le Père Devise à Séoul pour remplir les fonctions de procureur de la mission à la suite du Père Coste qui est décédé le 28 janvier 1896. Et pour remplacer le Père Devise, il envoie à Kong-sé-ri le jeune Père Guinand qui est arrivé en Corée en octobre 1895.

    Après avoir passé l'année 1896-1897 à Séoul, le Père Devise peut retourner à Kong-sé-ri, ses \premières amours", et comme il va y rester 33 ans, il va pouvoir établir les plans et les travaux qu'il avait entrevus lors de son premier séjour dans ce village. Ayant réussi à acquérir la colline qu'il convoitait et sur laquelle se trouve un magasin d'État qui ne sert plus, il démolit l'ancien magasin et se met à construire une église et un presbytère avec en outre les dépendances nécessaires. Cependant, ces travaux faits à la hâte ne satisfont pas l'ambition du Père Devise qui, sans tarder, se met à faire des économies en vue de tout refaire en mieux plus tard. Entre-temps, il voit l'étendue de son district se réduire considérablement avec l'établissement d'un nouveau poste, confié au Père Antoine Gombert à An-song, au nord, en 1901, faisant suite à celui qui a été établi à Kong-ju, au sud, et confié au Père Guinand en 1897.

    Après avoir fait des économies pendant plus de 20 ans, le Père Devise, avec le concours d'ouvriers chinois qu'il va diriger lui-même, se met en 1921 à reconstruire le presbytère et une belle église. Et comme l'emplacement dont il dispose est vaste, il y aménage un bosquet et un jardin qui recevront la visite de beaucoup de promeneurs.

    Atteint d'une surdité qui gêne gravement son ministère, le Père Devise demande à être relevé de ses responsabilités de chef de district et, en 1930, devient à Séoul chargé de la gestion des biens immeubles de la mission et de surveiller les nouvelles constructions, notamment l'église de Ponk-sou-dong que bâtit le Père Polly à Su-won, le clocher de l'église de Hyé-hwa-dong près du Petit Séminaire de Séoul, les bâtiments ajoutés à ce Séminaire, la chapelle des religieuses de St Paul de Chartres, près de la cathédrale de Séoul, ainsi que l'aménagement du cimetière de la mission dans le quartier de Yong-san à Séoul, etc.

    Devenu très malade à la fin de 1932, il lui est conseillé d'aller se faire soigner à Shanghai ou à Hongkong, mais le Père Devise demande à rentrer en France. Il reste assez longtemps à l'hôpital, sans grand profit à vrai dire, puis se rend à la station thermale de St Nectaire, dans le Puy-de-Dôme. De là il rentre dans sa famille le 14 juillet 1933 et décède chez son jeune frère à Lemps, le 31 août 1933, d'une tumeur inguérissable qui le fait beaucoup souffrir, mais il garde sa connaissance jusqu'au dernier moment. Inhumé à Lemps, il repose dans le caveau réservé aux curés de cette paroisse.



    Références biographiques


    Références bio-bibliographiques

    AME 1894 p. 196. 1911 p. 211. 277. 1933 p. 236. CR 1894 p. 305. 1896 p. 32. 1899 p. 63. 1900 p. 58. 1903 p. 54. 1908 p. 47. 1909 p. 51. 1910 p. 54. 1911 p. 44. 1913 p. 58. 1916 p. 41. 1919 p. 22. 1922 p. 26. 1923 p. 30. 1928 p. 26. 1933 p. 29. 256. 382. 1936 p. 259. BME 1923 p. 665. 793. 1924 photo p. 481. 1925 p. 230. 1930 p. 565. 1931 p. 55. 136. 282. 667. 668. 1933 p. 44. 119. 366. 525. 685. 769. 1934 p. 15. 262. 1938 p. 826. 1949 p. 399. 575. 1950 p. 55. 1951 p. 753. 1955 p. 34. EC1 N° 34. 35. 36. 46. 267. 273.


    "
    • Numéro : 2118
    • Année : None