Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Alphonse DESROCHES

DESROCHES Alphonse (1922-1989) [3865] DESROCHES Alphonse, Marie. [3865] DESROCHES Alphonse-Marie Missionnaire Hung-Hoa- Kontum- Administration Générale. ----------------
Add this
    DESROCHES Alphonse

    (1922-1989)


    [3865] DESROCHES Alphonse, Marie.

    [3865] DESROCHES Alphonse-Marie

    Missionnaire

    Hung-Hoa- Kontum- Administration Générale.

    ----------------

    Alphonse-Marie DESROCHES naquit le 15 octobre 1922, à Iguerande, diocèse d'Autun, département de la Saône-et-Loire, mais habita à Saint Denis de Cabanne, diocèse de Lyon, département de la Loire. Fils ainé d'une famille de cultivateurs, il fit ses études primaires à Saint Denis de Cabanne, lieu de résidence de ses parents; en 1934, il alla au petit séminaire-collège St. Gildas à Charlieu. et passa avec succès les épreuves du baccalauréat.. En octobre1940, il entra au grand séminaire de Francheville, diocèse de Lyon, où il fit ses études de philosophie.

    En novembre 1942, il fut appelé aux Chantiers de la Jeunesse, puis il dût partir en Allemagne pour le Service du Travail Obligatoire (STO). Il arriva à Berlin en juin 1943, et travailla durement en usine pour le compte de diverses entreprises. Sa santé en fut ébranlée. Il rentra en France en juin 1945.

    Le 26 juin 1945, il adressa sa demande d'admission au séminaire des Missions Etrangères, où il se présenta le 1 octobre 1945. Sous-diacre le 29 juin 1948, diacre le 18 décembre 1948, il fut ordonné prêtre le 29 mai 1949, et reçut sa destination pour le vicariat apostolique de Hung-Hoa. Agrégé à la Société des Missiions Etrangères le 18 septembre 1949, il partit par avion rejoindre sa mission le 26 septembre 1949, en compagnie de M. Viéville destiné à la même mission.

    Le 18 octobre 1949, tous deux arrivèrent à Hanoï. Après une visite rapide des confrères, ils rejoignirent, le 20 novembre 1949, l'orphelinat Ste Thérèse, fondé par M.Seitz, en banlieue de Hanoï; là, Ils commencèrent à étudier et à pratiquer la langue viêtnamienne; grâce à sa constance et à sa ténacité, M.Desroches, arriva à la bien maitriser. Le 12 Avril 1950, il quitta l'orphelinat Ste Thérèse, pour le petit séminaire de Hung-Hoa, où, tout en enseignant le français et en continuant de se perfectionner en langue.viêtnamienne, il dressa des plans d'électrification de la mission.

    De novembre 1950, à juin 1951, M.Desroches résida à Son-Tây; Il y continua ses études de langue; il aimait rendre visite de temps à autre, à M.Pierchon, bâtisseur du centre de Tông, et s'adonner à des réparatiions diverses. Devant Mgr. Mazé, il passa avec succès \son examen de sermon en viêtnamien".

    Le 26 Juin 1951, avec M.Millot, il s'envola pour Son-La, chef-lieu des pays Thaïs, petite chrétienté en fondation dans la Haute Région. Il se familiarisa avec la langue et les coutumes de cette population; il s'occupa de la construction d'une chapelle et d'une école qui compta une centaine d'élèves. M.Guidon fit aussi appel à ses compétences; M.Claudel, à Nghia-Lô, eût recours à lui pour installer une dynamo de 12 volts, en août 1952.

    En novembre 1952, en raison de la chute de Sonla, MM. Schmidt, Millot, Viéville et.Desroches durent quitter la Haute Région pour se replier sur Son-Tây ou Hanoï. M.Desroches alla prêter main-forte aux professeurs du petit séminaire de Tông, à quelques kms de Son-Tây. Il travailla à l'électrification du séminaire, et rendit de nombreux services au plan matériel. En août 1953, il remplaça à Nasan, M.Millot malade, lors de l'évacuation de ce camp retranché.

    Les Accords de Genève du 21 juillet 1954, divisèrent le Viêtnam en deux zônes. Quinze confrères choisirent de rester au Nord-Viêtnam dont M.Desroches qui reprit ses cours au petit séminaire de Tông. En mai 1955, il dût participer à une assemblée réunissant les prêtres et des délégués laïcs de la province de Son-Tây pour étudier les décrets du président Ho sur les religions, la liberté religieuse etc. Puis, il pût continuer son enseignement au séminaire. En octobre 1958, MM. Pierchon, Radelet et Desroches furent obligés de regagner Son-Tây. En mars 1959, M.Desroches dût quitter le Nord Viêtnam, et il arriva en France le 13 avril 1959, accompagné de M. Radelet, également expulsé.

    Le 1 septembre 1959, M. Desroches fut nommé professeur au petit séminaire Théophane Vénard à Beaupréau; le 1 juillet 1960, il en devint le supérieur. Mais, l'effectif des élèves diminuant du fait de l'ouverture de nombreux collèges et lycées dans les départements, et à cause des difficultés qu'il y avait à se conformer aux exigences des programmes officiels, la décision fut prise de femer cette maison. Le 1 septembre 1961, M.Desroches eût mission de faire le lien entre les postulants dispersés dans les divers collèges-petits séminaires des diocèses de France. Le 1 septembre 1962, il devint supérieur de l'école missionnaire de Ménil-Flin, qui pour les mêmes raisons ferma ses portes en juillet 1966.

    M.Desroches se porta alors volontaire pour le diocèse de Kontum. Il quitta la France le 9 février 1967, et fut nommé professeur de latin au foyer-petit séminaire de Kontum, installé à Dalat, dont les élèves suivaient les cours du programme français au Collège d'Adran dirigé par les Frères des Ecoles Chrétiennes. Il assura le service de l'infirmerie, fit les plans et suivit de près la construction de la chapelle du Foyer-Séminaire; il aida M.Moussay pour la construction de son centre culturel Cam à Phan-Rang; le Centre Montagnard du Camly, à Dalat profita aussi de sa compétence au plan matériel. En mars 1975, devant l'avancée rapide des divisions nord-viêtnamiennes, il aida les séminaristes dans leur exode vers Saigon, et le 7 avril 1975 il arriva à la maison régionale mep à Saigon..Après la "libération" de cette ville, il proposa ses services au Foyer séminaire chinois, situé à Phu-Lâm, dans la banlieue de Cholon.et qui comptait une vingtaine d'élèves; mais en juillet 1976, expulsé, il rejoignit la France.

    En 1976, il remplaça le curé de Coutouvre (Loire); en 1977, il fut vicaire pendant un an, à Saint Symphorien de Lay, dans le diocèse de Lyon. Son contrat terminé, il reçut en charge, le 18 septembre 1978, l'économat de la maison de Paris, où il montra sa serviabilité, sa disponibilité, sa compétence dans l'organisation matérielle de la maison, et ses qualités d'accueil. Le 30 août 1983, il fut nommé supérieur de la maison de Lauris, au service des confrères retirés. C'est là qu'il fut terrassé par une crise cardiaque le 17 juillet 1989. Ses obsèques furent célébrées à Lauris, le 19 juillet 1989. Il repose dans le caveau des Missions Etrangères en cette ville.

    Février 1996




    Références bibliographiques

    CR 1949 p. 153. 1951 p. 43. 44. 1952 p. 27. 1953 p. 36. 1955 p. 33 (note). 1958 p. 43. 1960 p. 97. 1961 p. 96. 1962 p. 107. 1966 p. 195. 1968 p. 67. 1969 p. 73. AG80-82 p. 31. 80-83 p. 88. BME 1949 p. 536. 594. 782. 1950 p. 63. 126. 198. 395. photo p. 268. 1951 p. 184. 305. 364. 427. 488. 564. 759. 1952 p. 32. 113. 181. 183. 264. 409. 541. 629. 686. 1953 p. 62. 192. 783. 891. 1954 p. 265. 784. 1053. 1955 p. 91. 1958 p. 987. 1959 p. 553. 889. 1960 p. 732. 1961 p. 773. EPI 1962 p. 945. 1963 p. 9 (art). 730 (biblio). Hir n° 236. R.MEP 1961 n°118 p. 45. 1962 n°124 p. 43. 1964 n°133 p. 1965 n° 142 p. 55. 67. 1966 n°148 p. 44. ISG n° 22. 60. EC1 N° 469. 470. 472. 528. 564. 647. 659. 664. 681. 701. 707. 720. 734. 746. 756. 766. 768. 773. NS. 1P3. 2P51. 5P142. 6P185. 15P15. 16P58. 32/C2. 34/C2. 44P239. 55P249. 67/C2. 73/C2. 85P131. 86P180. 87P219. 89P277. 94P84. 97P182. 98P313. 99P248. 100/C2 p. 271. 112P317. 175/567. 1968 n°5 p. 142. n°6 p. 185. 1969 n°15 p. 15. n°16 p. 58. 112P317. 121P252. 123P313. 124P343. 145P313.

    "
    • Numéro : 3865
    • Année : None