Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

François Félix DEMARCQ

[1762] DEMARCQ François, Félix Missionnaire Cochinchine Occidentale - Saïgon -------------------
Add this

    [1762] DEMARCQ François, Félix

    Missionnaire

    Cochinchine Occidentale - Saïgon

    -------------------

    François, Félix DEMARCQ naquit le 10 juillet 1861 à Arnéguy, non loin de la vallée de Roncevaux, en plein pays basque, diocèse de Bayonne, département des Pyrénées Atlantiques. Il fit ses études primaires à Arnéguy. Un prêtre l'initia aux études secondaires, et le fit rentrer au petit séminaire de Laressore, dans le doyenné d'Ustaritz. M.Daguerre, ancien directeur du Séminaire des Missions Etrangères, avait fondé cet établissement en 1733.

    Le 27 Octobre 1883, M.Demarcq entra laïque au Séminaire des Missions Etrangères. Tonsuré le 20 septembre 1883, minoré le 27 septembre 1885, sous-diacre le 26 septembre 1886, diacre le 5 mars 1887, il fut ordonné prêtre le 24 septembre 1887, et reçut sa destination pour le Vicariat Apostolique de la Cochinchine Occidentale (Saïgon), qu'il partit rejoindre le 16 novembre 1887, en compagnie de trois autres confrères MM.Thévenin, Desseaume, et Narp. Cet envoi de quatre missionnaires à Saïgon s'explique par la raison qu'il fallait fournir du personnel enseignant à l'Institution Taberd dont le nombre des élèves avait doublé sous la direction de M. Mossard.

    M.Demarcq débarqua à Saïgon le 20 décembre 1887, et fut envoyé à Mac-Bac pour étudier la langue viêtnamienne, puis il fut nommé professeur à l'Institution Taberd où il resta jusqu'en janvier 1890. A cette date, en effet, les Frères des Ecoles Chrétiennes reprirent la direction de cet établissement. M.Demarcq retourna alors à Mac-Bac, chez M.Fougerouse, pour compléter son étude de la langue viêtnamienne. Ensuite,Mgr.Colombert lui confia la chrétienté de Tan-Thanh, toute proche et qui comptait environ 600 chrétiens. Installé sans aucun confort, loin de tout marché, mal nourri, il tomba gravement malade.

    En Avril 1893, Mgr. le nomma à Travinh où il trouva des soins et un peu plus de confort. Sa santé s'améliora. Pour fixer ses chrétiens, et en augmenter le nombre, il fit acheter par la Mission, un assez vaste terrain, proche de Travinh, en vue d'y fonder la chrétienté de Tân-hanh. Mais retombé malade, il se résigna, sur l'ordre du médecin français, à rentrer en France où il arriva le 24 août 1895.

    En 1899,il rentra dans sa mission, et fut mis à la tête du district de Tân-An qui comptait environ 1.200 chrétiens .Il prit la succession de M.Benoit. La situation était délicate: chrétiens difficiles à diriger, maisons à refaire, église à rebâtir.On avait construit sur des terrains boueux et mouvants. Pour des raisons de sécurité, il fallut démolir l'église jusqu'à ses fondations. M. Demarcq fit des constructions en bois qui étaient plus légères, et seraient plus durables.

    Il essaya d'implanter à Song-Xoai une douzaine de familles chrétiennes de Ba-Giông, sous la conduite du P.Tu, leur curé. Mais à cause des inondations, cet essai ne réussit pas. Il demanda pour eux une autre concession importante à Kinh-cung où ils s'établirent.

    M.Demarcq fut un homme d'une bonté proverbiale envers ses vicaires, son personnel, ses fidèles, et toute la population de Tân-An où il passa 35 ans. Il s'acquitta fidèlement des devoirs de sa charge, visitant ses chrétientés,instruisant lui-même ses catéchumènes.

    En novembre 1933, au retour d'une visite dans les petites chrétientés de son district, il fut pris d'une sérieuse crise d'asthme. Il alla se faire soigner à l'infirmerie du Séminaire, à Saigon. Les soins du docteur Thuan, son ami, et de la soeur Supérieure n'arrivèrent pas, cette fois-ci, à le sauver. Au bout de quelques jours, il eût le pressentiment de sa fin imminente. Il reçut le sacrement des malades des mains de M.Delagnes, supérieur du Séminaire. Le mardi 5 décembre 1933, il rendit son âme à Dieu.

    Le jeudi 7 décembre 1933,Mgr Dumortier vint célébrer lui-même les funérailles, dans la chapelle du Séminaire, puis la dépouille mortelle de M.Demarcq fut conduite au cimetière du tombeau d'Adran.


    DEMARCQ

    François

    (1861 - 1933)

    [1762]

    Références biographiques
    AME 1934 p. 46. CR 1887 p. 196. 1891 p. 165. 1899 p. 218. 1905 p. 171. 1930 p. 182. 1933 p. 256. 382. 1934 p. 249. EC1 N° 280.



    Août 1994



    Mémorial DEMARCQ François, Félix page


    • Numéro : 1762
    • Année : None