Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Florian jean baptiste DEMANGE

DEMANGE Florian (1875-1938) [2388] DEMANGE Florian, Jean, Baptiste, est né à Saulxures, diocèse de Strasbourg (Bas-Rhin), fils de Florian Jean Baptiste et de Mélanie Victoire Florence, le 25 avril 1875.
Add this
    DEMANGE Florian

    (1875-1938)


    [2388] DEMANGE Florian, Jean, Baptiste, est né à Saulxures, diocèse de Strasbourg (Bas-Rhin), fils de Florian Jean Baptiste et de Mélanie Victoire Florence, le 25 avril 1875.

    Sa famille s'étant établie à Paris, il fréquente l'école des Frères de St Louis d'Antin, puis en 1887 entre au Petit Séminaire St Nicolas du Chardonnet à Paris et obtient d'excellentes notes dans les études en raison de son intelligence remarquable et de son ardeur au travail, mais des notes de conduite très insuffisantes en raison de son caractère vivace et de son tempérament exubérant, si bien qu'il est menacé de renvoi à diverses reprises. Mais un changement complet intervient chez le jeune Florian à partir de sa quatrième. Alors qu'un jour de sortie mensuelle Florian est une fois de plus puni et doit rester à l'école, le préfet de discipline conduit le groupe des consignés à la chapelle du Séminaire des Missions Étrangères pour assister à une cérémonie de départ de nouveaux missionnaires. Profondément remué et s'étant senti appelé lui aussi, le jeune étudiant devient un \homme nouveau" et un modèle pour tous, non seulement en ce qui concerne l'étude, mais aussi en ce qui concerne la conduite. Il passe avec succès la première partie de son bac Lettres en juillet 1893 et entre au Grand Séminaire à Issy en octobre suivant. Séminariste modèle, pieux et travailleur, ouvert et enjoué, il réussit son bac de philosophie universitaire en 1894, puis son bac de philosophie scolastique en juin 1895. Le 7 juin 1895, il reçoit la tonsure.

    Admis aux Missions Étrangères, il entre à Bièvres le 8 septembre 1895 et à Paris l'année suivante. Infirmier durant son séjour au Séminaire de la rue du Bac, il gardera toute sa vie un grand souci pour le soin des malades. Ordonné prêtre le 26 juin 1898, il reçoit sa destination pour la Corée, part de Paris le 3 août 1898 et arrive à Séoul le 8 octobre, ayant débarqué à Chemoulpo, comme certains disaient alors, c'est à dire à In-chon.

    Après avoir étudié les premiers rudiments de la langue coréenne à Séoul, le Père Demange est envoyé à Pusan en avril 1899. Il commence par agrandir sa petite chapelle et par l'aménager de manière à pouvoir garder le Saint-Sacrement. Il se trouve tout heureux d'être à Pusan, poste récemment fondé (en 1890) par le Père Jozeau, mais sa tournée d'automne dans les nombreuses dessertes tourne plutôt mal. Le genre de vie qu'il doit mener et la nourriture qu'il doit absorber au cours de cette tournée sont éprouvantes pour le jeune missionnaire. Le Père Demange ressent un mal d'estomac qui va dégénérer en entérite chronique. Quand il reste à sa résidence de Pusan, malgré ces misères, le Père Demange s'astreint à un régime strict en ce qui concerne l'étude et la prière et travaille joyeusement et vaillamment, tant auprès des chrétiens que des non-chrétiens.

    Mais la fatigue ressentie à la suite d'un labeur opiniâtre et le mal tenace qui l'affaiblit contraignent le Père Demange à prendre à Séoul un repos devenu nécessaire. Mgr. Mutel, vicaire apostolique de Corée, juge prudent de le décharger de son district de Pusan et le nomme professeur au Grand Séminaire de Yong-san, pour succéder au Père Chargeboeuf qui vient d'être rappelé à Paris en 1900. Quand la santé du Père Demange s'améliore, à sa fonction de professeur de latin et de théologie s'ajoute la charge d'économe de l'établissement. Voulant garder le contact avec la vie missionnaire, pendant les vacances il s'en va dans tel ou tel district apporter une aide efficace à l'un ou l'autre confrère.

    En 1906, alors que la presse commence à voir le jour en Corée, Mgr. Mutel, prévoyant tout le bénéfice que ce genre de communication pourra apporter à l'apostolat, demande au Père Demange de fonder un journal catholique en langue coréenne. Ce journal, le Kyung-hyang Shin-mun, est bien accueilli par le public, chrétien et non-chrétien. Le Père Demange dirige la rédaction et la gestion de ce journal hebdomadaire d'une manière judicieuse et énergique jusqu'en 1911. Les pressions exercées par le Japon, qui vient d'annexer la Corée, deviennent si fortes que le journal doit alors cesser de paraître. Mais le supplément du journal, plus spécialement destiné aux lecteurs catholiques, continuera de paraître mensuellement sous le nom de Kyung-hyang Chap-ji et deviendra, bien plus tard, l'organe officiel de la Conférence Épiscopale de Corée.

    En avril 1911, à l'initiative de Mgr. Mutel, vicaire apostolique de Corée, le Saint Siège créé le vicariat apostolique de Taegu, qui recouvre les quatre provinces méridionales de la Corée et la grande île de Chéju. En conséquence, le "vicariat apostolique de Corée" devient le "vicariat apostolique de Séoul". Le Père Demange est nommé évêque titulaire d'Adras et premier vicaire apostolique de Taegu. Sacré à Séoul le 11 juin de cette année, il se rend quelques jours plus tard à Taegu et y trouve une église relativement vaste qui deviendra sa "quasi-cathédrale" et un presbytère qui ont été construits par le Père Robert, qui travaille dans la région depuis 1886, et à qui tout le monde reconnaît le titre de "père de l'Église de Taegu". Mgr. Demange loue, près de la cathédrale, une maison coréenne où il s'installe provisoirement, mais, prévoyant que, l'année suivante, la quinzaine de missionnaires du nouveau vicariat devra se réunir autour de lui pour la retraite annuelle, il entreprend sans plus tarder la construction d'une bâtisse légère qui servira de procure et pourra loger les retraitants. À l'automne 1911, à pieds ou à cheval, il entreprend la première tournée pastorale de son vicariat. Au printemps de 1912, il prêche la première retraite commune des missionnaires, comme il prêchera la plupart des suivantes; il le fera aussi à diverses reprises pour les confrères de Séoul, de Mandchourie ou du Japon.

    À la Pentecôte 1912, Mgr. Demange promulgue un "directoire de la mission de Taegu" et un "règlement des catéchistes", à l'élaboration desquels tous les missionnaires ont activement participé.

    En fin 1913, Mgr. Demange s'installe dans le nouvel évêché qu'il a fait construire à Taegu. Il prêche tous les dimanches à la cathédrale; il fait construire la première tranche des bâtiments du Grand Séminaire et sa chapelle, non loin de l'évêché.

    En 1914, il est mobilisé pour la guerre et s'embarque à Shimonoseki pour la France. Mais à l'escale de Hongkong, il reçoit un télégramme de Tokyo lui enjoignant de revenir en Corée. Et en octobre 1914, il a la joie de voir s'ouvrir son séminaire avec 57 jeunes recrues.

    En 1915, il fait construire un couvent pour les Soeurs de St Paul de Chartres. Cinq religieuses, deux françaises et trois coréennes, y viennent installer un orphelinat, un dispensaire, etc. C'est l'origine de ce qui deviendra, bien plus tard, "la province de Taegu", s'ajoutant à celle de Séoul, des "Religieuses de St Paul de Chartres".

    En 1918, construction d'une réplique de la Grotte de Lourdes, suite à un voeu fait par Mgr. Demange à son arrivée à Taegu en 1911, et agrandissement de l'église cathédrale.

    En 1919, achèvement de la seconde tranche de travaux de construction du Séminaire.

    En 1920, Mgr. Demange se rend en Europe pour la visite ad limina et revient par les USA où il quête pour les besoins du vicariat apostolique.

    En 1921, il se rend à Hongkong pour participer à l'Assemblée Générale des MEP.

    En 1923, il termine la construction d'une maison de campagne pour le repos hebdomadaire des séminaristes.

    En 1925, Mgr. Demange se rend à Rome pour la béatification des Martyrs de Corée.

    En 1926, il érige une nouvelle paroisse aux abords de l'évêché et inaugure la chapelle nouvellement construite au Couvent des Religieuses de St Paul de Chartres.

    En 1928, il érige une troisième paroisse en ville de Taegu, à Pisandong, mais tombe gravement malade et doit se rendre à Shanghai pour se faire soigner; les médecins le font partir en France. Au bout de deux ans de repos complet et de soins, sa tension artérielle redevient normale, sa santé est rétablie, mais il reste soumis à un régime alimentaire strict et contraint de se ménager.

    En 1931, de retour en Corée, Mgr. Demange participe activement au Concil régional de Corée qui, entre autres choses, rédige un catéchisme national et un directoire commun pour tout le pays. D'autre part, en préparation d'une division de son vicariat, il établit un vicariat forain à Chon-ju, dans la partie ouest du vicariat apostolique, avec un prêtre coréen à sa tête.

    En 1936, Mgr. Demange célèbre son jubilé épiscopal et est promu Assistant au Trône Pontifical par le pape Pie XI.

    En 1937, Mgr. Demange a la joie de voir la partie nord-ouest de son vicariat apostolique devenir la préfecture apostolique de Chon-ju avec à sa tête un préfet apostolique coréen, tandis que la partie sud-ouest de son vicariat devient une autre préfecture apostolique, celle de Kwang-ju, confiée aux missionnaires irlandais de St Columban qui y sont depuis 1933.

    À partir de ce moment, la santé de Mgr. Demange décline rapidement. Il fait comme à l'ordinaire sa tournée pastorale d'automne, mais en rentre tout épuisé. Le médecin conseille un retour en France, mais Monseigneur s'y refuse catégoriquement. La maladie progresse visiblement et, en janvier 1938, le Père Mousset, provicaire, lui donne les derniers sacrements qu'il reçoit en pleine connaissance et avec une grande piété. Après avoir réuni dans sa chambre tous les prêtres présents à Taegu et fait ses adieux à chacun d'eux et ses recommandations pour l'avenir, il s'éteint doucement le 9 février 1938 et est inhumé dans le cimetière de l'évêché le 12 février 1938.





    Références bio-bibliographiques

    AME 1898 p. 233. 1911 p. 210. 212. 214. 1912 p. 1. 39. 50. 160. 164. 221. 278. 331. 333. 1913 p. 205. 215. 315. photo p. 164. 1917-18 p. 270. 1919-20 p. 69. 284. 378. 379. 478. 1921 p. 183. 1923 p. 68. 69. 195. 1924 p. 30. 137. 233. 1925 p. 18. 121. 126-129. 202. 1926-27 p. 173. 268. 306. 361. 365. 1928 p. 163. 203. 205. 1929 p. 267. 271. 1930 p. 44. 133. 202. 203. 1931 p. 132. 242-244. 1932 p. 190. 1933 p. 43. 90. 226. 1934 p. 133. 134. 1935 p. 34. 230. 231. 1936 p. 133. 232. 1937 p. 39. 83. 181. 276. 1938 p. 84. 95. 132. 133. 1939 p. 8. 31. 135. 229. 230. CR 1898 p. 272. 1900 p. 54. 62. 1911 p. 5. 39. 40. 49. 1912 p. 9. 11. 54-65. 1913 p. 65-76. 1914 p. 24-32. 1915 p. 38-43. 244. 245. 1916 p. 42. 44-51. 1917 p. 28-32. 191. 1918 p. 18-21. 165. 181. 182. 1919 p. 23-27. 1920 p. 17. 19. 115. 116. 1921 p. 25. 30-33. 38. 1922 p. 30-33. 189. 192. 215-217. 1923 p. 28. 33-37. 203. 1924 p. 27. 30. 1925 p. 27-34. 1926 p. 24-29. 184. 1927 p. 23-29. 172. 1928 p. 28-33. 1929 p. 41-49. 232. 1930 p. 31. 39-50. 244. 255. 1931 p. 4. 33. 37-48. 321. 1932 p. 13. 44-55. 1933 p. 31-39. 1934 p. 27-37. 1935 p. 24-30. 1936 p. 26. 28-34. 1937 p. 27-33. 285. 286. 1938 p. 4. 28. 30. 31. 236. 243. BME 1922 p. 4. 24. 26. 61. 370. photo p. 17. 1923 p. 507. photo p. 463. 1924 p. 322. 386. 451. 797. 1925 p. 230. 376. 427. 443. 496. 771. 784-786. photo p. 616. 1926 p. 44. 179. 191. 246. 373. 626. photo p. 525. 1927 p. 371. 726. 1928 p. 150. 304. 362. 430. 486. photo p. 160. 1929 p. 43. 63. 125. 319. 543. 766. 1930 p. 125. 126. 798. 824. photo p. 748. 1931 p. 58. 137. 363. 509. 654 (cf.1927 p. 688). 666. 829. 830. 1932 p. 282. 527. 532. 927. 930. 1933 p. 192. 280. 527. 848. 1934 p. 335. 408. 487. 488. 568. 622. 855. 856. 1935 p. 498. 499. 793. 871. photo p. 673. 1936 p. 542. 545. 883. 885. photo p. 539. 1937 p. 501. 786. photo p. 509. 1938 p. 120. 175. 241. 243. 282. 499. 1939 p. 262. 1940 p. 332. 1949 p. 371. 1951 p. 746. 1952 p. 752. 1955 p. 140. 1956 p. 900. 988. 989. 1957 p. 459. 460. 753. 756. 788. 790. 792. 861. 1958 p. 172. 1959 p. 261. Articles : 1934 p. 622. 623. EPI 1969 p. 501. 502. EC1 N° 44. 81. 82. 85. 87. 89. 93. 94. 98. 100. 159. 163. 165. 171. 172. 182. 183. 185. 187. 188. 195. 202. 206. 336. 374. EC2 N° 171/440. 172/477.


    "
    • Numéro : 2388
    • Année : None