Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Louis Christian marie DE COOMAN

[2768] De COOMAN Louis, Christian, Marie (Mgr.) Missionnaire - Coadjuteur, Evêque de Thascia-montanensis Tonkin Maritime (Phat-Diem) Premier Vicaire Apostolique de Thanh-Hoa -----------------
Add this
    [2768] De COOMAN Louis, Christian, Marie (Mgr.)

    Missionnaire - Coadjuteur, Evêque de Thascia-montanensis

    Tonkin Maritime (Phat-Diem)

    Premier Vicaire Apostolique de Thanh-Hoa
    -----------------

    Louis, Christian, Marie DE COOMAN naquit le 13 décembre 1881, à Ninove, diocèse de Gand (Gent), province de Flandre Orientale, Belgique. Il était le dernier d'une famille de quatre enfants; l'ainé, Alexandre-Alfred; et le second Albert-Joseph le précédèrent aux Missions Etrangères, mais les trois frères se retrouvèrent dans trois missions voisines, Alfred au Haut-Tonkin (Hung-Hoa), Albert au Tonkin Occidental (Hanoï), Louis au Tonkin Maritime (Phat-Diem). Leur soeur Marie se fit religieuse chez les Dames du Sacré-Coeur et fut missionnaire à Shanghaï.

    Louis fit d'excellentes études classiques chez les Pères Assomptionnistes à Clairmarais, près de Saint-Omer. Le 14 septembre 1898, en même temps que son frère Albert-Joseph, il entra au séminaire des Missions Etrangères, où il parcourut le cycle des études ecclésiastiques. Tonsuré le 22 septembre 1899, minoré le 22 septembre 1900,sous-diacre le 7 mars 1903, diacre le 19 mars 1904, mais trop jeune pour recevoir le sacerdoce, il fut envoyé à Rome comme socius de M.Cazenave, procureur. Ordonné prêtre le 26 juin 1904, il reçut sa destination pour le vicariat apostolique du Tonkin Maritime (Phat-Diem) qu'il partit rejoindre le 3 août 1904, avec 19 compagnons dont M.Rocher envoyé lui aussi à Phat-Diem. Le voyage fut marqué par un accident mécanique en Méditerranée, puis par un naufrage entre Saïgon et Haïphong. Les personnes furent sauvées, mais tous les bagages perdus.

    Après une brève initiation à la langue viêtnamienne, à l'évêché, Mgr. Marcou l'envoya continuer ses études de langue à Tôn-Dao, et y commencer sa formation pastorale, puis, au bout de huit mois, il lui donna le Chau-Laos comme nouvelle destination. M. Louis de Cooman s'installa à Ban-Nghiu. Avec ardeur, il se mit à l'étude de la langue tay, mais au bout d'une année, il fut obligé de partir à Hong-Kong pour refaire sa santé. A son retour, il revint à son poste, mais en 1908, tombé gravement malade, il lui fallut quitter définitivement le Châu-Laos, pour devenir professeur au petit séminaire de Phuc-Nhac où il enseigna de 1908 à 1910. Mgr. Marcou lui confia alors la direction du probatorium qu'il venait de fonder.

    En 1912, s'ouvrit le grand séminaire de Phat-Diem. M. Louis de Cooman en fut le premier supérieur; mais tout en enseignant la théologie dogmatique, il participa à l'administration du vicariat, car, en 1913, Mgr. Marcou le choisit comme provicaire, et vers 1916, le demanda comme coadjuteur. Cette même année, il le désigna aussi comme supérieur des \Amantes de la Croix".

    Nommé évêque de Thascia-Montanensis et coadjuteur de Mgr. Marcou, le 12 juin 1917, après avoir maintenu son refus durant plusieurs mois, Mgr. Louis De Cooman fut sacré à Phat-Diem, le 6 janvier 1918. Il resta supérieur du grand séminaire et y résida jusqu'à Noël 1919, puis il céda la charge à M. Poncet.

    Coadjuteur, associé à l'administration du vicariat, chargé du personnel de la Maison de Dieu, et des catéchistes, Mgr. Louis de Cooman fit les tournées apostoliques dans les provinces de Ninh-Binh, Thanh-Hoa, et dans le Châu-Laos. Il entreprit la réforme des "Amantes de la Croix", leur donnant de nouvelles constitutions avec les voeux canoniques, et assura par lui-même la formation des novices. Il se produisit alors un certain nombre de "faits extraordinaires" qu'il a relaté dans son livre : "Le diable au couvent". Ces "Amantes réformées" prononcèrent leurs premiers voeux, le 8 février 1925.

    En 1928, Mgr de Cooman travailla à l'organisation du premier congrès eucharistique diocésain qui se tint à Phat-Diem à la fin du mois d'avril. Excellent nageur, le 23 juin 1929, à la plage de Ba-Lang, il sauva M.Pellois en passe de se noyer. Le 26 avril 1932, furent décidées à Rome, la division de la mission de Phat-Diem, et par décret du 7 mai 1932, la création du nouveau vicariat de Thanh-Hoa; celui-ci comprenait deux provinces: celle de Thanh-Hoa au Viêtnam, et celle de Sam-nua au Laos; ce nouveau vicariat, à la création duquel il avait travaillé, fut confié à Mgr. Louis de Cooman.par décret du 21 juin 1932. Ces pièces officielles n'arrivèrent à Phat-Diem que le 29 septembre 1932. Mais le 12 septembre 1932, Mgr.de Cooman avait quitté Phat-Diem, pour prendre un mois de vacances à Phuc-Dia, et s'installer ensuite à Thanh-Hoa, centre de la nouvelle mission. Le 31 janvier 1933, il prit officiellement possession de son siège.

    Il confia à M.Barnabé, son procureur, le soin de construire l'évêché et l'école des catéchistes, qu'il bénit à la Toussaint de 1934. Du 15 novembre au 5 décembre 1934, il participa au "concile de Hanoï". Puis, jusqu'en 1939, le travail missionnaire s'effectua sans à coup. Mgr. de Cooman organisa son vicariat, visita paroisses et chrétientés, s'interessa à l'Action Catholique et encouragea vivement le développement chrétien au Châu-Laos. A l'automne 1942, après un temps de probation chez M.Dujon, pour la première fois, un élève Tay du petit séminaire de Huu-Lê, au Chau-Laos, entra au grand séminaire St. Sulpice à Hanoï. Il en eût grande joie. En 1939, Mgr. de Cooman fut fait chevalier du Dragon d'Annam. Les premières années de guerre se passèrent sans de trop grandes difficultés.

    En plus des malheurs de la guerre, des bombardements, une longue et horrible famine s'abattit sur le Tonkin en 1944; survint ensuite le coup de force japonais du 9 mars 1945. A la fin du mois de mai 1945, quatre missionnaires et deux prêtres viêtnamiens, faussement accusés d'avoir empoisonné les puits, furent mis en prison à Thanh-Hoa. M.Francheteau y mourut le 23 juin 1945. Du fait des évènements, les missionnaires furent séquestrés au centre de la mission. Le 1er juin 1945, Mgr. de Cooman, dans l'impossibilité d'exercer sa charge, nomma le Père An vicaire délégué. Après la défaite du Japon, le 15 août 1945, ce fut l'avènement du "Viêtminh". Le 23 septembre 1945, l'agitation atteignit à son paroxysme. Après une grand messe célébrée au stade de Thanh-Hoa, un défilé important composé en majorité de jeunes passa devant l'évêché; cette foule vociférante et menaçante demanda la démission de Mgr. de Cooman. Ce dernier parut devant cette assemblée blama leur attitude indigne et déclara avec fermeté que son autorité venait directement du Pape, et qu'il ne pouvait la remettre qu'à lui seul.

    Le 26 décembre 1946, les autorités "viêtminh" amenèrent en captivité au presbytère de Vinh, treize missionnaires en résidence surveillée à l'évêché. Mgr. de Cooman, de nationalité belge, voulut partir avec ses missionnaires, mais devant les supplications de ses confrères, des pères viêtnamiens et des chrétiens, il consentit à rester à Thanh-Hoa avec M. Alfred Barbier, âgé de 86 ans et aveugle. En 1953, lors des opérations militaires dans la région de Thanh-Hoa, Mgr. fut amené par les viêtminh, au village chrétien de Tho-Xuân à quarante kms de Thanh-Hoa, sur la route de Bai-Thuong. Il ne devait plus jamais revoir sa ville épiscopale. Sorti de la zone viêtminh vers début de mars 1954, il parvint en barque à Phat-Diem, gagna Hanoï, puis arriva à Paris le 24 mars 1954

    Le 11 mai 1955, il repartit pour le Viêtnam; en juin 1955, il se fixa près de Blao, sur les Hauts-Plateaux, dans la mission de Saigon, où étaient ré-implantés beaucoup de prêtres, de religieuses Amantes de la Croix et de chrétiens de Thanh-Hoa réfugiés, suite aux accords de Genève de 1954. Il voulut être leur conseiller et partager leurs épreuves. Mais divers incidents regrettables l'obligèrent à revenir en France, où il arriva le 18 octobre 1956. Le 27 octobre suivant, il se retira à Voreppe, et plus tard à Lauris.

    C'est là que le 6 janvier 1958, il fêta, dans l'intimité, le quarantième anniversaire de sa consécration épiscopale,et qu' il reçut le titre d'Assistant au Trône Pontifical. Le 29 avril 1959, il fut heureux d'apprendre que le P. .Pham-Tan, était nommé son coadjuteur; et le 5 décembre 1960, qu'il devenait son successeur à la tête du diocèse de Thanh-Hoa.

    Durant son long épiscopat, Mgr. de Cooman eût le souci de la formation des prêtres, portant grande attention à l'enseignement et à l'éducation donnés au probatorium et au petit séminaire. Il eût la joie de voir arriver au sacerdoce le P.Thao-Thiên, originaire de Muong-Xôi, premier prêtre Tay, ordonné à Hanoï le 6 juin 1949, et assassiné par ses gardiens, le 2 juin 1954, au camp de concentration de Huoi-Ta-Lang, près de Song-Ma et de voir élevé à l'épiscopat son administrateur délégué Mgr. Pham-Tan, premier évêque viêtnamien de Thanh-Hoa.

    Mgr. de Cooman donna une grande importance à la formation des catéchistes. Pour eux, il bâtit à Thanh-Hoa, l'école St.Jean Baptiste dont il confia la direction à M.Lehmann. La difficile mission du Châu-Laos retint son attention avec son petit séminaire de Huu-Lê. Il consacra beaucoup de temps et de peine à la formation spirituelle des "Amantes de la Croix". Pour elles, en 1935, il construisit un noviciat et une maison-mère, éleva le niveau de leurs études, les encourageant fortement à prendre des diplômes officiels.

    Il se soucia de créer des ressources pour la vie et l'avenir de la mission, mettant grand espoir dans la plantation de café de Phuc-Dia, confiée à M.Delavet. Ce lui fut une grande souffrance de voir tant d'efforts faits pendant une vingtaine d'années, annéantis par les évènements de 1945.

    Sous des dehors un peu froid, et peu expansif, Il était un homme de foi profonde, de doctrine classique, de vie régulière ce qui lui permettait de trouver du temps pour lire, se cultiver, d'exposer et de défendre son point de vue sur "la perfection sacerdotale et la perfection religieuse" dans la revue "Sacerdos Indosinensis". Il vécut pleinement sa devise épiscopale : "Per crucem ad lucem".

    Par discrétion, pour ne pas gêner, il ne disait rien de ses petits ennuis de santé. En Juin 1970, une crise d'urémie se déclara; il fut conduit à l'hôpital d'Avignon où, malgré les soins énergiques et attentifs, il s'éteignit le 7 juin 1970 au matin. Ramené à Lauris, ses obsèques furent présidées par Mgr.Urtasun,archevêque d'Avignon, le 10 Juin 1970. il repose dans le caveau des Missions Etrangères à Lauris.



    Bibliographie

    Mgr. L. de Cooman, "Le Sacerdoce et l'état de perfection",
    Lethielleux 1963
    Mgr. L. de Cooman, "Le diable au couvent" 185 pages
    Nouvelles Editions Latines, Paris.

    Références bibliographiques

    AME 1904 p. 317. 1925 p. 19. 1926-27 p. 382. 1928 p. 150-152. 1930 p. 63. 64. 1931 p. 36. 1932 p. 38. 1933 p. 45. 91. 93. 149. 206. 230. 1935 p. 19-21. 25. 52. 89. 181. 1936 p. 236. 1937 p. 14. 15 + photo. 136. 215. 233. 1939 p. 184. CR 1904 p. 292. 1917 p. 91. 1918 p. 71-73. 75 (sacre). 1919 p. 247. 1920 p. 49-51. 1921 p. 79. 80. 1924 p. 86-88. auteur des années 20,24,25,26,28,30,31 : coadjuteur de Phatdiem). 1925 p. 95-99. 1926 p. 105-109. 1928 p. 106-110. 1930 p. 164-169. 1931 p. 156-162. 178. 310. années suivantes comme vicaire apostolique de Than Hoa : 1933 p. 142-149. 343. 1934 p. 135-142. 1935 p. 134-142. 367. 1936 p. 130-138. 307. 1937 p. 128. 135-143. 1938 p. 137-144. 159. 1939 p. 124-131. 1940 p. 126. 128. 1947 p. 65. 1948 p. 85. 1949 p. 90. 91. 1950 p. 72. 1951 p. 46. 47. 1952 p. 33. 1953 p. 30. 43. 1954 p. 38. 1960 p. 4. 1961 p. 46. 1962 p. 108. 1967 p. 153. 1969 p. 175. BME 1923 photo p. 299. 1926 p. 52. 1929 p. 502. 1930 p. 378. 498. 1931 p. 72. 1932 p. 60. 627. 786. 863. 1933 p. 209. 211. 449. 456. 458. photo p. 602. 1935 p. 56. 60. 280. 441. photo p. 57. 1936 p. 497. 902. 1937 p. 83. 600. 1938 p. 439. photo p. 346. 468. 1939 p. 280. 1941 p. 82. 1948 p. 97. 101. 245. 1949 p. 380. 381. 555. 567. 619. 620 (note). 1950 p. 21. 106. 128. 129. 171 (note). 176. 238. 306. 510. 577. 1954 p. 186. 269. 490-492. 571. 572. 575. 654. 903 (note). photo p. 524. 1955 p. 374. 663. 664. 806. 1022. 1025. 1026. 1030. 1956 p. 176. 1061. 1090. 1958 p. 279. 657. 1959 p. 189. 190. 552. EPI 1962 p. 87. 1963 p. 129. 759 (art). R.MEP 1961 n° 114 p. 4. 5. 1963 n° 125 p. 47. et 129 p. 47. EC1 N° 492. 506. 549. 553. 555. 579. 607. 633. 641. 660. 722. 740. NS. 5P129. 6P189. 191. 33/C2. MEM p. 16.


    Bibliographie

    "Le Sacerdoce et l'état de perfection". Cathielleux, 1963.
    "Le diable au couvent". 185 pages. Nouvelles éd. Latines, Paris.




    "
    • Numéro : 2768
    • Année : None