Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Anatole Joseph DARRAS-DECLEMY

M. ANATOLE DARRAS-DECLEMY (1881-1926) Missionnaire de Pondichéry Anatole Joseph Darras naquit à Ardres, diocèse d'Arras, Pas-de-Calais, le l9 Avril 1881. Après quelques mois de latin auprès du curé d'Ardres, il fut envoyé au Petit Séminaire de N. Dame de Boulogne-sur-Mer, où il resta sept ans. Il fut président de la Congrégation de la Ste Vierge, attachée à ce Petit Séminaire. Anatole garda toujours la dévotion à N. Dame de Boulogne jusqu'à sa mort.
Add this
    M. ANATOLE DARRAS-DECLEMY (1881-1926)
    Missionnaire de Pondichéry


    Anatole Joseph Darras naquit à Ardres, diocèse d'Arras, Pas-de-Calais, le l9 Avril 1881. Après quelques mois de latin auprès du curé d'Ardres, il fut envoyé au Petit Séminaire de N. Dame de Boulogne-sur-Mer, où il resta sept ans. Il fut président de la Congrégation de la Ste Vierge, attachée à ce Petit Séminaire. Anatole garda toujours la dévotion à N. Dame de Boulogne jusqu'à sa mort.
    Se sentant appelé à la vocation missionnaire, il entra laïque au Séminaire des Missions Étrangères le l0 Septembre 1901. Ordonné prêtre le 10 Mars 1907, il partit pour la Mission de Pondichéry le l4 Avril de la même année. Notons qu'il fut ordonné prêtre à Penang, où il termina ses études théologiques au Collège général, tenu par les Pères des Missions Étrangères.
    Aussitôt arrivé en Inde, il fut nommé au Petit Séminaire-Collège de Pondichéry. Il sut se faire aimer de tous les élèves, mais surtout des tout petits. Il ne resta pas très longtemps dans ce Collège, car il fut bientôt frappé d'une phtisie galopante. On lui donna les derniers sacrements. Un jour, on lui donna une potion à boire. C'était un désinfectant répugnant s'il en fut, qu'on mêla à de l'eau de Lourdes. Le malade le vomit aussitôt, et un peu plus tard, on lui donna de nouveau à boire un verre d'eau de Lourdes, en lui conseillant de dire au préalable un Ave Maria et trois fois : Notre Dame de Lourdes, guérissez-moi. Le Père obéit. Et le miracle se produit : ce jeune missionnaire à bout de souffle et condamné par les médecins recouvra toutes ses forces. On l'envoya comme vicaire à la paroisse de Notre Dame de Villenour où il resta trois ans.
    En 1914, ce fut la grande guerre. Il fut mobilisé, fut rappelé en France, et eut la consolation de célébrer la Messe et de communier tous les siens dans la chère église de son village natal. Après la guerre, il revint à Pondichéry et fut nommé dans le district d'Arni. Toutefois, l'administration d'une grande chrétienté effraya son âme craintive, et on l'envoya au Collège de Cuddalore comme maître d'études. Au cours de ses vacances scolaires, il aimait retourner dans les paroisses visiter ses confrères et garder le contact avec les gens. Il voulait être généreux avec tous, malgré sa relative pauvreté. En effet, il ne recevait à peu prés rien en dehors de ses honoraires de Messe et de son viatique, mais il tenait à faire le bien et se dépensa jusqu'au bout pour la Mission.
    Sa santé baissait. Il arriva à Pondichéry le 5 Avril 1926, souffrant de fièvre et respirant avec difficulté. Il fut conduit à l'hôpital de Pondy, où docteurs et les soeurs infirmières de St. Joseph de Cluny lui prodiguèrent tous leurs soins attentifs. Il souffrait d'une congestion pulmonaire, qui s'aggrava, et le matin du l4 Avril, le sang lui vint par les narines, il poussa un grand cri et rendit l'âme à Dieu. Les obsèques furent présidées par le P. Gayet, vicaire général, au milieu d'une grande affluence de confrères et de fidèles Le Père Anatole Darras légua à ses amis de beaux exemples de charité et de dévouement et le souvenir d'une vie missionnaire selon le coeur de Dieu.



    Références biographiques
    AME 1907 p. 380. 1926-27 p. 120. CR 1907 p. 325. 1910 p. 375. 376. 1920 p. 75. 1926 p. 212. BME 1926 p. 467. 1956 p. 486. EC1 N° 106.



    • Numéro : 2930
    • Année : None