Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Bernard DANIS

DANIS Bernard (1909 - 1980)
Add this
    DANIS

    Bernard

    (1909 - 1980)

    [3569] DANIS Bernard, est né à Paris, rue d'Edimbourg, en la paroisse Saint Augustin, le 10 mai 1909. Il fit ses études chez les Pères Jésuites jusqu'à la fin de l'année 1926. L'année scolaire 1926-1927, il la passa à l'école Sainte Geneviève à Versailles. Puis il se prépara à Polytechnique et fut admissible à l'écrit. En fait, il cherchait sa voie. En 1930, il opta pour les Missions Etrangères. Il fit sa demande d'admission le 15 mai 1930, se recommandant d'un bon Père Jésuite. Naturellement, les renseignements utiles furent demandés. Ils furent satisfaisants : jeune homme intelligent, mais on signale aussi une certaine difficulté à se plier à la discipline.

    Admis le 22 mai 1930, il entra à Bièvres le 13 septembre suivant. Il y demeura deux ans. Ensuite, il fit son service militaire dans la marine. Celui-ci terminé, il entra à la rue du Bac en octobre 1933 ; il y poursuivit ses études et fut ordonné prêtre le 5 juillet 1936. Le soir même, selon la coutume, il reçut sa destination pour la Mission de Rangoon, en Birmanie. Le 15 septembre 1936, il s'embarquait pour rejoindre sa Mission de Birmanie.

    Aussitôt arrivé, il fut confié au Père Jacques Rioffreyt, procureur de la Mission, pour se perfectionner en anglais. Au mois d'avril 1937, le Père Allard, en charge de la paroisse chinoise de Rangoon, mourut. C'est alors que cette paroisse fut confiée au Père Danis. Ce sera son seul poste occupé en Mission durant son séjour en Birmanie.

    Cette paroisse chinoise, Sainte Thérèse, était ce que l'on appelle une paroisse \personnelle", c'est-à-dire qu'elle englobait tous les Chinois de la ville de Rangoon et même ceux du delta de l'Irrawaddy. Un point important à signaler : cette paroisse comprenait une école que le Père Danis allait développer avec beaucoup d'ardeur et de succès. Possédant bien la langue anglaise, il réussit à exercer son apostolat sans connaître le chinois. D'ailleurs, quel chinois apprendre ?

    Malgré toutes ces difficultés et son inexpérience, le Père Danis se mit à l'oeuvre de tout coeur et s'employa à développer l'école chinoise qu'il considérait comme un instrument d'apostolat. En 1938, il y avait déjà 351 élèves. En 1939, 25 baptêmes d'adultes sont donnés.

    En 1947, le Père Danis prend quelques mois de congé en France. De retour en 1948, il reprend sa place à la Mission chinoise. Dans les années 50-51, il est fortement aidé par la Légion de Marie. En 1952, il reçoit l'aide d'un jeune prêtre chinois, le Père John Su. De ce fait, le Père Danis peut se consacrer davantage à l'école.

    En 1955, pour le congrès eucharistique, il fut chargé des détails de la préparation matérielle. Vraiment, il fit du bon travail.

    En 1956, il prit un congé en France. De retour, il prit en main de nouveau et la paroisse, et l'école. En 1957, la paroisse comptait environ 1.200 chrétiens. L'école comprenait 828 garçons et 550 filles.

    Mais vers le mois d'octobre 1957, le Père Danis tombe malade, et bien tard, on décela une typhoïde. A partir de ce moment, l'activité du Père fut très diminuée. En 1963, il confie son école aux Frères des Ecoles Chrétiennes. En 1964, il doit céder la place au Père Jeannequin. Le Père Danis demeure cependant sur place.

    En 1966, le Père Jeannequin est expulsé de Birmanie comme beaucoup d'autres missionnaires. La paroisse est alors confiée au Père Chevalier qui en assure le soin jusqu'en 1972. Quant au Père Danis, sa santé laisse vraiment à désirer et sur les conseils du Supérieur régional, le Père Danis revient définitivement en France.

    Il séjourne quelque temps à Paris. Puis, n'obtenant aucune amélioration, le Père se résigne à se retirer à Lauris, en novembre 1974. D'année en année sa santé ne s'améliore pas. Le docteur se posa la question de savoir s'il ne s'agissait pas d'une tumeur au cerveau... Alors, le Père Danis arrive à Montbeton en juillet 1980. Le docteur le dirigea vers l'hôpital de Rangueil à Toulouse, mais le Père meurt subitement, le 7 juillet 1980. Il repose maintenant dans le cimetière de la communauté.

    En résumé, le Père eut une vie vraiment active de 1936 à1957. De cette date jusqu'en 1964, il travailla très au ralenti. C'est bien dommage, car le Père Danis possédait des talents énormes. Oui, il blaguait beaucoup, mais en réalité, il était bien plus sérieux qu'il ne le paraissait. Il aimait ses Chinois. Il était aimé par eux. En fait, le Père était un brave coeur dévoué à sa paroisse et à ses chrétiens.

    Avec ses confrères, il était de même. Naturellement bon, il savait aider discrètement. On aimait vivre avec lui. Il a rendu ainsi des services de tout ordre à tous les jeunes missionnaires venus en Birmanie, à Rangoon.





    Références biographiques
    AME 1936 p. 28 (art.). 239. photo p. 284. 1937 p. 175 (art.). 1938 p. 259 (art.). CR 1936 p. 233. 1938 p. 191. 1939 p. 173. 1948 p. 122. 1949 p. 128. 1950 p. 107. 1951 p. 96. 1952 p. 74. 1957 p. 70. 1958 p. 66. 1960 p. 72. 1961 p. 75. 1962 p. 94. 1963 p. 127. 1967 p. 112. 113. 1982 p. 190. BME 1936 p. 677. 688. 922. 923. 916. 1937 p. 372. photo p. 41. 1939 p. 437. 1941 p. 204. 360. 424. 696. photo p. 48. 1948 p. 118. 1952 p. 117. 637. 693. photo p. 69. 1954 p. 485. 1955 p. 256. 553. 554. 789. 1090. 1956 p. 375. 672. 813. 1957 p. 92. 279. 767. 975. photo p. 842. 1958 p. 79. 1959 p. 739. 983. 1960 p. 1020. 1961 p. 322. 387. 504. 687. EPI 1962 p. 408. R. MEP. N° 138 p. 76. EC1 N° 199. 340. 454. 459. 601. 609. 693. 711. NS. 2P57. 4P120. 121. 20P184. 28P91. 35P280. 37P24. 45P273. 65/C2. 398P213. 144/C3.

    Notice nécrologique
    MEM 1980 p. 43.

    "
    • Numéro : 3569
    • Année : None