Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Auguste Omer amédée DANGY

[ 1215 ] DANGY Auguste, Omer, Amédée Missionnaire Setchoan Oriental - ChungKing ---------------- \ Je suis né à Châtellerault le 4 février 1847, sous le gouvernement de Louis-Philippe. Accueilli avec joie par mes parents, dont j'étais le premier garçon, je fus baptisé le lendemain par mon oncle le vicaire; le grand oncle, archiprêtre, fut mon parrain et me donna son nom d'Auguste", ainsi débute un petit mémorandum rédigé par M.Dangy. "
Add this

    [ 1215 ] DANGY Auguste, Omer, Amédée

    Missionnaire

    Setchoan Oriental - ChungKing

    ----------------

    \ Je suis né à Châtellerault le 4 février 1847, sous le gouvernement de Louis-Philippe. Accueilli avec joie par mes parents, dont j'étais le premier garçon, je fus baptisé le lendemain par mon oncle le vicaire; le grand oncle, archiprêtre, fut mon parrain et me donna son nom d'Auguste", ainsi débute un petit mémorandum rédigé par M.Dangy.

    Lors de la fondation de la manufacture d'armes, son père, originaire des Ardennes vint s'établir à Châtellerault, paroisse St.Jacques le Majeur, diocèse de Poitiers, département de la Vienne. Il se maria avec une jeune fille du pays, dont l'oncle était archiprêtre de Châtellerault et le frère vicaire. Auguste commença ses études primaires chez les Soeurs de la Sagesse, puis à l'école cléricale ouverte par son oncle. En octobre 1858, il entra en cinquième au petit séminaire de Montmorillon. En 1866, il se dirigea vers le grand séminaire de Poitiers. Ordonné pêtre le 13 novembre 1870, il fut nommé vicaire d'abord à Montmorillon, puis à la cathédrale de Poitiers.

    Le 7 octobre 1873, M.Dangy entra au séminaire des Missions Etrangères. Un an après, il reçut sa destination pour le vicariat apostolique du Setchoan Oriental (Chungking) , qu'il partit rejoindre le 29 juillet 1874.

    Après 42 jours de navigation, M. Dangy atteignit Chungking le 3 décembre 1874, non sans quelques ennuis sur le Fleuve Bleu. Accueilli par Mgr. Desflèches, il passa quelques temps à l'évêché, puis, après la retraite des missionnaires, il fut placé à Yun-Tchang, pendant cinq mois, dans une famille chrétienne chinoise, avec un latiniste comme professeur de langue.

    En juillet 1875, il fut envoyé à Tchong-Tcheou. Le territoire confié à ses soins comptait 30 à 40 stations des deux côtés du Fleuve Bleu. La chaleur à Tchong-Tcheou étant étouffante, il se fixa à Tien-Tche, station chrétienne dans la partie montagneuse de son district. En avril 1876, dans la sous-préfecture de Kiang-Pêe, proche de ChungKing, éclata une persécution sanglante; Tchong-Tcheou fut menacé, mais pas inquiété. Là, un soir d'été de 1877, M.Dangy reçut la très brève visite inopinée de Mgr. Desflèches poursuivi par les soldats ayant reçu mission de l'arrêter et de le conduire à Shanghai, les fers aux mains.

    En 1878, M. Dangy partit à Pee-Ko-chou, où, depuis 1876, étaient réunis le petit et le grand séminaire de la mission. Tout en soignant sa santé, il professa en classe de seconde et enseigna la philosophie. En 1880, il assista au synode de Sui-Fu, en qualité de théologien de son évêque.

    De 1881 à 1883, il fut placé à la tête du district de Kiang-tsin fondé vers la fin du XVIIème siècle. En 1883, Mgr. Coupat, nouveau vicaire apostolique, lui confia le district de Ly-tou-pa, chrétienté ouverte vers la fin du XVIIIème siècle, dans la sous-préfecture de Kiu-hien, à six étapes au nord de Chungking. Les persécutions y avaient fait des confesseurs de la foi, et le Bx.Thaddée Lieou, béatifié le 27 mai 1900, y fut étranglé le 30 novembre 1823. Malgré sa taille imposante et sa forte voix qui impressionnaient de prime abord, M.Dangy se concilia vite le respect et l'affection de ses ouailles. Il acheta les terrains nécessaires et bâtit une église vaste, spacieiuse, coquette, dédiée à St. Michel, dont la statue, dit-on, ressemblait fort au curé du lieu. Homme cultivé, amateur de calembours, les confrères des environs aimaient se réunir chez lui.

    En 1892, M.Dangy quitta Ly-tou-pa, et après avoir tenu pendant quelques mois, le poste de Siu-Tin, il devint, à la rentrée de septembre 1893, professeur de latin et supérieur du nouveau petit séminaire de Tien-Tche, situé au milieu des montagnes boisées de Tchong-Tcheou, à quatre jours de barque en aval de Chungking, et à deux lieues et demie du Fleuve Bleu. En 1897, nommé curé de la paroisse du Sacré-Coeur, à Chungking, il s'occupa des chrétiens et des dix mille néophytes traqués que la persécution de 1899 avait chassés de leurs districts de Iun-Tchang, de Ta-Tsiu, de Tong-Ieang et forcés de se réfugier à Chungking. Il aida aussi les étrangers nombreux repliés ou installés en cette ville. La mort rapide de son vicaire, le P.Tchan, en 1899, l'affecta profondément. En 1900, il fonda une "Société de la Charité" pour aider les pauvres et les malades, et lança l'apostolat de la prière.

    En août 1902, M.Dangy succéda à M. Chaudier fatigué, à la tête du grand séminaire, à Cha-pin-pa, près de Chungking. Après un congé de plusieurs mois en France, il rentra à Chungking, le 2 avril 1904, avec une presse à cylindre Marinoni. Il reprit d'une main ferme et douce la direction du grand séminaire qu'il garda jusqu'en 1917. Il se retira alors au petit séminaire de Tien-Tche, dans une demi-retraite. C'est là qu'en novembre 1920, il fêta ses noces d'or sacerdotales.

    En 1922, bien fatigué, il alla se faire soigner à Chungking, puis il accepta la charge d'aumônier du Carmel de Tsen-Kia-Gay, qui venait d'être fondé par celui de Shanghai. Il occupa ce poste jusqu'au jour où, n'en pouvant plus, il se retira à l'évêché de Chungking, occupant son temps à prêcher des retraites.

    Le 29 octobre 1929, il eût la joie de revoir Mgr. Jantzen, absent depuis quelques jours. Le 30 octobre 1929, vers cinq heures et demie du soir, il rendit son âme à Dieu, en présence de son évêque et des confrères de Chungking. Il avait aimé réciter ce verset du Psaume 70,9:" Ne projicias me in tempore senectutis, cum defecerit virtus mea ne derelinquas me.."

    Le 2 novembre 1929, Mgr. Jantzen présida les funérailles du doyen d'âge de la mission, devant une assistance nombreuse. M.Dangy repose à Tsen-Kia-Gay, dans le cimetière des missionnaires.

    Références bibliographiques

    AME 1894 p. 84. 1901 p. 265. 1910 p. 258. 268. 271. 272. 319. 324. 1912 p. 83 (art). 1914 p. 148 (art). 1921 p. 218. 1929 p. 272. CR déc.1874 p. 40 - 1887 p. 75. 77. - 1888 p. 63 - déc1884 p. 51 - 1885 p. 47. 1893 p. 103. 1899 p. 99. 100. 1900 p. 82. 1901 p. 94. 1904 p. 96. 1912 p. 98. 1915 p. 59. 223. 1917 p. 42. 1919 p. 124. 1929 p. 336. 1930 p. 280. 1938 p. 304. BME 1925 p. 45. 1926 p. 495. 763. 1931 p. 41. 1938 p. 536. EC1 N° 185.



    "
    • Numéro : 1215
    • Année : None