Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Louis Etienne DANGELZER

[827]. DANGELZER, Louis-Etienne, né le 25 février 1839 à Obernai (Bas-Rhin), fit ses études classiques dans sa ville natale, et passa au grand séminaire de Strasbourg. Après avoir reçu les ordres mineurs, il se rendit au Séminaire des M.-E. le 18 septembre 1861. Prêtre le 30 mai 1863, il partit le 16 juillet suivant pour la Cochinchine septentrionale. Ses postes furent : le séminaire, puis les paroisses d'An-ninh, Kim-long, Di-loan, et de nouveau Kim-long où il passa la plus grande partie de sa carrière apostolique.
Add this
    [827]. DANGELZER, Louis-Etienne, né le 25 février 1839 à Obernai (Bas-Rhin), fit ses études classiques dans sa ville natale, et passa au grand séminaire de Strasbourg. Après avoir reçu les ordres mineurs, il se rendit au Séminaire des M.-E. le 18 septembre 1861. Prêtre le 30 mai 1863, il partit le 16 juillet suivant pour la Cochinchine septentrionale. Ses postes furent : le séminaire, puis les paroisses d'An-ninh, Kim-long, Di-loan, et de nouveau Kim-long où il passa la plus grande partie de sa carrière apostolique. Nommé provicaire en 1866, il le resta jusqu'à sa mort, par conséquent sous trois évêques.
    Lors des négociations qui eurent lieu à la suite de l'expédition de F. Garnier, 1873, il accompagna Mgr Sohier au Tonkin. Sa vie s'écoula très calme jusqu'à la persécution de 1885. A cette époque, il se réfugia au petit séminaire d'An-ninh, contribua à en organiser la défense qui fut extraordinairement courageuse, et reprit ensuite la direction de la paroisse de Kim-long. Le 11 septembre 1904, un ouragan ayant renversé son presbytère, il fut enseveli sous les décombres, et mourut le même jour des suites de ses blessures. Il fut enterré dans l'église. Il avait été trois fois supérieur intérimaire de la mission ; en 1869-1871, pendant le séjour de Mgr Sohier en Europe pour le concile du Vatican ; en 1876-1877, à la mort de ce même vicaire apostolique ; en 1879-1880, après la mort de Mgr Pontvianne. Il était remarquable par son habileté à diriger les procès, par la promptitude et la justesse de son jugement dans les cas les plus difficiles de la théologie.
    Notes bio-bibliographiques. - C.-R., 1872, p. 19 ; 1875, p. 33 ; 1876, p. 27 ; 1877, p. 62 ; 1879, pp. 46, 78 ; 1880, p. 57 ; 1885, p. 99 ; 1887, p. 153 ; 1890, p. 135 ; 1893, p. 204 ; 1894, p. 222 ; 1895, p. 226 ; 1896, p. 232 ; 1897, pp. 186, 360 ; 1898, p. 178 ; 1900, p. 169.
    A. P. F., xlix, 1877, p. 142 ; lxiii, 1891, p. 23. - A. S.-E., xxiii, 1872, p. 414 ; xxxii, 1881, p. 246. - M. C., ix, 1877, p. 450 ; xviii, 1886, p. 207 ; xxxvi, 1904, pp. 457, 530. - B. O. P., 1893, p. 632 ; 1895, p. 284. - Sem. rel. Laval, 1876-77, p. 97.
    Le Tonk. de 1872 à 1886, pp. 193, 263. - Hist. de l'int. fr. au Tonk., p. 183.
    Notice nécrologique. - C.-R., 1904, p. 406.


    • Numéro : 827
    • Année : None