Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Joseph Jules CUBIZOLLES

[ 1734 ] CUBIZOLLES Joseph, Jules Missionnaire Mandchourie - Mandchourie Septentrionale - Kirin ------------------ Joseph, Jules CUBIZOLLES naquit le 26 décembre 1863, au Moulin Rodier, commune de Saugues, diocèse du Puy-en-Velay, département de la Haute-Loire. Ses études primaires chez les frères de Saugues, terminées, il parcourut le cycle des études secondaires au petit séminaire de la Chartreuse, près du Puy-en Velay..
Add this

    [ 1734 ] CUBIZOLLES Joseph, Jules

    Missionnaire

    Mandchourie - Mandchourie Septentrionale - Kirin

    ------------------

    Joseph, Jules CUBIZOLLES naquit le 26 décembre 1863, au Moulin Rodier, commune de Saugues, diocèse du Puy-en-Velay, département de la Haute-Loire. Ses études primaires chez les frères de Saugues, terminées, il parcourut le cycle des études secondaires au petit séminaire de la Chartreuse, près du Puy-en Velay..

    Le 4 septembre 1882, il entra laïque au séminaire des Missions Etrangères. Tonsuré le 22 septembre 1883, minoré le 20 septembre 1884, sous-diacre le 27 septembre 1885, diacre le 7 mars 1886, ordonné prêtre le 26 septembre 1886, il reçut sa destination pour le vicariat apostolique de la Mandchourie (Moukden) qu'il partit rejoindre le 15 décembre 1886. Il embarqua à Marseille à bord de \L'Océanien".

    Arrivé dans sa mission, pour s'initier à la langue chinoise, M.Cubizolles fut envoyé chez M.Pierre Lalouyer, à Lien-chan, dernière résidence missionnaire sur le rivage occidental du golfe du Leao-tong. En 1889, cette chrétienté principale avec son orphelinat, ses quatre écoles et ses douze stations comptait plus de 700 chrétiens. M.Cubizolles débuta au séminaire de Chaling dont l'effectif, en 1889, était de 35 élèves, sous la direction de M.Laurent Guillon, puis, en 1890, de M. Pierre Lalouyer,

    En 1890, chargé du district de Chaling, il baptisa 45 adultes. En 1892, il organisa une mission paroissiale, et bénit une statue de N.D. des Victoires, patronne de son église. Il développa écoles et catéchuménats. Mgr. Guillon, lors de sa viste pastorale, donna 72 confirmations Dans la ville importante de Leao-yang, une école, et une salle de prédication furent ouvertes. Kou-kia-tsai, chrétienté de son district et résidence de son vicaire, le P. Hia Barthélémy, comptait 290 catéchumènes.

    A propos de la Corée, la Chine déclara la guerre au Japon, le 23 juillet 1894; l'arrivée et le passage des troupes japonaises en Mandchourie ravivèrent les sentiments xénophobes de la population. En août 1894, "plusieurs voix s'élevèrent , écrivait M.Cubizolles, demandant le pillage de ma résidence, et invitant la foule à s'y transporter; c'est vraiment miracle que personne n'ait osé venir," attribuant cette protection à N.D. de Chartres.

    En 1897, M. Cubizolles, depuis quelques mois, à la tête du district de Fa-kou-men, de création récente, ville très considérable, porte de communication entre la province de Moukden et la Mongolie, notait dans son compte-rendu :"J'ai été heureux de voir que là où auparavant, il n'y avait pas un chrétien, nous possédons maintenant des milliers de catéchumènes", malgré l'hostilité des sous-préfets de Kang-ping-sien, Tiei-ling, et Kai-iuen. Peu après, il devint, mais pour peu de temps, supérieur du séminaire de Chaling.

    En 1898, de la division en deux du vicariat apostolique de Mandchourie naquit le vicariat de la Mandchourie Septentrionale; celui-ci comprenant les deux provinces de Ghirin et de Tsi-tsi-kar ou Hei-loung-kiang, fut confié à Mgr. Lalouyer, sacré évêque le 19 décembre 1897, à Siao-pa-kia-tse. M.Cubizolles fit partie de cette nouvelle mission. En 1899, celui-ci fut nommé à Siao-pa-kia-tse, village entièrement chrétien, avec école de garçons, dont l'effectif, en hiver, pouvait atteindre le chiffre de 140 élèves, école de filles, ouvroir et Sainte Enfance, confiés au couvent des "vierges chrétiennes" qui comptait quatorze religieuses.et un noviciat. Tout en dirigeant le collège de la mission, il administra aussi les stations de Ouang-hou-tse-ouo-peung, Touei-long-chan, Long-ouan,Tai-ping-kiao.

    En 1900, les "Boxeurs" se jetèrent sur les provinces de Ghirin de Tsi-tsi-kar et de Moukden. En raison des rumeurs qui circulaient, M.Lecouflet voisin de M.Sandrin se rendit chez ce dernier nouvellement nommé à Se-kia-tse, puis, devant l'imminence du danger, tous deux se retirèrent chez M.Cubizolles à Siao-pa-kia-tse. Mgr. Lalouyer venant de Kirin, accompagné de M.Gérard, les y rejoignit bientôt. Après mûre réflexion, le 11 juillet 1900, ils partirent ensemble, en chariot, pour se réfugier auprès de la colonie russe de Kouan-tcheng-tse qui allait se replier sur Harbin. M.Samoy, procureur, rallia le groupe. De Kouan-tcheng-tse à Harbin, environ 500 lys, il fallut faire le voyage en chariot, les trains ne fonctionnant plus. Arrivés à Harbin, (Karbine), l'autorité russe ordonna l'évacuation, par voie fluviale, des civils et des missionnaires, vers la frontière sibérienne. Mgr. Lalouyer MM.Cubizolles, Samoy, Sandrin, Gérard et Lecouflet trouvèrent une place sur un bâteau, et, par le fleuve Soungari, débarquèrent dans la ville sibérienne de Khabarowska (Habarovsk). De là, envoyés à Vladivostock par les Russes, puis au Japon, ils gagnèrent peu après, la procure de Shanghai, et enfin, la situation étant devenu meilleure, ils retrouvèrent la procure de Ing-Tse, en Mandchourie méridionale.

    .M.Monnier, provicaire de la Mandchourie septentrionale, dans sa lettre datée d'Ing-tse, le 17 novembre 1900, raconte:.." Nous avions dix-huit stations principales; deux seulement restent à peu près intactes. Partout ailleurs, chapelles, écoles et orphelinats ont été pillés, incendiés, ruinés de fond en comble. Un grand nombre de chrétiens ont péri; les survivants sont réduits à se cacher dans les forêts, après avoir perdu tout ce qu'ils possédaient ..L'anarchie règne partout..." MM. Leray, Georjon, Souvignet et le P.Pierre Tchang furent massacrés.

    M.Cubizolles quitta Ing-tse, et arriva à Kouan-tcheng-tse, le 16 janvier 1901; peu après, il rentra à Siao-pa-kia-tse où il rebâtit sa résidence, réleva couvent et noviciat des "Vierges chinoises" du Saint Coeur de Marie, rouvrit ses écoles de garçons et de filles. De ses anciens catéchumènes, pas un ne manquait à l'appel. La situation des stations était bonne; "On ne saurait oublier, écrit-il, que les chrétiens de Touei-loung-chan ont sauvé la vie à M.Bourlès.." Le collège de la mission dont il avait la charge, était florissant avec ses 30 élèves.

    En 1903, il commença la reconstruction de son église brûlée en 1900; en 1905, tout en administrant sa paroisse qui comptait 1880 chrétiens, il bâtit un nouveau collège-petit séminaire où il assura quotidiennement un cours de latin. En mars 1906, il céda son district à M. Gérard, pour mieux se consacrer à la direction du collège-petit séminaire. En octobre 1907, après la retraite des missionnaires, Mgr. Lalouyer bénit la nouvelle église de Siao-pa-kia-tze ainsi que la chapelle et les nouveaux bâtiments du collège-petit séminaire construits par M.Cubizolles.

    En mars 1907, Mgr. Lalouyer confia à ce dernier la chrétienté de la ville de Kirin (Ghirin) et en même temps, la charge du grand séminaire; en mai 1910, il en fit son provicaire. En 1913, à l'est de la ville, à environ une demi-heure de l'évêché, M.Cubizolles construisit le grand séminaire de Kirin, et de 1912 à 1928, la cathédrale de Kirin (Ghirin), d'après les plans dressés par M. Lamasse, de la mission de Moukden. Ouverte au culte en 1923. celle-ci fut bénite le 15 août 1927, par Mgr. Gaspais. Le 22 octobre 1923, Mgr. Constantini, Délégué Apostolique en Chine, bénit la grotte de N.D. de Lourdes que M. Cubizolles avait élevée à la maison de campagne du séminaire, sur le bord du fleuve Soungari. Elle devint centre de pélerinage. Au printemps de 1932, au sommet de la colline qui domine la grotte, M.Cubiizolles fit édifier une chapelle bénite le 11 octobre 1934, par Mgr. Gaspais.

    Vers la fin de 1923, M.Cubizolles partit en congé en France; A la fin d'avril 1925, de retour à Kirin, il remplaça temporairement, à la tête du grand séminaire M.Lacquois, parti malade à Shanghai. Cet établissement comptait, à cette date, 16 élèves. En 1927, il fut nommé supérieur du petit et grand séminaire. Au 1 mars 1931, cet établissement comptait 13 grands séminaristes et 57 élèves au petit séminaire. En 1932, un grand séminariste fut envoyé à Rome pour continuer ses études au Collège de la Propagande. En juillet 1933, pour raison de santé, M.Cubizolles résigna ses fonctions de supérieur, et se retira à l'évêché. En 1934, il donna sa démission de Provicaire, Mgr. Gaspais lui conféra le titre de Provicaire honoraire.

    Le 6 janvier 1935, un crise subite aggrava son état de santé. M. Lemaire, chef du district de Kirin, l'accompagna avec le plus admirable dévouement durant ces 9 mois de maladie. Le 15 octobre 1935 au soir, M. Cubizolles se sentit soudain très fatigué. Le lendemain matin, à 6 heures, il reçut le viatique; une heure plus tard, il rendit son âme à Dieu.

    D'une remarquable activité, grand constructeur, il aimait dire en souriant : "Quand on a travaillé à loger le Bon Dieu ici-bas, on peut bien espérer qu'il vous trouvera un logement là-haut."

    Ses obsèques eurent lieu le samedi 19 octobre 1935. M.Sagard, provicaire les présida, en présence de vingt-sept prêtres. Les chrétiens de Kirin vinrent nombreux rendre hommage à leur ancien curé. Etaient représentés les vicariats apostoliques de Se-ping-kai, Tsi-tsi-kar et Yen-ki. Mgr. Blois représentant la mission de Moukden donna l'absoute, puis le cercueil fut placé sur un bac. suivi de nombreuses barques. Le cortège descendit le fleuve Soungari, jusqu'à la maison de campagne du séminaire; il fit une halte devant la grotte de N.D. de Lourdes, pour chanter un "Salve Regina", selon le désir du défunt. Près de cette grotte et proche de la chapelle, repose M.Cubizolles dans le caveau qu'il avait fait préparer.


    Références bibliographiques

    AME 1900 p. 109. 223. 1901 p. 45. 52. 162. 202. 1905 p. 7. 1906 p. 203 (art). 1907 p. 85. 1911 p. 220 (art). 1914 p. 39 (art). 1926 p. 103. 1935 p. 284. 1938 p. 12. CR 1886 p. 154. 1889 p. 12. 1890 p. 7. 1892 p. 12. 1893 p. 13. 1894 p. 6. 11. 12. 1895 p. 25. 351. 352. 1897 p. 15. 1898 p. 16. 17. 1899 p. 75. 79. 80. 129. 381. 1900 p. 70. 75. 396. 1901 p. 79. 84. 1902 p. 89. 90. 1903 p. 65. 68. 69. 415. 1904 p. 72. 73. 1905 p. 52. 53. 1906 p. 67. 75. 1908 p. 58. 61. 334. 1909 p. 77. 1910 p. 72. 1911 p. 68. 69. 347. 1912 p. 79. 80. 82. 1913 p. 96. 1915 p. 52. 1919 p. 29. 1920 p. 20. 22. 1923 p. 50. 51. 1924 p. 36. 37. 39. 40. 1925 p. 41. 1926 p. 37. 1927 p. 38. 39. 40. 1928 p. 39. 41. 1930 p. 52. 63. 1931 p. 67. 1932 p. 74. 1933 p. 57. 1934 p. 44. 1935 p. 40. 242. 275. 1936 p. 46. 47. 1938 p. 264. 1947 p. 326. BME 1922 p. 796. 1924 p. 194. 263. 1925 p. 249. 363. 1926 p. 309. 1927 p. 508. 629. 1928 p. 167. 1931 p. 401sq. 406. 409. 415. 437. 832. 1932 p. 610. 848. 1933 p. 120. 851. 1934 p. 853. 1935 p. 260. 418. 656. 657. 874. 875. 1938 p. 322. EC1 N° 54. 55. 65. 78. 81. 323.



    "
    • Numéro : 1734
    • Année : None