Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean Baptiste CROZE

[2789] CROZE Jean-Baptiste est né le 21 août 1880 à Courpière (Puy-de-Dôme) dans le diocèse de Clermont. Après ses études au Collège de Courpière, et une année au Grand Séminaire de Montferrand, il entre aux Missions Etrangères, le 18 sep­tem­bre 1898. Il passe deux ans au Séminaire de Bièvres, où il reçoit la tonsure le 22 septembre 1899 et les ordres mineurs le 22 septembre 1900.
Add this
    [2789] CROZE Jean-Baptiste est né le 21 août 1880 à Courpière (Puy-de-Dôme) dans le diocèse de Clermont. Après ses études au Collège de Courpière, et une année au Grand Séminaire de Montferrand, il entre aux Missions Etrangères, le 18 sep­tem­bre 1898. Il passe deux ans au Séminaire de Bièvres, où il reçoit la tonsure le 22 septembre 1899 et les ordres mineurs le 22 septembre 1900. Dans l'impossibilité possibilité de retourner à Paris après son service militaire, il demande son incardination au diocèse de Tulle, et termine ses études théologiques au Grand Séminaire de ce diocèse. Aussitôt après son ordination à Tulle le 29 juin 1903, il demande à nouveau son admission aux Missions Etrangères. Il fait une nouvelle année de probation et part le 17 août 1904 pour la mission de Kumbakonam. Après un temps d'étude de la langue tamoule et d'initiation aux us et coutumes du pays, à Kumbakonam et à Mikelpatty, il est chargé du district de Palayam, qui compte environ 1800 chrétiens, dis­séminés sur un vaste territoire. Il accomplit son travail missionnaire avec zèle, mais il doit interrompre ses projets pour aller à Bangalore se faire soigner du pa­ludisme. A pei­ne guéri, il est envoyé à Vadavikam, où il apporte son aide spirituelle à 3000 chrétiens fervents. Il doit faire face aussi à de nombreuses tâches matérielles, notamment la construction d'une église à Kottur, ancien centre de chrétienté, qui avait accueilli trois siècles auparavant le Bienheureux Jean de Britto. Le Père Croze s'épuise à la tâche et doit prendre du repos: on lui confie alors le petit district de Vadagarei, mais peu de temps après éclate la Première Guerre Mondiale. Au mois d'août 1914, il s'embarque à Pondichéry pour la France. Le 30 septembre 1914, il est affecté à la 13° section d'infirmiers militaires, puis peu après passe au service radiographique, que dirige son frère. En mai 1915, il part pour le front avec un groupe de brancardiers dans la région de Pont-à-Mousson, puis dans le secteur de la forêt de Paroy. Le 25 février 1916, au moment de la grande offensive allemande sur Verdun, il relève les blessés au bas de la Côte du Poivre, au plus fort de la mêlée, mais sort indemne, alors que beaucoup de ses camarades tombent à ses côtés. En 1917, il est avec son régiment au Mont Cornillon, avec la double fonction de brancardier et d'aumonier de bataillon. A l'arrivée des Américains, au mois de mars 1918, il est affecté comme interprète au 371° Régiment d'Infanterie. Il sera tué d'un éclat d'obus quelques mois plus tard, le 30 septembre 1918, au retour d'une mission de ra­vitaillement à Vitry-le-François. La médaille militaire lui a été discernée à titre posthume le 9 avril 1919.

    Références biographiques
    AME 1904 p.318.1918 p. 394. BME 1922 p.185, 187. 1928 p. 538, 600, 668, 728.1929 p. 27, 209. 1930 p.5, 18, 69, 217, 260. CR 1904 p. 293.1910 p.286.1912 p. 306. 1914 p.132, 135. 1918 p.VI, 199. 1920 p.117-119. 1933 p. 375.

    Bibliographie
    BME 1924 p.645-652, 696-711, 759-771: L'établissement du christianisme dans l'Inde. MC 1915 p. 9, 19.


    • Numéro : 2789
    • Année : None