Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paul Lucien CRÉTIN

[ 3228 ] CRETIN Paul, Lucien, Marie Missionnaire Cochinchine Orientale - Quinhon - Kontum ---------------------------------
Add this

    [ 3228 ] CRETIN Paul, Lucien, Marie

    Missionnaire

    Cochinchine Orientale - Quinhon - Kontum
    ---------------------------------

    [3228] Paul, Lucien, Marie CRETIN naquit le 18 Décembre 1892, à SAINT LUMINE-de-COUTAIS, diocèse de NANTES, département de la LOIRE ATLANTIQUE. La famille comptait huit enfants dont quatre se consacrèrent au Seigneur. Après ses études primaires dans sa paroisse, Paul entra , en 1905, au Petit Séminaire de Notre Dame des COUETS;en 1906 et 1907, il passa au Collège d'ANCENIS; de1908 à 1911,il fut élève au Petit Séminaire de Bel Air à NANTES où il termina ses études secondaires. En 1911, il se dirigea vers le Grand Séminaire de Bel-Air à NANTES puis, fut soldat de 1913 à 1919. Fait prisonnier, pendant la guerre de 14, il fit trois tentatives d'évasion....Et la dernière fut la bonne !..

    Le 16 Août 1919, il demanda son admission au Séminaire des Missions Etrangères ; admis le 26 Août, il y entra laïque le 27 Septembre 1919. Il reçut la tonsure le 11 Mars 1921, les ordres mineurs, le lendemain 12 Mars 1921 ; Diacre le 11 mars 1922, il fut ordonné prêtre le 29 Juin de cette même année, et reçut sa destination pour le Vicariat Apostolique de la COCHINCHINE ORIENTALE (Quinhon), qu'il partit rejoindre le 2 Octobre 1922.

    A son arrivée en mission,M.CRETIN fut envoyé à GO-DAI près de GO-THI pour s'initier à la langue viêtnamienne. Il y resta jusqu'au mois de Juillet 1923. A la demande de M.KEMLIN, Mgr. le destina à KONTUM, qu'il rejoignit en charrette à boeufs.

    Envoyé à KON-XOLANG,un des tous premiers villages convertis par les \défricheurs",il y étudia le bahnar et y séjourna du mois de Juillet 1923 jusqu'au mois d'Avril 1924. Il partit alors pour DAK-KONA,en pays SEDANG. Il s'initia à la langue de ce groupe ethnique, travaillant sous la direction de M. HUTINET, installé dans le gros village de KON-HORING.

    En Août 1924,voletant de ses propres ailes, il s'en alla , en avant garde, au village de KON-HOYAO, aux limites de la Mission. Il prit la suite de M.BONAL qui avait vécu là durant plusieurs années. Pendant presque 10 ans M.CRETIN, homme de grande foi, sema dans les larmes,mais non en vain..

    En 1934, chargé de défricher tout le secteur en pays Sedang, il s'installa à DAK-MOT, qui devint le centre d'une belle chrétienté de 2.à 3000 âmes.Il construisit un presbytère sur pilotis, des dépendances, et une église, un vrai bijou, témoin de l'originalité de l'architecte.Il organisa son district, construisant une petite chapelle dans chaque village et dans le même temps,M. RENAUD, nouveau missionnaire arrivé en 1934, créait le district de DAK-CHO. Plus tard, naitront encore plus au Nord, les districts de KON-HONONG avec M.VIGUIER et celui de DAK-KOLA avec M. DUJON.

    En 1941, fatigué, M.CRETIN fut rappelé à KONTUM et nommé professeur au Petit Séminaire. Il y enseigna pendant quatre ans. En mars 1945, apprenant que les Japonais arrêtaient tout le monde, après le coup de force du 9 Mars, il quitta KONTUM seul, une sacoche sur le dos. Après avoir fait 20 -25 kms, il se rendit compte que son escapade était sans issue, et il revint sur ses pas . Fin mars 1945, tous les missionnaires furent concentrés au Petit séminaire de Kontum, puis dirigés vers QUINHON, et ensuite envoyés tous à NHATRANG. jusqu'en Juin-Juillet 1946.

    A son retour à KONTUM, M. CRETIN fut nommé au Grand Séminaire ; après un congé en France,du 18 Août 1949 au 5 mai 1950, il reprit son poste au Grand Séminaire jusqu'à la fermeture de ce dernier, dans le courant de l'année 1951. M.CRETIN retourna alors chez les SEDANGS, dans le district de DAK-CHO et y resta jusqu' en 1953. A cette date, il fut chargé de la Procure de la Mission à KONTUM, jusqu'au mois de Novembre 1956.

    Il fut alors envoyé dans le petit district de DAK-KANG, issu du district de KON-HORING, et situé à 7-8 kms de ce gros village. Il avait alors soixante quatre ans,et sa santé laissait à désirer. Sans se décourager, Il se dévoua tout entier au service des cinq ou six villages de ce district où le travail missionnaire et les gens n'étaient pas faciles !. Puis, du 23 Septembre 1965 au 02 Février 1966.Il prit un congé en France

    Il revint à KONTUM s'occupant principalement des nombreux réfugiés Sedangs que l'insécurité et la guerre y avaient amenés. En 1968, la situation politique et militaire se dégradant de plus en plus, fatigué, malade et attristé par les évènements il demanda un congé, et rentra en France le 21 Avril 1968.

    Grand marcheur, gros travailleur, consciencieux, marqué d'un grain d'originalité, âme candide dans un corps de broussard infatigable,son esprit curieux était toujours en éveil. Deux objets ne l'ont jamais quitté : un petit carnet où il notait ce qu'il avait à faire et les idées qui lui venaient à l'esprit, et dans sa poche un petit couteau qui lui rendait tant de services !..

    Celui qui ne connaissait pas Mr. CRETIN pouvait être étonné par ses sautes d'humeur dûes à la fatigue, à la malaria, aux soucis ; elles faisaient rire les confrères : "Dieu ne nous aide pas ! Dieu est contre nous ! Le montagnard,il n'y a rien à en tirer" disait il, puis, ainsi défoulé, il repartait vers ses catéchumènes !..

    Il eût le souci d'aider ses successeurs à apprendre la langue. Pendant toute sa vie, il s'acharna à chercher des mots, à prendre des notes. Il rédigea un lexique interessant en trois ou quatre langues : Viêtnamien, Bahnar,: Sedang, Rongao..Cette vie dure dans des circonstances difficiles lui a donné beaucoup d'originalité dans son travail et dans ses jugements.

    Après un petit séjour en famille, M.CRETIN se retira à LAURIS, le 2 Juillet 1968. Il y demeura plus de quatre ans et au mois d'Août 1972, il demanda à aller à MONTBETON. Il y passa six ans Un an avant sa mort, il commença à dépérir lentement. Le docteur diagnostiqua un cancer ; les forces l'abandonnèrent peu à peu. Les derniers jours furent pénibles, car il souffrait d'une soif intense.Après une longue agonie, il s'éteignit paisiblement le 17 Août 1978. Son corps repose près de celui d'autres confrères de KONTUM, dans le cimetière de MONTBETON.

    CRÉTIN

    Paul

    (1892 - 1978)

    [3228]

    Références biographiques
    AME 1922 p. 235. 1933 p. 21. 1936 p. 43. 1939 p. 234. 1940 p. 79 sq. CR 1922 p. 161. 1923 p. 114. 1924 p. 90. 1927 p. 107. 1933 p. 186. 1934 p. 174. 1935 p. 168. 171. 1937 p. 171. 1938 p. 168. 1939 p. 152. 1947 p. 81. 1948 p. 103. 1951 p. 57. 1952 p. 46. 1954 p. 50. 1957 p. 49. 1962 p. 62. 1964 p. 38. 1965 p. 71. 72. 1966 p. 84. 1967 p. 65. 1969 p. 175. BME 1922 p. 496. 1923 p. 127. 1933 p. 552. 1934 p. 501. 585. photo p. 225. 1935 p. 817. 818. 1937 p. 141. 368. 665. photo p. 32. 1938 p. 481. 1940 p. 817. photo p. 258. 1941 p. 114. 116. 200. 1951 p. 700. 1953 p. 492. 1954 p. 791. 792. PDM 8P2. 12P4. 68P2. EPI 1962 p. 402. 1965 p. 400. MDA 1954 p. 122. R. MEP. N° 130 p. 2. N° 118 p. 29. EC1 N° 17. 472. 482. 762 NS. 4P118. 9P258. 275. 10P301. 20P176. 23P272. 43P201. 44P239. 49P46. 122/C3.

    Notice nécrologique
    MEM 1978 p. 73.

    Janvier 1994




    Mémorial CRETIN Paul, Lucien, Marie page
    "
    • Numéro : 3228
    • Année : None