Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Eugène ( Paul) COUPAT

[955]. COUPAT, Eugène (Paul), prit ce dernier prénom lors de sa consécration épiscopale. Il naquit à Eglise-Neuve-des-Liards (Puy-de-Dôme), le 8 juin 1842. Elève du collège universitaire d'Issoire et du collège ecclésiastique de Billom, aspirant du Séminaire des M.-E. le 30 août 1864, prêtre le 15 juin 1867, il partit le 15 septembre suivant pour le Se-tchoan occidental. Il débuta dans le poste de Ou-mien-chan, district de Kiong-tcheou, où il éleva un oratoire, et quatre ans plus tard, Mgr Pinchon le chargea de Su-lin, région très troublée à la suite d'une persécution.
Add this
    [955]. COUPAT, Eugène (Paul), prit ce dernier prénom lors de sa consécration épiscopale. Il naquit à Eglise-Neuve-des-Liards (Puy-de-Dôme), le 8 juin 1842. Elève du collège universitaire d'Issoire et du collège ecclésiastique de Billom, aspirant du Séminaire des M.-E. le 30 août 1864, prêtre le 15 juin 1867, il partit le 15 septembre suivant pour le Se-tchoan occidental. Il débuta dans le poste de Ou-mien-chan, district de Kiong-tcheou, où il éleva un oratoire, et quatre ans plus tard, Mgr Pinchon le chargea de Su-lin, région très troublée à la suite d'une persécution. Grâce à ses qualités diplomatiques qui lui assurèrent l'aide des mandarins, il ramena la paix dans les esprits. Il reconstruisit l'oratoire, détermina beaucoup de conversions, et sans rien négliger dans son poste, il put traiter heureusement les procès occasionnés par les persécutions dans trois districts voisins.
    En 1875, on lui confia le district de Lin-choui, d'où la persécution le chassa quelques mois après. Il rassembla aussitôt ses chrétiens à Kan-ki-tchang, petit marché de la préfecture de Kouang-gan, et grâce à sa persévérance, il finit par obtenir un arrangement, qui lui permit de rentrer à Lin-choui avec les catholiques. Il rebâtit les oratoires détruits et en édifia un autre à Fong-ho-tchang.
    Le 28 août 1882, il fut nommé évêque de Tagaste et coadjuteur, avec future succession, de Mgr Desflèches, vicaire apostolique du Se-tchoan oriental. C'est un fait assez rare qu'un missionnaire soit nommé vicaire apostolique dans une mission qui n'est pas la sienne. Les circonstances difficiles que traversait le Se-tchoan oriental, les désirs de Mgr Desflèches exprimés dans une lettre du 24 octobre 1881, furent avec les qualités de Coupat les motifs de cette élection. Il fut sacré le 31 décembre 1882, à Tchong-king.
    Mgr Desflèches ayant démissionné le 20 février 1883, le coadjuteur devint à cette époque vicaire apostolique du Se-tchoan oriental. Il visita en quelques mois les chrétientés situées dans les préfectures de Tchong-king, Tchong-tcheou, Kouy fou, Siu-tin. Il revit et corrigea le catéchisme de la mission, qui était en même temps celui des missions du Se-tchoan occidental, du Se-tchoan méridional, du Yun-nan et du Kouy-tcheou.
    Il s'appliqua à développer le petit et le grand séminaire, ordonna 9 prêtres, construisit un hôpital, réédifia sur un plan plus vaste l'orphelinat de Tchong-king et la résidence épiscopale. Mais le 1er juillet 1887, cette résidence ainsi que de nombreuses chapelles et résidences dans les districts furent incendiées par les païens persécuteurs. Les troubles apaisés, l'évêque installa provisoirement les deux séminaires à Cha-pin-pa, et il s'efforçait de relever les ruines de la mission, lorsque, en 1888, une nouvelle persécution se déchaîna à Long-choui-tchen. Sa santé très éprouvée depuis deux ans s'altéra de plus en plus, et le 26 janvier 1890, il succomba à Tchong-king. Il fut inhumé le 29 janvier, dans le cimetière de Tsen-kia-gay, à une lieue de la ville.
    Il avait reçu en 1884 la lettre circulaire de la Propagande Quos ex decreto (Acta S. Sedis, xvi, p. 552), du 16 avril, qui ordonnait la tenue des synodes en Chine. Les circonstances difficiles que traversaient alors son vicariat et les vicariats de la Chine tout entière, firent surseoir à l'exécution de cet ordre.
    Armes. - D'argent au Sacré-Cœur de gueules, à la croisette d'or et à la couronne d'épines de sinople.
    Devise. - In te speravi.
    Bibliographie. - Ouvrage revu par lui :
    < AUT > Chén kiáo iáo li (Catéchisme) [du Se-tchoan, Yun-nan, Kouy-tcheou]. - Imprimerie de Nazareth, Hong-kong, 1884 ; nouv. édit., 1904, in-8, pp. 102.
    Id. - Imprimerie de la Sainte-Famille, Cha-pin-pa (Se-tchoan oriental).
    Notes bio-bibliographiques. - C.-R., 1876, p. 10 ; 1881, p. 25 ; 1882, p. 27 ; 1883, pp. 52, 54, 133 ; 1884, pp. 43, 44 ; 1885, p. 44 ; 1886, p. 42 ; 1887, p. 67 ; 1888, pp. 67, 243.
    A. P. F., xlvii, 1875, p. 95 ; xlix, 1877, Persécution à Lin-choui, p. 422 ; lix, 1887, pp. 154, 166 ; lxii, 1890, p. 233. - A. S.-E., xxxiii, 1882, L'infanticide en Chine, p. 4 ; xxxix, 1888, Exécution du chrétien Lo-pao-tche, pp. 291, 369. - M. C., vi, 1874, Martyre de trois catéchumènes, p. 579 ; viii, 1876, Persécution au Se-tchoan, pp. 589, 590 ; ix, 1877, Résumé des malheurs de Lin-choui, p. 397 ; xiv, 1882, pp. 461, 472 ; xviii, 1886, Persécution à Tchong-king, pp. 422, 436 ; xxii, 1890, p. 96. - Sem. rel. Clermont, 1882, p. 396 ; 1883, p. 619 ; 1885, pp. 192, 261, 293, 340 ; 1890, pp. 139, 163 ; Ib., Notice, p. 417.
    Hist. des relat. de Chine, Tab. alph. - Hist. miss. Kouy-tcheou, Tab. alph. - Les miss. cath. franç., iii, pp. 292 et suiv., 315. - Arm. des Prél. franç., p. 251.
    Notice nécrologique. - C.-R., 1890, p. 221.
    Portrait. - A. P. F., lxii, 1890, p. 203.


    • Numéro : 955
    • Année : None