Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Joseph Louis COUDÉ

[241]. COUDÉ, Joseph-Louis, évêque élu de Rhési, vicaire apostolique du Siam, appartenait à la branche des Coudé de Matival. Un de ses frères, Louis-Marie Coudé, devint contre-amiral et mourut à Pontivy en 1822.
Add this

    [241]. COUDÉ, Joseph-Louis, évêque élu de Rhési, vicaire apostolique du Siam, appartenait à la branche des Coudé de Matival. Un de ses frères, Louis-Marie Coudé, devint contre-amiral et mourut à Pontivy en 1822.
    Joseph-Louis, né le 4 octobre 1750 à Auray (Morbihan), sous-diacre le 4 avril 1772, entra au Séminaire des M.-E. le 16 juillet de la même année, partit le 29 novembre 1773, fut ordonné prêtre lors de son passage à Vannes le 17 décembre suivant, et s'embarqua à Lorient à la fin du même mois. Il arriva au Siam pour être mis en prison, en 1775, avec l'évêque, Le Bon, et un missionnaire, Garnault. Le roi Phaja Tack, mécontent de ce que des officiers chrétiens ne s'étaient pas rendus à la pagode pour y boire l'eau lustrale préparée par les bonzes, se vengea sur les missionnaires. Coudé eut les fers aux pieds et aux mains, la cangue au cou, et subit la bastonnade. Au bout de quelques mois, le roi le fit délivrer ainsi que l'évêque et son compagnon ; mais trois ans plus tard, en 1779, sa colère se ralluma contre les missionnaires et il les fit expulser.
    Coudé se retira à Jong-selang, fut nommé provicaire en 1780 et partit ensuite pour Pondichéry où nous le trouvons en 1781 ; il passa en 1782 à Quedah, puis retourna à Jong-selang. Il y reçut les bulles, datées du 20 janvier 1782, qui le nommaient évêque de Rhési et vicaire apostolique du Siam. Lorsque les directeurs du Séminaire des M.-E. l'avaient présenté à Rome pour cette dignité, ils avaient fait de lui cet éloge : \ C'est un missionnaire sachant parfaitement la langue siamoise ainsi que les caractères qu'il sait écrire ; il est d'un très grand mérite, fort doux, très prudent, d'une grande et solide piété, d'une science bien au-dessus du médiocre, de beaucoup de lumière, et jouissant d'une bonne santé. "
    Il se rendit en 1783 à Bangkok, dans la paroisse Sainte-Croix, où il eut à lutter contre les Portugais qui refusaient de reconnaître ses pouvoirs, quoique l'évêque les eût fait publier solennellement ; ils en appelèrent au tribunal civil. Il y eut alors une scission dans la chrétienté de Bangkok : les uns soutenaient l'évêque, et les autres le combattaient. Coudé jugea prudent de s'éloigner ; il demanda au roi et obtint la permission d'aller à Quedah recevoir la consécration épiscopale, que devait lui conférer Mgr Pigneau de Béhaine. Pendant son voyage, il tomba malade à Takua-thung, où il s'était arrêté pour célébrer les fêtes de Noël ; il y mourut le 8 janvier 1785 et fut enterré dans l'église. C'est sous son administration, en 1784, que Rome adjoignit officiellement Quedah au vicariat apostolique du Siam.
    Notes bio-bibliographiques. - N.L.E., ii, p. 272 ; v, pp. 526, 539, 552, 556 et suiv. ; Ib., Sa mort, pp. 566 et suiv. ; vi, pp. 360, 426 et suiv. - L. E. (P. L.), iv, p. 653. - A. M.-E., 1913, p. 93.
    Extr. des Nouv. des miss. des Ind. or., p. 11. - Nouv. des miss. or. 1785-86, 1re part., Sa mort, pp. 7, 9.
    Hist. gén. miss. cath., iii, 2e part., p. 642. - Hist. gén. Soc. M.-E., Tab. alph. - Hist. miss. Inde, Tab. alph. - Lett. à l'év. de Langres, pp. 298 et suiv. - Descrip. du roy. Thai, ii, pp. 263, 274, 278.
    Collect., 18 janv. 1768 : n° 1054 ; 22 sept. 1782 : n° 1055.


    "

    • Numéro : 241
    • Année : None