Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Henri Désiré COSTENOBLE

COSTENOBLE Henri (1876-1961) [2515] COSTENOBLE Henri, Désiré, est né le 5 avril 1876 à Steenwerck, diocèse de Cambrai (act. Lille (Nord). Il fit ses études primaires dans sa paroisse et à La Crèche, puis ses études secondaires au Petit Séminaire d'Hazebrouck. Il entra au Grand Séminaire de Cambrai, et fut admis au Séminaire des Missions Étrangères le 14 septembre 1895. Il fut ordonné prêtre le 24 juin 1900 et partit pour le Kouangsi le 14 août suivant.
Add this

    COSTENOBLE Henri

    (1876-1961)


    [2515] COSTENOBLE Henri, Désiré, est né le 5 avril 1876 à Steenwerck, diocèse de Cambrai (act. Lille (Nord). Il fit ses études primaires dans sa paroisse et à La Crèche, puis ses études secondaires au Petit Séminaire d'Hazebrouck. Il entra au Grand Séminaire de Cambrai, et fut admis au Séminaire des Missions Étrangères le 14 septembre 1895. Il fut ordonné prêtre le 24 juin 1900 et partit pour le Kouangsi le 14 août suivant.

    Son évêque, Mgr. Chouzy, lui demanda d'apprendre la langue cantonaise. Il l'apprit si bien qu'il finit par la posséder à la perfection.

    Son premier poste fut Langchow, sur la frontière du Tonkin. Il fut aidé par deux Religieuses de St Paul de Chartres, mais il n'y avait en ville que peu de chrétiens. À part quelques conversions de païens dans un village situé à mi-chemin entre Langchow et Langson, il passera dans ce poste les dix premières années de sa vie missionnaire sans grandes consolations.

    En 1913, Mgr. Ducoeur succédant à Mgr. Lavest, l'appela à Nanning, auprès de lui et lui demanda de faire fonction de procureur de la mission. Il dut relever les finances de la mission, ce qu'il fit avec compétence. En plus de cette charge, on le nomma curé de la cathédrale et aumônier d'un Couvent de trois Religieuses de St Paul de Chartres, qui formaient les Soeurs chinoises de leur Congrégation.

    À côté de la cathédrale se trouvait l'imprimerie de la mission, qui occupait une vingtaine d'ouvriers, tous chrétiens, qui furent le noyau de la chrétienté de la ville.

    Le propréfet de la mission, en résidence à Kweiling vint à mourir, et Mgr. Ducoeur nomma le Père Costenoble propréfet à sa place. Voici donc dessiné le cadre de sa vie, désormais vice-supérieur de la mission, procureur, curé de la cathédrale, aumônier des Religieuses et supérieur du noviciat des Soeurs chinoises.

    Mgr. Ducoeur mourut, et Mgr. Albouy lui succéda, qui s'empressa de confirmer le Père Costenoble dans son titre de provicaire, et quand la hiérarchie fut instaurée, de le nommer vicaire général. En 1953, Mgr. Albouy s'en alla en Europe et le Père Costenoble dut prendre la direction de la mission. Le pays était devenu assez calme, mais certaines hostilités antichrétiennes ne désarmaient pas dans les hautes sphères de la société. Le Père Costenoble dû aider son confrère de Linchow, qui avait acheté un grand terrain pour y établir un poste et ses annexes, mais qui se butta à l'opposition du préfet de l'endroit. Le Père Costenoble alla trouver le gouverneur de Nanning et, après un entretien cordial, il reçut l'autorisation désirée, ce qui permit d'ouvrir ce grand district.

    Comme procureur, le Père Costenoble remplit ce poste à la perfection. Homme d'ordre, très méticuleux, il remit à flot les finances de la mission, et s'occupa des comptes des confrères avec netteté et précision.

    Comme curé de la cathédrale, il organisa de belles cérémonies toujours très bien exécutées avec le chant grégorien. Il fit quelques conversions et ouvrit une chapelle de secours dans les faubourgs. Autour de cette chapelle, il construisit une petite cité composée d'une dizaine de familles.

    Comme aumônier de religieuses, il fut la cheville ouvrière et l'âme de l'oeuvre magnifique des Soeurs chinoises, qui prirent le nom de \Congrégation de la Ste Famille" et dont Mgr. Albouy dota définitivement la mission. Chaque district fut pourvu de deux Soeurs chinoises au moins, pour enseigner le catéchisme, travailler comme infirmières ou comme maîtresses d'école ou baptiseuses.

    Enfin, comme homme et comme prêtre, le Père Costenoble fut édifiant par sa vie eucharistique et mariale. Il appartenait à une association de prêtres du Sacré Coeur, qui l'aida à faire ses exercices de piété avec assiduité. Il fut l'homme de bon conseil et un charmant confrère.

    Ce ne fut qu'après que M. Albouy fut expulsé de Chine, qu'il consentit à s'en aller, lui aussi, fin septembre 1952. Après un congé dans sa famille en France, il assura une aumônerie dans la Valais suisse, et mourut le 23 juillet 1961.


    Références bibliographiques

    AME 1900 p. 252. 1907 p. 327. 1931 p. 27 (art). 170 (art). 1935 p. 88. 1939 p. 239. 1940 p. 92. CR 1900 p. 264. 1901 p. 137. 1902 p. 150. 1903 p. 134. 1904 p. 149. 150. 1905 p. 125. 126. 1906 p. 135. 1908 p. 132. 1909 p. 142. 1911 p. 123. 124. 1913 p. 173. 1924 p. 73. 1925 p. 85. 1929 p. 121. 1930 p. 137. 1931 p. 133. 1933 p. 117. 1934 p. 112. 1937 p. 109. 1940 p. 66. 1947 p. 176. 309. 318. 1951 p. 29. BME 1922 p. 47 (art). 678. 1923 p. 55. 259. 1925 p. 305. 1926 p. 708. 709. 1928 p. 242. 1929 p. 50. 370. 1930 p. 812. 1931 p. 68. 867. 1932 p. 620. 643. 1933 p. 784. photo p. 16. 1934 p. 641. 872. 1936 p. 367. 1937 photo p. 40. 1938 p. 258. 661 (art). 693. 1939 p. 126. 722. 1941 p. 624. 1948 p. 49. 343. 1949 p. 646. 1950 p. 263. 505. 1952 p. 55. 704. 772. 1954 p. 16. 17. 19. 21. 1961 p. 715. 877. EC1 N° 118. 130. 135. 140. 145. 163.526. 678. 701.



    "
    • Numéro : 2515
    • Année : None