Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Petrus marie philippe COSTE

[ 2033 ] COSTE Petrus, Marie, Philippe Missionnaire Tonkin Occidental (Hanoï) ---------- Petrus, Marie, Philippe COSTE naquit dans une famille aisée, le 6 janvier 1869, à St. Etienne, paroisse Sainte Marie, diocèse de Lyon, département de la Loire. Il fit ses classes primaires chez les frères maristes à St. Etienne, et ses études secondaires à l'Institution St. Michel, puis il passa deux ans au séminaire St. Sulpice d'Issy où il reçut la tonsure le 3 juin 1887.
Add this

    [ 2033 ] COSTE Petrus, Marie, Philippe

    Missionnaire

    Tonkin Occidental (Hanoï)

    ----------

    Petrus, Marie, Philippe COSTE naquit dans une famille aisée, le 6 janvier 1869, à St. Etienne, paroisse Sainte Marie, diocèse de Lyon, département de la Loire. Il fit ses classes primaires chez les frères maristes à St. Etienne, et ses études secondaires à l'Institution St. Michel, puis il passa deux ans au séminaire St. Sulpice d'Issy où il reçut la tonsure le 3 juin 1887.

    Le 21 juin 1888, il présenta une demande d'admission au séminaire des Missions Etrangères, où il entra le 15 septembre 1888. Minoré le 21 septembre 1889, sous-diacre le 12 mars 1892, diacre le 3 juillet 1892, il fut ordonné prêtre le 24 septembre 1892, reçut sa destination pour le Vicariat Apostolique du Tonkin Occidental (Hanoï) qu'il partit rejoindre le 26 octobre 1892.

    Arrivé dans sa mission vers la fin de 1892, il commença l'étude de la langue viêtnamienne, à la communauté missionnaire de Ke-So, puis il devint professeur au petit séminaire de Hoang-Nguyên. Il avait, en matière d'éducation, des idées assez originales et quelque peu révolutionnaires pour le temps, qui lui valurent quelques difficultés.

    En 1898, M.Petrus Coste fut nommé chef du district de Lô-Xa, sur le territoire duquel se trouvait l'importante chrétienté de Dong-Chuoi-Ha, qui comptait alors plus de deux mille âmes, et où la persécution avait fait beaucoup de mal. En vingt ans,cette chrétienté retrouva sa ferveur première, et en 1908, on fit le projet de remplacer l'ancienne église devenue trop petite.

    Pendant une trentaine d'année, M.Coste parcourut la région à cheval ou en barque dans tous les sens, visitant régulièrement les six chrétientés de son district. Entrenant de bonnes relations avec les non chrétiens, il conforta les nouveaux chrétiens, multiplia ses interventions afin que protection et justice leur soit rendue. Il construisit l'église et la résidence de Lô-Xa, et la grande église de Ke-Tâng., où en 1908, il organisa une impressionnante procession de la Fête-Dieu. De 1927 à 1929, il fit un séjour en France pour rétablir sa santé ébranlée.

    En 1930, M.Petrus Coste céda le district de Lo-Xa à un prêtre viêtnamien, et fut nommé curé de Nam-Dinh, en remplacement de M. Pédebideau, chargé de la procure. Habitué aux grands espaces, et à une grande liberté d'action, Il ne put se faire aux contraintes d'une paroisse urbaine; en septembre 1932, il remit ce poste à M.Tardy, et se retira dans une petite chrétienté du district de Lô-Xa, sur les bords du fleuve Dai, là où ce dernier coupe la route mandarine, au confins des trois provinces de Nam-Dinh, Ninh-Binh et Hà-Nam. Il y construisit une église minuscule à la gloire de Ste Thérèse de l'Enfant Jésus. Cherchant à se rendre utile, il rendait souvent visite à M. Cantaloube, à Ke-So; à force patience, il réussit à faire agréer ses services par M. Souvignet, dont les forces déclinaient, et qui mourut à Phu-Ly, le 19 mars 1943.

    Du fait de ce décès, M.Petrus Coste devint curé de Phu-Ly, à une époque particulièrement difficile. Les japonais y tenaient garnison, et le \Viêtminh" naissant y faisait une propagande active. En août 1945, menacé et plusieurs fois en danger de mort, M.Coste dut rentrer à Hanoï où il assura l'aumônerie du "Couvent des Oiseaux" et de la Communauté des "Amantes de la Croix". Doyen d'âge de la mission, il célébra dans l'intimité, le 4 janvier 1949, son 80ème anniversaire. Mais la mort de Mgr. Chaize, à Hanoï, le 22 février 1949, l'affecta beaucoup. Atteint de la cataracte, et les changements importants qui se préparaient pour la mission produisirent chez lui un certain malaise. Il ne retrouvait plus la mission qu'il avait connue et aimée.

    Généreux, M. Petrus Coste donnait sans compter; il ne sut jamais tenir à jour un livre de comptes; réclamer une dette, le gênait. D'un naturel gai et heureux, très entreprenant, mais manquant parfois d'esprit de suite, il se rendait très sympathique. Il aimait beaucoup les visites et les longues conversations. Il avait gardé de son éducation première une politesse exquise; un manque d'égards lui était très sensible. Il conserva un esprit jeune, jusque dans sa grande vieillesse.

    A la fin de 1950, en raison de la situation politique, le supérieur de la mission estima prudent d'éloigner les anciens pour les soustraire au péril communiste. Avec d'autres confrères, M. Petrus Coste partit pour Saïgon et arriva à Marseille, le 4 avril 1951. Opéré de la cataracte à Paris, et ayant recouvré une vue suffisante pour écrire de longues lettres, il se retira le 19 octobre 1951, à Voreppe où il passa les dernières années de sa vie. Au matin du 6 février 1954, il ne descendit pas célébrer la messe. On le trouva mort, appuyé sur son lit, la face très reposée.



    Références bibliographiques

    AME 1893 p. 627. CR 1892 p. 274. 1908 p. 150. 151. 1910 p. 153. 1911 p. 131. 1912 p. 175. 1913 p. 190. 1919 p. 66. 1921 p. 69. 1922 p. 90. 1923 p. 104. 1927 p. 89. 92. 1954 p. 87. 88. BME 1928 p. 117. 1929 p. 144. 1932 p. 783. 1933 p. 937. 1935 p. 360. 597. 1938 photo p. 253. 1939 p. 657. 1949 p. 242. 243. 592. 616. 617. photo p. 440. 1951 p. 125. 321. 377. 446. 532. 1954 p. 390. 713. EC1 N° 136. 176. 180. 496. 498. 500. 553.


    Mai 1995
    Mémorial COSTE Petrus, Marie, Philippe page 2


    "
    • Numéro : 2033
    • Année : None