Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Yves Gustave COSSARD

COSSARD Yves (1905-1946)
Add this
    COSSARD Yves

    (1905-1946)


    [3400] COSSARD Yves, Gustave, Paul, naquit le 16 mars 1905 à Brionne, au diocèse d'Évreux (Eure). Il était l'aîné d'une famille qui compta quatre enfants. Son père était architecte. Yves commença sa vie scolaire à l'école St Joseph de Brionne, puis il fit ses études secondaires au collège St François à Évreux. En l'année 1923, il entra au Grand Séminaire St Sulpice d'Issy-les-Moulineaux. Il y fut ordonné sous-diacre le 2 juin 1928. Le 15 septembre suivant, il entra comme aspirant au Séminaire des Missions Étrangères. Il fut ordonné diacre le 9 juin 1929 et prêtre le 29 juin. Destiné à la mission de Tokyo, il partit le 15 septembre suivant.

    Accueilli par Mgr. Chambon, il fut tout d'abord envoyé à Utsunomiya, où sous la direction du Père Cadilhac, il s'initia à la langue japonaise et à la vie apostolique. À cette époque, le Grand Séminaire inter régional de Tokyo était sur le point d'ouvrir ses portes. Le supérieur, le Père Sauveur Candau, voulait en faire un Séminaire où serait donnée une solide formation non seulement théologique, mais aussi spirituelle. Pour atteindre ce but, il décida de confier à un directeur unique la direction spirituelle des grands séminaristes. Le Père Cossard fut pressenti. Peut-être effrayé par cette nouvelle responsabilité, il demanda un temps de préparation et la voulut faire à \La Solitude", qui était la Maison de formation des futurs sulpiciens. Il retourna donc en France et durant une année, il se prépara à ce délicat ministère. Il revint par le Transsibérien en 1933, et dès son arrivée à Tokyo, il commença son ministère de directeur spirituel. Le Père Cossard mena, en apparence, une vie effacée, et pourtant son influence fut profonde, semble-t-il.

    Par ailleurs passionné de littérature japonaise, il se mit à étudier l'antique poésie de "Manyôshu", la traduisit et la commenta pour les "Mélanges japonais", revue littéraire de l'Université de Sophia. D'un tempérament poète, il saisissait les nuances des sentiments exprimés dans ces courtes poésies que sont les "Haiku". L'influence du Père Cossard se faisait sentir aussi à l'extérieur du Grand Séminaire : en effet, il donna des conférences à une association de dames catholiques, dite "Élisabeth Lesueur".

    En mai 1940, avec quelques confrères, il fut mobilisé et dut se rendre en Indochine. Voyage qui s'avéra bien inutile, puisque, à peine arrivé à destination, il fut rapidement démobilisé et renvoyé au Japon. Revenu au Grand Séminaire, il y passa les années de guerre : bombardements et incendies. Puis la paix revenue, le Père Cossard eut à subir une nouvelle épreuve. Le Grand Séminaire passait entre les mains des Pères Jésuites, qui allaient en faire une annexe de leur Université. Malheureusement, il n'eut pas le temps de se demander ce qu'il allait devenir. En juillet 1946, il vint à Kamakura prêcher une retraite aux Soeurs de la Visitation., dites du "Hô monkai". Il faisait chaud, la mer était tentante. Malgré les avertissements des religieuses, il alla se baigner dans une mer calme en apparence. On le retrouva noyé. Il est inhumé dans le petit cimetière des Soeurs de la Visitation. C'était le 17 juillet 1946.



    Références biographiques

    AME 1929 p. 174. 186. 187. CR 1929 p. 235. 1931 p. 7. 1932 p. 12. 1934 p. 4. 1936 p. 6. 1937 p. 7. 1947 p. 369. BME 1928 p. 448. 1929 p. 575. 616. 1930 photo p. 48. 1931 photo p. 868. 1933 p. 521. 527. 1934 p. 80. 330. 1939 p. 779. 844. 1940 p. 257. 328. 398. 420. 475. 477. 498. 541. 1952 p. 748. 1954 p. 996. EC1 N° 154. 179. 183. 269. 278. 283. 447. 450.

    "
    • Numéro : 3400
    • Année : None