Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jacques CORRE

[212]. CORRE, Jacques, né vers 1734, était originaire du diocèse et peut-être de la ville de Saint-Pol-de-Léon (Finistère). Son entrée au Séminaire des M.-E. date de 1759, et son départ de Paris de 1760. Il s'embarqua à Rochefort le 20 janvier de l'année suivante. A Macao, il fut d'abord question de l'envoyer en Chine, puis au Cambodge, et finalement il alla au Siam où il arriva en juillet 1762. Il exerça les fonctions de procureur, s'occupa du baptême des enfants de païens.
Add this
    [212]. CORRE, Jacques, né vers 1734, était originaire du diocèse et peut-être de la ville de Saint-Pol-de-Léon (Finistère). Son entrée au Séminaire des M.-E. date de 1759, et son départ de Paris de 1760. Il s'embarqua à Rochefort le 20 janvier de l'année suivante. A Macao, il fut d'abord question de l'envoyer en Chine, puis au Cambodge, et finalement il alla au Siam où il arriva en juillet 1762. Il exerça les fonctions de procureur, s'occupa du baptême des enfants de païens. Il fut, pendant quelque temps, chargé successivement du Collège général et de la paroisse de Bangkok.
    Fait prisonnier, lors de l'invasion des Birmans en 1767, il trouva le moyen de s'échapper et se réfugia, avec des séminaristes et des chrétiens, à Hon-dat, où il arriva le 1er juillet ; 300 catholiques qui l'avaient accompagné se fixèrent dans la région de Ha-tien. En 1768, il était à Prambey-chhom. L'année suivante, il retourna à Bangkok où tout avait été pillé par les Birmans ; il s'établit dans une misérable hutte et groupa autour de lui quelques chrétiens.
    Le nouveau roi du Siam, Phaja Tak, lui fit bon accueil, et lui donna, le 14 septembre 1769, un terrain pour y construire une église. C'est en mémoire de la fête célébrée en ce jour, qu'ayant élevé l'église l'année suivante, il la plaça sous le vocable de Sainte-Croix. Il continua, comme avant la guerre, de baptiser de nombreux enfants païens, fut nommé provicaire par Mgr Le Bon vers 1770, et entretint toujours de bonnes relations avec le gouvernement siamois. Il mourut à Bangkok le 25 juillet 1773.
    Notes bio-bibliographiques. - N. L. E., v, pp. 392 et suiv., 430, 447, 454 et suiv., 465, 487, 497, 519 ; vi, pp. 175, 185, 216 et suiv., 231 et suiv. - A. M.-E., 1913, p. 92. - Rev. Indoch., 1913, n° de fév., pp. 172 et suiv., 190.
    Hist. gén. Soc. M.-E., Tab. alph. - Hist. gén. miss. cath., ii, 2e part., pp. 479 et suiv. - Lett. à l'év. de Langres, pp. 292 et suiv. - Descrip. du roy. Thai, ii, pp. 218, 238 et suiv., 251, 256, 260 et suiv. - Hist. du roy. de Siam, ii, pp. 322 et suiv.


    • Numéro : 212
    • Année : None