Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Louis charles joseph CORNILLE

[2841] CORNILLE Louis, Charles, Joseph Missionnaire Haut-Tonkin - Hung-Hoa ------------ Louis, Charles, Joseph CORNILLE naquit le 3 novembre 1882 à Bourges, paroisse Notre-Dame, diocèse de Bourges, département du Cher. Après ses études secondaires au petit séminaire diocésain, il passa au grand séminaire de Bourges où il reçut les ordres mineurs 29 juin 1902.
Add this

    [2841] CORNILLE Louis, Charles, Joseph

    Missionnaire

    Haut-Tonkin - Hung-Hoa

    ------------
    Louis, Charles, Joseph CORNILLE naquit le 3 novembre 1882 à Bourges, paroisse Notre-Dame, diocèse de Bourges, département du Cher. Après ses études secondaires au petit séminaire diocésain, il passa au grand séminaire de Bourges où il reçut les ordres mineurs 29 juin 1902.

    Le 2 octobre 1903, il entra au séminaire des Missions Etrangères. Sous-diacre le 24 septembre 1904, diacre le 26 février 1905, il fut ordonné prêtre le 29 juin 1905, et reçut sa destination pour le vicariat apostolique du Haut-Tonkin (Hung-Hoa) qu'il partit rejoindre le 2 août 1905.

    Arrivé à Hung-Hoa, le 20 septembre 1905, il commença l'étude de la langue viêtnamienne à l'Evêché de cette ville, sous la direction de Mgr. Ramond et de M.Jaricot, procureur et curé de Hung-Hoa. En 1906, il fut envoyé comme vicaire chez M. Hue, à Nô-Luc, ancienne chrétienté fondée par les Jésuites au XVIIème siècle, sur les bords du Fleuve Rouge, à dix kms en amont de Viêt-Tri. Guidé par ce linguistique distingué, qu'il accompagnait en semaine, dans ses visites de chrétienté, M. Cornille parvint à parler très correctement le viêtnamien. Chaque samedi, il descendait à Viêt-Tri, centre militaire important, pour y assurer le service paroissial, visiter les malades, et s'occuper du cercle militaire.

    En 1907, Mgr. Ramond lui confia le poste de Nghia-Lô, à quatre vingt kms de Yên-Bây, région montagneuse entre le Fleuve Rouge et la Rivière Noire, peuplée par des minorités ethniques Tay, Tho, Muong, Màn, et par quelques viêtnamiens. M. Cornille obtint une concession de terrain à Ban-Heo, sur les bords de la rivière Ngoi-Thia, à quelques kms de Nghia-Lo il s'y installa, et malgré le petit nombre de chrétiens, principalement des viêtnamiens venant du delta, chercha à faire de Ban-Heo une paroisse modèle. En 1910, quelques familles Tay manifestèrent le désir de se faire chrétiens..

    En 1915, mobilisé, il rentra en France, servit d'abord comme infirmier, puis fut nommé adjudant-interprète auprès des tirailleurs et ouvriers viêtnamiens en France. En 1919, de retour dans sa mission, il rejoignit son poste de Ban-Heo, et reprit ses contacts avec les divers groupes des minorités ethniques de la région. En 1924, retenu par la maladie, il dût abandonner sa chrétienté pendant plusieurs mois. En 1925, la région de Nghia-Lo dont il partageait la charge avec M.Tissot, comptait quatre cent treize viêtnamiens chrétiens et quelques chrétiens aborigènes seulement.

    En avril 1926, laissant son poste à M. de Neuville, M. Cornille partit refaire sa santé en France où il séjourna jusqu'en février 1928. Bien que soumis à un régime alimentaire très sévère, il retourna dans sa mission et en avril 1928, regagna son poste de Ban-Heo. L'année suivante, il refit l'église de Nghia-Lo, centre urbain et gros marché de la région, chrétienté comptant, à cette époque, une centaine de fidèles, mis sous le patronage de Ste Thérèse de Lisieux:. Le 2 juillet 1930, il célébra ses noces d'argent sacerdotales.

    En 1932, espérant toucher la jeunesse hô" et "mèo",.il ouvrit une école. Vers décembre 1933, une petite cloche fut bénite et placée dans le nouveau clocher de l'église de Ban-Heo. Mais les années suivantes, fièvres et maladies de foie mirent sa vie en danger. En octobre 1935, après avoir reçu l'extrême onction, dans son église, au milieu de ses fidèles, il partit se faire soigner à la clinique St Paul à Hanoï; et rentra à Ban-Heo, le 27 novembre 1935. En 1937, il devint chef de tout le district de Vinh-Quang.

    En Février 1940, M. Desongnis succéda à M.Cornille à Vinh-Quang (Ban-Heo). Celui-ci, en raison de son état de santé, quitta sa paroisse de Ban-Heo où il avait groupé plus de trois cents chrétiens, venus des provinces du delta; Il y avait construit une belle église, et la vie chrétienne en ce centre y était intense. Il accepta le poste de Son-Tây, et n'eût pas trop à souffrir des difficultés de la guerre.

    A la fin de 1942, il entra à la clinique St. Paul à Hanoï pour y subir une opération du foie. Elle ne donna pas les résultats espérés; C'est là que mourut M. Cornille, le 22 mars 1943.


    Références bibliographiques

    AME 1905 p. 376. 1912 p. 153 (art). 1915-16 p. 78. CR 1905 p. 288. 1910 p. 162. 1911 p. 150. 1912 p. 187. 1913 p. 202. 1922 p. 96. 1923 p. 110. 1924 p. 85. 1925 p. 93. 1926 p. 104. 1929 p. 140. 1930 p. 162. 1931 p. 153. 154. 1932 p. 187. 1933 p. 139. 1936 p. 128. 1937 p. 134. 1938 p. 135. 136. 1939 p. 120. 1940 p. 81. 1947 p. 353. 1949 p. 183. 186. 187. 191. 1951 p. 173. BME 1924 photo p. 621. 1926 p. 54. 251. 634. 1927 p. 120. 702. 1928 p. 177. 1930 p. 497. 1931 p. 529. 1932 p. 136. 378. 463. 1932 p. 53. 1935 p. 441. 809. 890. 1936 p. 58. 295. 1937 p. 284. 596. 597. 1939 p. 61. 62. 798. 799. 870. 1940 p. 354. 421. 623. 1951 p. 693. EC1 N° 107. 110. 116. 142. 434.

    Mémorial CORNILLE Louis,Charles, Joseph page 2
    -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------


    "
    • Numéro : 2841
    • Année : None