Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pierre Marie CORFMAT

CORFMAT Pierre (1887-1979) [3114] CORFMAT Pierre, Marie, est né le 25 janvier 1887 à Colpo, diocèse de Vannes (Morbihian). Il fit ses études primaires à Colpo, puis à Locminé, et ses études secondaires au Petit Séminaire de St Anne d'Auray. Il entra au Séminaire des Missions Étrangères, le 21 août 1905, et fut ordonné prêtre le 23 septembre 1911. Il partit le 29 novembre 1911 pour la mission du Setchuen méridional.
Add this

    CORFMAT Pierre

    (1887-1979)


    [3114] CORFMAT Pierre, Marie, est né le 25 janvier 1887 à Colpo, diocèse de Vannes (Morbihian). Il fit ses études primaires à Colpo, puis à Locminé, et ses études secondaires au Petit Séminaire de St Anne d'Auray. Il entra au Séminaire des Missions Étrangères, le 21 août 1905, et fut ordonné prêtre le 23 septembre 1911. Il partit le 29 novembre 1911 pour la mission du Setchuen méridional.

    Il s'embarqua à Marseille sur le \Tonkin", avec 24 autres partants. Il passa Noël à Singapour. Fin janvier, il arriva à Shanghai, et le 18 février, il prit un vapeur qui l'amena à Itchang. Il arriva à Chungking le Vendredi Saint. Mgr. Chouvellon le désigna pour célébrer la messe du Samedi Saint, ce qui lui offrit l'occasion d'offrir cette Messe pour le repos de son père, dont il venait d'apprendre la mort. Enfin, le 25 avril 1912, il arriva à Suifu (Ipin) où tous les confrères étaient réunis pour les noces d'or sacerdotales et les noces d'argents épiscopales de Mgr. Chatagnon.

    La Chine qu'il trouvait à son arrivée à Suifu sortait de sa longue léthargie sous la dynastie mandchoue, pour entrer, avec la République, dans une ère de révolutions et de troubles, qui ne devaient plus cesser jusqu'à son départ de Chine en 1952.

    Le 8 mai 1912, il alla chez le Père Renault à Loutchéou, pour y apprendre le chinois, et à Pâques 1913, il fut nommé vicaire du Père Pierrel à Kiatin, à l'autre bout de la Mission, avec charge spéciale du district de Chukentan. En septembre 1914, il est appelé à Hankéou, au centre de la Chine, pour y passer le conseil de révision. Puis, convoqué de nouveau à Chengtu, il est définitivement réformé. Il fut alors nommé au poste de Chukentan, où il séjourna 9 ans, du 8 mai 1915 au mois de janvier 1924. Il fit des conversions parmi les protestants et les païens. Il gagna l'affection de tous par sa charité, son savoir faire et son courage.

    En 1924, il fut nommé à Suifu procureur de la mission, charge dont il s'acquitta jusqu'en 1946. Pendant plus de 20 ans, il dut lutter contre les collecteurs d'impôts, afin de sauvegarder l'argent nécessaire à la marche de la mission. Il réussit même à économiser assez d'argent pour bâtir un nouvel évêché, ce qui lui valut quelques ennuis de la part des militaires qui, trouvant la maison très confortable, la réquisitionnèrent à plusieurs reprises.

    Le Vicaire apostolique, Mgr. Renault, vint à mourir le 28 octobre 1943, du fait d'épreuves qu'il dut subir en raison des bombardements d'avions japonais, d'impôts exorbitants, du nationalisme naissant, source d'indiscipline dans les séminaires et de contestation chez les chrétiens. Le Père Corfmat devint administrateur de la mission, charge qu'il assuma jusqu'au mois de mars 1946, quand Mgr. Boisguérin devint Vicaire apostolique. Mais dans son poste de procureur, le Père Corfmat connut des temps difficiles. Depuis 1941, le coût de la vie augmenta de plus de 250 fois. Depuis 1943, l'évêché-procure fut occupé de force, sur ordre du sous-préfet, par des officiers et leur famille. Le Père Corfmat avait grand besoin de repos. Mgr. Boisguérin le nomma provicaire et lui donna le beau poste de Tsélioutsin, grosse ville industrielle pour la production du sel au Setchuen. Les communistes arrivèrent en décembre 1949 et ce ne fut que tracasseries, impôts exorbitants. Le Père Corfmat dut quitter la Chine pour Hongkong, le 13 mars 1952. Puis il s'embarqua pour la France, le 7 avril 1952. Après quelque temps dans sa famille, il accepta le poste d'aumônier des Soeurs dominicaines de Dijon. C'est là qu'il célébra ses noces d'or sacerdotales, le 22 novembre 1961, avec ses confrères de la mission de Suifu et Mgr. Boisguérin.

    Sa santé déclina et il dut se retirer dans notre maison de Lauris. Il prit bientôt ses 93 ans, et un accident brutal l'enleva à l'affection des siens. Renversé par une auto, il mourut des suites de ses blessures à l'hôpital de Perthuis, le 28 juin 1979.

    Missionnaire zélé et compétent, d'une exquise charité et d'une grande piété, il fut jusqu'à sa mort, un grand nostalgique de la Chine, qu'il aimait beaucoup. Il fut un témoin fidèle par sa foi, sa charité pour Dieu et les âmes.


    Références bibliographiques

    AME 1912 p. 43. 1919 p. 360. CR 1911 p. 271. 1917 p. 46. 48. 1918 p. 33. 34. 1919 p. 38. 40. 1922 p. 47. 1923 p. 62. 1924 p. 45. 1925 p. 53. 165. 1926 p. 52. 1935 p. 309. 1936 p. 335. 1948 p. 27. 1949 p. 37. 40. 1951 p. 24. 1969 p. 175. 1974-76 p. 263. BME 1924 p. 787. photo p. 798. 1932 photo p. 613. 1936 p. 812. photo p. 815. 1937 p. 428. 1938 p. 839. 1948 p. 326. 327. 1949 photo p. 745. 1952 p. 51. 348. 425. 1956 p. 478. ECM 1944 p. 27. 1945 p. 193. 1946 p. 131. EC1 N° 517. 519. NS. 42P161 - 44P226 - 93P50 - 132/C2.

    "
    • Numéro : 3114
    • Année : None