Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Marie Laurent Francois Xavier CORDIER

[551]. CORDIER, Marie-Laurent-François-Xavier, vicaire apostolique du Cambodge, naquit le 1er mai 1821 au hameau du Pâquier, commune de Villard-Saint-Pancrace (Hautes-Alpes). Ordonné prêtre le 20 juin 1847 à Gap, il entra le 1er juillet suivant au Séminaire des M.-E., et partit le 29 mars 1848 pour la mission de Cochinchine occidentale, qui comprenait alors le royaume du Cambodge. Ce royaume ayant été érigé en vicariat apostolique en 1850, il fut affecté à cette nouvelle division ecclésiastique.
Add this
    [551]. CORDIER, Marie-Laurent-François-Xavier, vicaire apostolique du Cambodge, naquit le 1er mai 1821 au hameau du Pâquier, commune de Villard-Saint-Pancrace (Hautes-Alpes). Ordonné prêtre le 20 juin 1847 à Gap, il entra le 1er juillet suivant au Séminaire des M.-E., et partit le 29 mars 1848 pour la mission de Cochinchine occidentale, qui comprenait alors le royaume du Cambodge. Ce royaume ayant été érigé en vicariat apostolique en 1850, il fut affecté à cette nouvelle division ecclésiastique.
    Il débuta à Battambang, et deux ans après, en 1852, Mgr Miche l'envoya au Laos. Il s'installa avec M. Beuret au village \ Queue-de-Buf ", au-dessus de Stung-treng. Etant tombé malade, il se rendit à Phnom-penh et se fixa à Ka-sutin, sur le Mékong, au milieu de Chinois catholiques. Son état ne s'améliorant pas, il revint en France, 1862.
    Peu après, complètement guéri, il retourna dans sa mission. Il eut en 1864 la direction du district de Ba-nam, où tout était à créer. Il protégea énergiquement ses chrétiens contre les rebelles, les préserva de la famine et leur enseigna à utiliser leurs ressources. En même temps, pendant plusieurs années, il administra les chrétientés de Battambang et de Meat-krasa (Mot-kresar).
    De 1865 à 1869, il fut provicaire sous l'autorité de Mgr Miche, devenu vicaire apostolique de la Cochinchine occidentale, et resté administrateur de la mission du Cambodge. Nommé supérieur de cette mission en 1874, il se fixa à Phnom-penh, dans la paroisse de Rosey-keo (Notre-Dame Auxiliatrice) ; de 1875 à 1878, il résida à Dau-nuoc (Culao Gieng) dans le séminaire ; en 1879, il retourna à Phnom-penh, et en 1881 administra pendant quelque temps le district de Chau-doc.
    Le 18 juin 1882, il fut nommé évêque de Gratianopolis, vicaire apostolique du Cambodge, et le 6 janvier 1883, sacré à Dau-nuoc. Il fixa définitivement sa résidence dans la paroisse de Hoa-lang (Immaculée-Conception) à Phnom-penh, où le roi du Cambodge, Norodom, le traitait en ami.
    Sous son administration, la mission prospéra, grâce à son zèle, à sa piété, à l'activité et au savoir-faire de plusieurs de ses missionnaires, auxquels il laissa beaucoup d'initiative. Cinq orphelinats et trois hôpitaux indigènes furent fondés par les religieuses de la Providence de Portieux, qui étaient arrivées au Cambodge au mois de janvier 1876. Le séminaire, bien dirigé, vit augmenter le nombre de ses élèves ; presque chaque année eurent lieu une ou plusieurs ordinations sacerdotales. De belles églises furent construites.
    En juin 1895, au retour d'une tournée pastorale, Cordier tomba malade et succomba à Phnom-penh le 14 août suivant ; il fut enterré dans la cathédrale (Immaculée-Conception). Il eut longtemps la réputation d'un homme sévère ; de fait, il administra la paroisse de Ba-nam avec une fermeté calme, mais en appliquant strictement le droit ; devenu évêque, il montra souvent une bonté qu'on ne soupçonnait pas.
    A l'époque de son sacre, la statistique officielle de la mission du Cambodge était la suivante : missionnaires 18, catéchistes 14, catholiques 14 832, séminaire 1 avec 61 élèves, écoles 31 avec 1 321 élèves, églises ou chapelles 68. A sa mort, 13 ans plus tard, tous ces chiffres avaient notablement augmenté : missionnaires 30, prêtres indigènes 12, catéchistes 70, catholiques 25 200, séminaire 1 avec 66 élèves, écoles et orphelinats 71 avec 3 969 élèves, églises ou chapelles 95.
    Armes. - Coupé : au 1 de gueules à la croix tréflée d'or ; au 2 parti de sinople à l'ancre d'argent et d'azur à 2 palmes d'argent entrelacées en sautoir.
    Devises. - Forma facti gregis. - Salus in cruce.
    Notes bio-bibliographiques. - C.-R., 1872, p. 15 ; 1874 (déc.), pp. 24, 25 ; 1875, p. 37 ; 1876, p. 32 ; 1877, pp. 34, 62 ; 1878, p. 38 ; 1879, p. 51 ; 1880, p. 69 ; 1881, p. 81 ; 1882, p. 75 ; 1883, p. 23 ; 1884, p. 9 ; 1885, pp. 102, 169 ; 1886, p. 105 ; 1887, p. 155 ; 1888, p. 147 ; 1889, p. 179 ; 1890, p. 142 ; 1891, pp. 175, 322 ; 1892, p. 191 ; 1893, p. 209 ; 1894, p. 226.
    A. P. F., lvii, 1885, Massacre de M. Guyomard, p. 209 ; lxvii, 1895, p. 475. - A. S.-E., xx, 1868, p. 329 ; xxiii, 1872, p. 267 ; xxxi, 1880, p. 171 ; xlvii, 1896, p. 215. - M. C., vi, 1874, p. 190 ; viii, 1876, p. 140 ; xiv, 1882, p. 472 ; xvii, 1885, p. 159 ; xxvii, 1895, p. 408.
    A. M.-E., 1913, pp. 250 et suiv., 259 et suiv. - Ann. N.-D. Laus., 1891, p. 140 ; 1892, p. 415. - Le Tour du Monde, 1863, 2e sem., pp. 282, 290.
    Lettre de S. G. Monseigneur l'évêque de Gap [Mgr Berthet], 16 août 1895, Sa mort.
    Hist. gén. Soc. M.-E., Tab. alph. - Dict. biog. Hautes-Alpes, au nom Cordier. - Arm. des Prél. franç., p. 250.
    Notice nécrologique. - C.-R., 1895, p. 333.


    Bibliographie:
    CORDIER (1821-1895)

    Cochinchine française : les codes cambodgiens / [M. L. Cordier]. - Saigon : Impr. nationale, 1881. - 283 p. ; 8°.

    Les Codes cambodgiens / [M. L. Cordier]. - Saigon : Impr. du gouvernement, 1894. - 216 p. ; 24 cm. In : Excursions et reconnaissances, 1894, p. 1-216.

    Les Codes cambodgiens / [M. L. Cordier]. - Saigon : Impr. du gouvernement, 1896. - [71] p. ; 24 cm. In : Excursions et reconnaissances, 1896, p. 284-354.


    CRÉTIN Paul (1892-1978)

    Dictionnaire français-sedang (dak-kang) / P. Crétin, M. E. P. - Saigon : Roné Lua Hông, [19-?]. - 2 vol., 1064 p. ; 33 cm. Polycopié, cartonné. AMEP 3228.1





    "
    • Numéro : 551
    • Année : None