Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Lambert LOUIS DIEUDONNÉ CONRARDY

CONRARDY Lambert, Louis, Dieudonné INDE Pondichéry - Kouang-tong [1112 ]. Lambert, Louis, Dieudonné CONRARDY naquit le 12 juillet 1841, à Liège , paroisse Saint Jacques (Belgique). Il fit ses humanités au Collège Saint Servais. Ordonné prêtre à Liège le 15 juillet 1867, il fut nommé vicaire à Stavelot, où il travailla jusqu'en 1871.
Add this
    CONRARDY Lambert, Louis, Dieudonné
    INDE

    Pondichéry - Kouang-tong
    [1112 ]. Lambert, Louis, Dieudonné CONRARDY naquit le 12 juillet 1841, à Liège , paroisse Saint Jacques (Belgique). Il fit ses humanités au Collège Saint Servais. Ordonné prêtre à Liège le 15 juillet 1867, il fut nommé vicaire à Stavelot, où il travailla jusqu'en 1871.

    Le 12 juillet 1871, il entra au séminaire des Missions Etrangères. Il reçut sa destination pour le vicariat apostolique de Pondichéry qu'il partit rejoindre le 19 juin 1872. Le 3 septembre 1872, Mgr.Laouënan écrivait aux directeurs de Paris que M. Conrardy était déjà placé à Karikal, district qui, outre l'église principale comptait quatre stations secondaires; le tout était confié à M.Jean-Marie Giraud. Il y avait aussi une léproserie desservie par un aumônier. Ce fut probablement là que M. Conrardy eût ses premiers contacts avec les lépreux. Il commença l'étude du Tamoul.

    Mais ne pouvant plus supporter le climat chaud de Karikal, il fut vicaire de M.Jean François Darras, à Attipakum, de novembre 1872 à février 1874. Durant cette période, il demanda à être admis dans la mission du Japon, mais la Mandchourie lui fut proposée; décontenancé par cette offre de Paris, il se décida à rester dans la mission de Pondichéry, résolution qui ne dura guère plus d'un mois. Il demanda alors à retourner en Europe en vue de se rendre en Amérique. Le 18 mars 1874, Mgr.Laouënan répondit positivement à son désir, il lui envoya toutes les pièces nécessaires pour s'embarquer à Madras, mais demanda qu'on raye le nom de M. Conrardy des tableaux de la Société.

    De retour à Liège, il s'inscrivit au Collège américain de Louvain, et avant a fin de l'année 1874, il arriva en Oregon. Il ne cessa de parcourir l'Oregon oriental où il bâtit sept églises. Il noua des relations avec le P.Damien de Veuster Ss.cc, apôtre des lépreux à Molokaï (îles Hawaï) qui fut heureux de l'accueillir. Le 17 mai 1888, M.Conrardy débarqua à Molokaï, et se rendit à Kalawao, lieu de résidence du P. Damien; il devint son assistant et son confident intime durant les onze derniers mois de sa vie. Il lui administra les derniers sacrements et recueillit son dernier soupir.

    En novembre 1895, le P. Pamphile De Veuster,Ss.cc, frère ainé du P. Damien arriva à Molokaï. Alors M. Conrardy partit à Canton; désirant consacrer aux lépreux le reste de sa vie,il offrit ses services à Mgr. Chausse. Pour les aider plus efficacement, il s'inscrivit à la Faculté de Médecine de l'Université de Portland en Orégon, où il fut reçu docteur en médecine en avril 1900. Puis il compléta sa formation à Liège par un cours de médecine tropicale.

    De 1895 à 1907, M.Conrardy collecta des fonds. En 1907, il fut admis dans la mission du Kouang-tong. Cette même année, près de Shek-lung, sur la voie ferrée qui relie Canton à Hong-Kong il fit l'acquisition d'une partie d'une île sur laquelle bientôt s'élevèrent des constructions pour les lépreux. Il assurait les frais d'entretien de la léproserie, et faisait lui-même le service des malades. Dès 1907, il eût comme collaborateur M. Grisel. Malgré leurs différences de vues, la léproserie se fonda, car le zèle apostolique de l'un et de l'autre parvenait à se rencontrer. En 1911, M.Conrardy accepta le transfert à Shek-Lung de tous les lépreux vivant aux frais du Gouvernement, et habitant dans la banlieue de Canton. Le 8 juin 1913, il s'adressa à Mgr. Mérel pour que la mission s'engage à continuer et à développer cette uvre. Ce qui fut accepté.

    M. Conrardy demanda en même temps d'être admis parmi les membres de la Société des Missions Etrangères, pour continuer à travailler dans la Préfecture Apostolique de Canton. Mgr.Mérel le considéra comme faisant partie du personnel de la Mission, et demanda à Paris de le recevoir comme membre de la Société. Il ne semble pas que cette dernière demande ait été prise en considération. La mission de Canton prit alors en charge la léproserie de Shek-Lung et signa un contrat avec les autorités chinoises. M. Conrardy céda la direction et l'organisation de la léproserie à M. Deswazières, aidé par le P.Tchao, par trois religieuses de l'Immaculée Conception d'Outremont (Montréal) et par une vierge chinoise, Sur Marie-Damien. Le premier contingent de lépreux venu de Canton arriva à Shek-Lung, le 20 septembre 1913; les hommes au nombre de 750 furent installés dans \l'île Saint Joseph", les femmes au nombre de 200, dans le petite île voisine de "Sainte Marie".

    M. Conrardy contracta cette maladie; il mourut à Hong-Kong, le 24 avril 1914. Il avait exprimé le désir d'être inhumé au milieu de ses lépreux. Sur l'initiative de M. Deswazières, le 7 août 1926, en présence de Mgr. Valtorta, de M. le Consul de Belgique et des membres de diverses communautés religieuses, ses restes mortels furent exhumés du cimetière de Hong-Kong pour être transportés à Shek-Lung. A cette occasion, la presse locale fit l'éloge de M.Conrardy et retraça l'historique de la léproserie.

    Réf. biographiques. - CR 1872 p. 53. - BME 1926 p. 571, 1930 p. 339, 1940 p. 390. -


    "
    • Numéro : 1112
    • Année : None