Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean marie COMBRET

COMBRET Jean-Marie (1849-1914) [1183] COMBRET Jean-Marie, est né le 26 mai 1849 à Féline, en Usson, dans le diocèse de Lyon (Loire). Entré aux MEP le 4 mars 1870, il est tonsuré le 23 décembre 1871, minoré le 25 mai 1872, sous-diacre le 21 décembre 1872, diacre le 7 juin 1873. Le 20 septembre 1873 il est ordonné prêtre et part pour la mission de Mysore, le 5 novembre suivant.
Add this
    COMBRET Jean-Marie

    (1849-1914)


    [1183] COMBRET Jean-Marie, est né le 26 mai 1849 à Féline, en Usson, dans le diocèse de Lyon (Loire). Entré aux MEP le 4 mars 1870, il est tonsuré le 23 décembre 1871, minoré le 25 mai 1872, sous-diacre le 21 décembre 1872, diacre le 7 juin 1873. Le 20 septembre 1873 il est ordonné prêtre et part pour la mission de Mysore, le 5 novembre suivant.

    Ce ne fut qu'en 1886 qu'il eut l'honneur d'une première mention, et élogieuse, dans le Compte-Rendu (CR): il était à cette date et depuis quelques années sans doute, recteur de la paroisse du Sacré Coeur, à Bangalore. À son arrivée, c'était un quartier mal famé, comprenant peu de chrétiens et non des meilleurs. En 1886 donc, il groupe 1900 baptisés; il a trois écoles de garçons et une de filles et un catéchuménat. En 1887, il compte 2000 chrétiens, mais n'a pas encore d'église. En semaine, il célèbre la messe dans une chambre de sa résidence; le dimanche et les jours de fêtes, il réunit ses fidèles dans la cathédrale St Patrick, après la messe des soldats. En 1895, il signale 2082 baptisés et l'achèvement de son église du Sacré Coeur. Le quartier s'était transformé et était devenu une bonne et belle paroisse.

    En 1903, nous trouvons le Père Combret à Sattihally, où il dispose d'une vaste église, d'une école de garçons et d'une de filles, d'un petit couvent de religieuses indigènes qui tiennent un hôpital et un orphelinat.

    En 1908, après la division de sa paroisse en deux, il lui reste 1300 chrétiens. Les conversions sont plus difficiles et moins nombreuses qu'au Sacré Coeur. Ici, il travaille parmi des gens de caste, chez qui les préjugés sont plus tenaces; il s'efforce de les attirer par la solennité de ses processions.

    Mais sa santé décline; son organisme est usé et après 40 ans ininterrompus de labeurs constants, accomplis avec zèle et sans bruit, il rend son âme à Dieu, à Sattihally, dans la nuit du 15 au 16 septembre 1914.



    Références bibliographiques

    CR 1886 p. 131. 1887 p. 179. 1890 p. 188. 315. 316. 1895 p. 314. 1903 p. 278. 279. 1908 p. 250. 1912 p. 375. 1914 p. 131. BME 1936 p. 798.

    • Numéro : 1183
    • Année : None