Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Isidore François COLOMBERT

[830]. COLOMBERT, Isidore-François-Joseph, né le 19 mars 1838 à Sainte-Marie-du-Bois (Mayenne), élève du lycée de Laval, du petit séminaire de Précigné, 1856-1858, et du grand séminaire du Mans, entra tonsuré au Séminaire des M.-E. le 4 octobre 1860. Il reçut le sacerdoce le 30 mai 1863, et partit le 16 juillet suivant pour la Cochinchine occidentale. Il apprit la langue à Mac-bac, et en 1864 dirigea le district de Cai-nhum, province de Vinh-long, où il éleva une chapelle et un presbytère.
Add this
    [830]. COLOMBERT, Isidore-François-Joseph, né le 19 mars 1838 à Sainte-Marie-du-Bois (Mayenne), élève du lycée de Laval, du petit séminaire de Précigné, 1856-1858, et du grand séminaire du Mans, entra tonsuré au Séminaire des M.-E. le 4 octobre 1860. Il reçut le sacerdoce le 30 mai 1863, et partit le 16 juillet suivant pour la Cochinchine occidentale. Il apprit la langue à Mac-bac, et en 1864 dirigea le district de Cai-nhum, province de Vinh-long, où il éleva une chapelle et un presbytère. En 1866, il devint secrétaire particulier de Mgr Miche, à Saïgon, et procureur de la mission. Ses qualités administratives se révélèrent dans ces fonctions ; il rendit bientôt de véritables services à son évêque qui, au déclin de sa vie, le choisit pour coadjuteur. En vertu d'un bref du 6 février 1872, il fut nommé évêque de Samosate, et sacré à Saïgon le 25 juillet de la même année. Le 1er décembre 1873, il succéda à Mgr Miche, décédé.
    La mission traversait alors une sorte de crise causée par l'occupation française ; il fallait beaucoup de tact pour modifier les œuvres anciennes et en fonder de nouvelles. L'évêque mena à bien la tâche qui lui incombait ; il sut éviter tout conflit entre l'Eglise et l'Etat. Sous son impulsion, près de 200 églises ou chapelles furent édifiées, parmi lesquelles se remarque tout particulièrement la cathédrale de Saïgon élevée aux frais de la colonie (Cathédrale, grav., M. C., xv, 1883, p. 409. - A. M.-E., 1911, p. 12). De nombreuses écoles furent créées ou développées dans les chrétientés. Il fit reconstruire en partie le séminaire de Saïgon, établit le petit séminaire de Cai-nhum, encouragea pratiquement les conversions des infidèles. Il rédigea des règlements pour les confréries et pour les catéchistes à poste fixe ; il revisa le catéchisme de la mission ; il écrivit 31 mandements remarquables d'esprit apostolique, et quoiqu'il sût bien la langue annamite, il les faisait revoir ou traduire par un prêtre indigène.
    Quand, à la fin de 1881, sous le gouvernement de M. Le Myre de Vilers, la subvention que la colonie donnait à la mission fut supprimée, il réussit, à force d'économie et de désintéressement, à maintenir les différentes œuvres du vicariat.
    Il ne laissa jamais passer l'occasion d'être utile aux missions voisines de la sienne. En 1874, il avait contribué à faire accepter par l'amiral Dupré la clause qui, dans le traité du 15 mars, assurait la liberté religieuse en Annam et au Tonkin. En 1885, lors des massacres qui désolèrent plusieurs missions d'Indo-Chine, il pourvut aux besoins des chrétiens du Binh-dinh réfugiés à Saïgon.
    Atteint de la maladie dont il devait mourir, incapable de célébrer la messe, il assistait à celle de son confesseur : \ Un évêque, disait-il, doit mourir debout. " Il voulut régler d'avance le détail de ses funérailles ; il écrivit plusieurs lettres, dont une au lieutenant-gouverneur pour demander à être inhumé dans sa cathédrale. Il adressa de son lit de mort des cartes d'adieu aux amis qu'il comptait dans la société saïgonnaise, et à tous ceux qui avaient rendu des services à la mission. Il mourut à Saïgon le 31 décembre 1894, et fut inhumé dans la cathédrale.
    C'était un homme de foi, de raison, de devoir, et d'une très grande droiture. Vis-à-vis de ses prêtres, les débuts de son administration avaient été empreints d'une certaine austérité, qui fit bientôt place à une cordialité vraie. Le Conseil colonial donna son nom à une rue de Saïgon, et la direction des Messageries fluviales à un de ses bateaux.
    Armes. - D'azur à la croix ancrée de... accompagnée en chef d'une étoile et du monogramme des M.-E. d'argent.
    Bibliographie. - Tous les ouvrages ci-dessous mentionnés, sauf indication contraire, ont été imprimés à l'imprimerie de la mission, Tan-dinh ou Tandinh-Saïgon.
    Ouvrages composés par Mgr Colombert seul :
    Bénédiction des cloches de la nouvelle cathédrale de Saïgon, 1er février 1880. - Imprimerie et librairie de A. Nicolier, rue d'Adran et rue Catinat, Saïgon, 1880, in-12, pp. 15.
    Discours pour l'inauguration de la cathédrale de Saïgon, 11 avril 1880. - In-12, pp. 11.
    Notice sur les martyrs de la Cochinchine occidentale. - 1887, in-8, pp. 12.
    Ouvrages composés par Mgr Colombert et traduits en annamite avec l'aide de prêtres indigènes :
    < AUT > (Règlement des catéchistes des paroisses). - 1884, in-8, pp. 24.
    < AUT > (Règlement de la confrérie du Rosaire). - 1885, in-8, pp. 12.
    < AUT > (Règlement de la confrérie du Saint-Sacrement). - 1885, in-8, pp. 10.
    Tho'chung dia phân dang trong bên Tây (Mandements pour la mission de Cochinchine occidentale). - 1886, in-8, pp. 244.
    Comprend 20 Mandements, 1875-1885 ; les 11 suivants, 1887-1894, n'ont pas été réunis en volume ; ils n'ont été imprimés qu'une seule fois, lors de leur envoi aux missionnaires.
    Ouvrages composés par d'autres et revus par Mgr Colombert :
    Thanh giáo yêu ly (Petit catéchisme). [1re édit. par Mgr Miche]. - 4e édit., 1873, in-16, pp. 164 ; 5e édit., 1879, in-8, pp. 96 ; 6e édit., 1882, pp. 69 ; 7e édit., 1889 ; 8e édit., 1894.
    < AUT > (Pensez-y bien). - 1885, in-8, pp. 146 ; 2e édit., 1893, pp. 146.
    Biên phân chánh tà (Documenta rectæ rationis) [par Mgr Taberd]. - 1891, in-8, pp. 432.
    < AUT > (Histoire de l'Ancien Testament par demandes et par réponses) [par MM. Eveillard et Thiriet]. - 1898, in-8, pp. 220.
    Notes bio-bibliographiques. - C.-R., 1872, p. 17 ; 1874 (déc.), p. 22 ; 1875, pp. 36, 38 ; 1876, p. 31 ; 1877, pp. 33, 55 ; 1878, pp. 36, 81 ; 1879, p. 50 ; 1880, p. 66 ; 1881, p. 78 ; 1882, p. 72 ; 1883, pp. 18, 140 ; 1884, p. 107 ; 1885, pp. 93, 175 ; 1886, pp. 100, 199, 207 ; 1887, pp. 149, 230 ; 1888, pp. 134, 206, 226 ; 1889, pp. 160, 291 ; 1890, p. 128 ; 1891, pp. 162, 296, 312 ; 1892, p. 182 ; 1893, p. 196 ; 1894, p. 212.
    A. P. F., xliv, 1872, p. 309 ; lxvii, 1895, p. 157. - M. C., iv, 1871-72, pp. 228, 682 ; v, 1873, Mort de M. Péguet, p. 586 ; vii, 1875, p. 242 ; ix, 1877, Pose de la 1re pierre de la cathédrale de Saïgon, p. 590 ; x, 1878, pp. 207, 466, 545, 582 ; xii, 1880, pp. 290, 558 ; xv, 1883, Son administration, pp. 416, 429, 440, 453, 464, 497 ; xvii, 1885, p. 481 ; xxvii, 1895, Sa mort, pp. 47, 83.
    1871-72, pp. 305, 360, 810, 1240 ; 1872-73, pp. 88, 92 ; 1873-74, p. 966 ; 1877-78, p. 859 ; 1878-79, p. 66 ; 1879-80, p. 233 ; Ib., Bénédiction des cloches, p. 414 ; Ib., Discours, p. 708 ; Ib., pp. 734, 791 ; 1882-83, pp. 497, 1141. - Sem. rel. Laval, 1872-73, pp. 156, 184 ; 1877-78, p. 644 ; 1878-79, p. 21 ; 1885-86, p. 5 ; 1894-95, Sa mort, p. 196 ; 1895-96, Notice, pp. 344, 359, 377, 394, 407. - Sem. rel. Séez, 1885, p. 671. - Voix de N.-D. Chartres, xviii, 1874, p. 209 ; xx, 1876, p. 105 ; xxii, 1878, pp. 184, 280 ; xxviii, 1884, p. 193.
    Le Tonk. de 1872 à 1886, p. 269. - La Coch. rel., ii, pp. 351, 393, 444, 541 et suiv. - Les miss. cath. franç., ii, p. 462. - Arm. des Prél. franç., p. 250.
    Collect., 17 nov. 1878 : n° 2088 ; 9 mai 1879 : n° 467.
    Notice nécrologique. - C.-R., 1894, p. 326.
    Biographie. - Notice nécrologique sur Mgr Colombert, évêque de Samosate, vicaire apostolique de la Cochinchine occidentale, décédé à Saïgon, le 31 décembre 1894 [par E. Louvet]. - Imprimerie de la mission, Tân-dinh, 1895, in-12, pp. 87.
    Portrait. - M. C., xv, 1883, p. 414 ; xxvii, 1895, p. 78.


    "
    • Numéro : 830
    • Année : None