Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Félix CLÉMENT

CLÉMENT Félix (1874-1935) [2441] CLÉMENT Félix, naquit le 24 décembre 1874 à Lyon. Il fit ses études secondaires au Petit Séminaire St Jean. Il alla ensuite au Grand Séminaire de Philosophie. Après avoir reçu la tonsure, il entra au Séminaire des Missions Étrangères, le 9 octobre 1895. Il fut ordonné prêtre le 25 juin 1899, et partit le 26 juillet suivant pour la mission de Pondichéry.
Add this
    CLÉMENT Félix

    (1874-1935)


    [2441] CLÉMENT Félix, naquit le 24 décembre 1874 à Lyon. Il fit ses études secondaires au Petit Séminaire St Jean. Il alla ensuite au Grand Séminaire de Philosophie. Après avoir reçu la tonsure, il entra au Séminaire des Missions Étrangères, le 9 octobre 1895. Il fut ordonné prêtre le 25 juin 1899, et partit le 26 juillet suivant pour la mission de Pondichéry.

    Le 1er août 1899, il débarqua à Pondichéry. On le nomma au Grand Séminaire pour enseigner le dogme, mais il ne resta là que quelques mois. Il désirait travailler en paroisse. Son évêque, Mgr. Gandy, le nomma à Tindivanam, vicaire du Père Combes, sous la direction duquel il continua à apprendre le tamoul. Grammaire et dictionnaire tamouls ne quittèrent jamais ses mains. Après une conversation tamoule du Père Combes avec les gens, il s'empressait de noter les mots et les expressions qu'il ne comprenait pas. Mais sa mémoire plutôt défectueuse ne lui facilitait pas l'étude de cette langue compliquée. Néanmoins, il acquit une connaissance suffisante du tamoul pour voler de ses propres ailes.

    Le district de Tindivanam fut divisé et un nouveau centre fut fondé à Minnur, à 22 km de Tindivanam. C'est là que fut envoyé M. Clément et que s'écoula toute sa vie missionnaire. Il trouva là un presbytère bien misérable, et une petite église. Il écrivit en France et obtint d'abord une bicyclette, nécessaire pour parcourir sa vaste paroisse. Puis il fit bâtir, comme église, une grande salle rectangulaire. À l'intérieur, il mit un autel, un chemin de croix et une statue reçue de France.

    Après ces préoccupations matérielles, il s'occupa de ses pauvres Parias, nouvellement baptisés. Il les catéchisa et les amena peu à peu aux sacrements. C'est surtout sur les enfants que se portait sa sollicitude. Il avait aussi des catéchumènes. Il donnait des instructions à tous, un peu à la manière du curé d'Ars. Il expliquait le catéchisme par des images, répétait les mêmes choses plusieurs fois sous des formes variées, les interrogeait et agrémentait ses explications d'histoires tirées de la vie des Saints, d'exemples pris dans la nature. Les résultats de cette excellente pédagogie furent remarquables.

    À 3 heures du matin, il était debout. Il célébrait la messe et repartait pour les villages chrétiens de sa paroisse. Il allait donner les derniers sacrements aux chrétiens souffrant de l'épidémie du choléra. Malheureusement, il contracta cette maladie, fut pris de diarrhée et de vomissements. Le docteur lui prodigua des soins et put arrêter diarrhée et vomissements. À l'évêché de Pondichéry, il passa une nuit calme, mais dès le lendemain matin, il repartit sur sa bicyclette, disant à un confrère qui voulait le retenir qu'il était possible que de nouveaux cas de choléra se soient déclarés au village et qu'il devait aller faire son devoir.

    La grande guerre éclata en 1914. Il fut mobilisé en 1915 et versé comme infirmier dans les services auxiliaires. Il partit au front comme brancardier. Il donna, dans les Vosges, l'exemple d'une grande bravoure. Puis dès qu'il put, il revint en Inde et retrouva son poste de Minnur. Les dernières années de sa vie furent attristées par de dures épreuves. Un insecte venimeux le piqua de nuit pendant son sommeil. Ce furent alors des démangeaisons, puis des ulcérations sur tout le corps. Les médicaments finirent par faire disparaître la maladie. Mais il fut bientôt affligé d'une maladie plus grave : une tumeur cancéreuse du bulbe rachidien.

    En avril 1933, il partit pour la France. Envoyé à Montbeton, il fut l'objet des plus grands soins, mais le mal empira et il mourut le 22 juin 1935.



    Références bibliographiques

    AME 1899 p. 231. 1902 p. 140 (art). 1935 p. 238. CR 1899 p. 294. 1901 p. 240. 241. 1902 p. 258. 1903 p. 259. 1904 p. 250. 1905 p. 250. 1906 p. 237. 1917 p. 131. 132. 1918 p. 115. 1920 p. 75. 1922 p. 145. 1930 p. 313. 1935 p. 242. 340. BME 1931 p. 922. 1932 p. 305. 559. 1933 p. 314. 389. 472. 1935 p. 214. 605. EC1 N° 225. 236. 264. 279. 303. 317.





    • Numéro : 2441
    • Année : None