Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pierre Julien Marc CLÉMENCEAU

[393]. CLÉMENCEAU, Pierre-Julien-Marc, originaire d'Avrillé (Maine-et-Loire), naquit le 8 août 1806. Il fut incorporé au diocèse de Poitiers et entra diacre au Séminaire des M.-E. le 8 avril 1831. Prêtre le 17 juillet de la même année, il partit le 22 août suivant pour le Siam. Il resta à Singapore pendant quelques mois de l'année 1832, puis se rendit à Bangkok, d'où il fut envoyé à Chantaboun en 1834.
Add this

    [393]. CLÉMENCEAU, Pierre-Julien-Marc, originaire d'Avrillé (Maine-et-Loire), naquit le 8 août 1806. Il fut incorporé au diocèse de Poitiers et entra diacre au Séminaire des M.-E. le 8 avril 1831. Prêtre le 17 juillet de la même année, il partit le 22 août suivant pour le Siam. Il resta à Singapore pendant quelques mois de l'année 1832, puis se rendit à Bangkok, d'où il fut envoyé à Chantaboun en 1834. Des épreuves l'y attendaient : un prêtre indigène, qui avait administré cette paroisse pendant longtemps et qui venait d'y mourir, y avait laissé un esprit tellement opposé aux missionnaires français, qu'au début, Clémenceau trouva difficilement quelques chrétiens consentant à le servir ou à l'aider. Il triompha des oppositions par sa patience.
    En 1838, il fut rappelé à Bangkok, et chargé de réorganiser le collège-séminaire licencié l'année précédente, et de s'occuper de l'imprimerie ; il développa les deux maisons, augmenta le nombre des élèves, forma des ouvriers, et fit imprimer les ouvrages les plus nécessaires. Il remplissait aussi les fonctions de procureur de la mission.
    En 1846, il fut nommé provicaire. En 1848, il quitta le Siam et se retira dans la Presqu'île de Malacca, en même temps que le missionnaire précédent et pour les mêmes motifs. Il y rentra en 1851 et gouverna la mission pendant le voyage de Mgr Pallegoix en Europe, 1852-1855. A cette même époque, il fut atteint de la lèpre.
    En 1855, lors du passage au Siam du plénipotentiaire français, de Montigny, il lui remit sur les lois siamoises un travail qui fut envoyé au ministère des Affaires-étrangères à Paris, et fort apprécié.
    Vers 1860, ses infirmités l'obligèrent à quitter le collège, il ne conserva que la direction de l'imprimerie. Ses études lui avaient donné une profonde connaissance de la langue siamoise. A la mort de Mgr Pallegoix, 18 juin 1862, il reprit le gouvernement de la mission, qu'il garda jusqu'à son décès arrivé à Bangkok le 18 janvier 1864. Il fut enterré dans l'église de l'Assomption, paroisse dans laquelle il résidait.
    Notes bio-bibliographiques. - A. P. F., xvi, 1844, p. 279 ; xxxv, 1863, Mort de Mgr Pallegoix, p. 64. Ib., pp. 67, 71, 76. - A. M.-E., 1914, p. 72. - Sem. rel. Poitiers, 1864, pp. 199, 586 ; 1865, Notice, p. 649. - Bull. Soc. Géog. [Paris], 2e sér., xiii, 1850, Note sur un voyage à Bangkok et à Pak-Phrek, p. 35. - T'oung-pao, 1re sér., x, 1899, p. 667.
    Le sec. Emp. en Indo-Ch., pp. 463 et suiv.


    • Numéro : 393
    • Année : None