Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Benjamin CHOULET

CHOULET Benjamin (1870-1954) Inde [2076] CHOULET Benjamin, naquit le 22 décembre 1870 à La Motte-Servoles, en la paroisse de Tremblay, dans le diocèse de Chambéry (Savoie). Après ses études secondaires, il entra laïc aux Missions Étrangères, le 11 septembre 1889. Ordonné prêtre le 2 juillet 1893, il partit pour la mission de Mysore le 13 septembre suivant.
Add this
    CHOULET Benjamin (1870-1954)
    Inde

    [2076] CHOULET Benjamin, naquit le 22 décembre 1870 à La Motte-Servoles, en la paroisse de Tremblay, dans le diocèse de Chambéry (Savoie). Après ses études secondaires, il entra laïc aux Missions Étrangères, le 11 septembre 1889. Ordonné prêtre le 2 juillet 1893, il partit pour la mission de Mysore le 13 septembre suivant.

    En 1894, il fut envoyé dans un village comme vicaire du Père Gouarin. Mais il n'y resta pas longtemps. Il fut nommé professeur à l'école européenne du Collège St Joseph de Bangalore. Il dut enseigner l'anglais, et il le fit pendant 42 ans. En même temps, il était aumônier des Petites Soeurs des Pauvres, et il le resta pendant 40 ans.

    En 1937, après la nomination du premier archevêque indien à Bangalore, le Collège fut cédé aux Pères Jésuites indiens de la province de Bangalore. Alors, le Père Choulet dut quitter le Collège et aller prendre une chambre à l'évêché. Comme il continua à aller dire la messe chaque jour aux Petites Soeurs des Pauvres, il lui fallait faire 4 km à bicyclette. Ainsi donc, par pluie ou par vent, il faisait sagement ses 8 km aller-retour. Mais un matin, sur les 3 heures, avant l'aurore, le Père allait son chemin vers le Couvent des Soeurs, lorsqu'une voiture le heurta. Il s'en sortit sans blessure grave mais fatigué.
    Cela lui valut son transfert comme aumônier des Carmelites cloîtrées. Il accentua encore la part qu'il avait donnée à la prière dans sa vie. Il faisait l'admiration des Carmélites. Mangeant peu à midi, son repos du soir était encore plus frugal. Mais son appetit de prière et d'adoration du Saint Sacrement était insatiable.

    La mère Prieure s'aperçut un jour que le Père Choulet n'était pas vraiment en forme. Elle réussit à le convaincre, non sans peine, que quelques jours à l'hôpital Ste Marthe seraient tout indiqués. Pendant les derniers jours de sa vie, il fut admirable de patience et d'humilité. Il remerciait ceux qui venaient le voir et leur demandait de prier pour qu'il obtienne une bonne mort, avec une toute petite place près du Bon Dieu en Paradis. Les religieuses du Bon Pasteur le veillaient. Peu avant sa mort, il embrassa un crucifix, pris son chapelet dans ses mains et expira doucement, le sourire aux lèvres, le 5 février 1954.

    Son archevêque tint à présider l'enterrement au cimetière des prêtres, dans l'enclos de l'église du Sacré Coeur. Dans son allocution, Mgr. Thomas fit remarquer combien le défunt avait été un modèle de prière et de fidélité à sa vocation de prêtre et de missionnaire.


    Références biographiques

    AME 1893 p. 2. 1901 p. 214. CR 1893 p. 267. 1928 p. 155. 1929 p. 207. 1937 p. 212. 1948 p. 134. 1954 p. 88. BME 1923 photo p. 69. 1928 p. 638. 1932 photo p. 807. 1933 p. 718. 1935 p. 68. 1937 p. 603. 1954 p. 390. 819. 1960 p. 556. EC1 N° 553. NS. 34P246.

    • Numéro : 2076
    • Année : None