Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jules Léon Joseph CHOUFFOT

CHOUFFOT Léon (1869-1945) Cambodge - Vietnam
Add this
    CHOUFFOT Léon (1869-1945)
    Cambodge - Vietnam

    [2029] CHOUFFOT Léon est né le 2 février 1869 au Bélieu (Doubs) dans le diocèse de Besançon. Il fit ses études au petit séminaire de Notre-Dame de Consolation de 1882 à 1887. Il habitait la commune de Chaux-les-Passavant, où son père enseignait, quand il entra au séminaire des Missions Etrangères le 15 septembre 1889. Ordonné prêtre le 3 juillet 1892, il partit pour la mission du Cambodge le 26 octobre suivant. Après avoir étudié la langue vietnamienne à Banam, il fut chargé du district de Somrong dans la province de Svai-rieng. Le district se composait alors de quatre ou cinq postes très éloignés les uns des autres et le seul moyen de locomotion existant à cette époque était la charrette à bufs. En 1895 M. Chouffot devint lauxiliaire de M. Jules Duquet et sinstalla à Talok, mais quelques mois après M. Duquet devait partir en Cochinchine pour prendre en charge le district de Bac-liêu. Son jeune frère Constant vint alors prêter main-forte à M. Chouffot. Le travail était difficile et les difficultés nombreuses. Trois ans après, le district était confié au jeune Constant, et M. Chouffot partait à son tour soccuper de la chrétienté du chef-lieu de Svai-rieng, où il fondait un premier poste à Lot-sut, puis, en 1904, un second à Sok-nok, malgré les menaces du sous-chef de canton à légard de quiconque se ferait chrétien. La nouvelle église à peine terminée fut brûlée, le chef de la chrétienté fut dépouillé de ses biens par le maire du village, puis accusé dorganiser une société secrète. M. Chouffot, fort du bon droit de ce néophyte, porta le cas aux autorités, qui rendirent justice à cet homme et condamnèrent le sous-chef de canton et le maire à deux ans de prison. Les catéchumènes furent soulagés, et léglise reconstruite. En 1908, M. Chouffot fut nommé au séminaire de Culaogieng, où il devint professeur de philosophie. Il devait passer désormais toute sa vie missionnaire au séminaire de Culaogieng, dont il devint le supérieur en 1938. Il manifesta ensuite le désir de se retirer, et devint aumonier du couvent des soeurs. Cest là quil se trouvait quand, le 20 août 1945, le séminaire fut envahi par des partisans du nouveau gouvernement de lIndochine. La maison fut fouillée de fond en comble. Les missionnaires furent emmenés et internés au chef-lieu de province jusquau 24 septembre, puis conduits à Chaudoc, à 60 kilomètres de là. Ils furent mis en cellule, ils ne virent guère la lumière pendant trois jours. M. Chouffot ne put résister à cette épreuve, et quand, le 3 octobre, les Japonais vinrent les sortir de prison, il était trop tard. Il devait mourir le 5 décembre 1945 à Can-tho, où il fut inhumé.

    Références bibliographiques

    AME 1893 p. 627. 1904 p. 267. 1913 p. 252. 259. 260. 262. 263. 314. 1930 p. 43. 1935 p. 132. 1940 p. 92. CR 1892 p. 274. 1895 p. 234. 1896 p. 246. 1897 p. 200. 1898 p. 189. 1899 p. 232. 1900 p. 173. 1901 p. 181. 1903 p. 213. 1904 p. 201. 202. 204. 1905 p. 195. 1907 p. 223. 1923 p. 245. 1928 p. 124. 1932 p. 415. 1933 p. 347. 1947 p. 303. BME 1928 p. 502. 1929 p. 117. 761. 1935 p. 138. 205. 1939 p. 876. 1940 p. 141. 1949 p. 528. 598. ECM 1945 p. 254. 1946 p. 29. EC1 N° 441.


    • Numéro : 2029
    • Année : None