Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Joseph Pierre CHAUVEAU

[488]. CHAUVEAU, Joseph-Pierre, coadjuteur au Yun-nan, puis vicaire apostolique du Thibet, né le 24 février 1816 à Luçon (Vendée), fit ses études au petit séminaire de Chavagnes-en-Paillers, à celui des Sables d'Olonne, et au grand séminaire de sa ville natale. Il reçut le sacerdoce, avec dispense d'âge, le 22 septembre 1839, dans l'église de Mouilleron-en-Pareds, et fut pendant cinq mois vicaire à Aizenay, d'où il passa à Challans.
Add this
    [488]. CHAUVEAU, Joseph-Pierre, coadjuteur au Yun-nan, puis vicaire apostolique du Thibet, né le 24 février 1816 à Luçon (Vendée), fit ses études au petit séminaire de Chavagnes-en-Paillers, à celui des Sables d'Olonne, et au grand séminaire de sa ville natale. Il reçut le sacerdoce, avec dispense d'âge, le 22 septembre 1839, dans l'église de Mouilleron-en-Pareds, et fut pendant cinq mois vicaire à Aizenay, d'où il passa à Challans.
    Aspirant du Séminaire des M.-E. le 6 octobre 1843, il partit le 6 février 1844 pour le Yun-nan, où il se rendit par le Kouang-tong, le Kouang-si et le Kouy-tcheou. Le 24 février 1845, il arrivait à Long-ki, résidence de son vicaire apostolique, Mgr Ponsot. Il fut chargé du district de Tchen-hiong, qui en 1846 comptait 1500 catholiques. Nommé provicaire en 1847, il fut l'année suivante envoyé à Macao, dans l'espoir d'obtenir la publication et l'application au Yun-nan du traité conclu entre la France et la Chine en 1844. Ce voyage n'eut d'autre résultat que la composition d'un mémoire intitulé : La vérité sur les affaires du Christianisme en Chine, et la publication, dans un journal anglais de Hong-kong, de plusieurs articles intitulés : Lettres d'un voyageur français, dont Libois, le procureur général de la Société, arrêta le cours, afin de ne pas attirer l'attention du gouvernement chinois.
    De retour au Yun-nan, Chauveau fut, en vertu d'un bref du 27 mars 1846, choisi pour coadjuteur par son évêque, nommé le 6 juillet 1849 évêque de Sébastopolis, et sacré à Long-ki le 21 septembre 1850. Il visita alors les chrétiens très dispersés de la mission, séjourna à Yun-nan fou, la capitale, et de là se rendit dans l'ouest de la province, à Ta-li. Il établit deux ou trois petites écoles, et fit quelques conversions parmi la population désignée sous le nom de Min-kia, mélange de Chinois et d'Indigènes. Lors de la révolte des Mahométans, il se fixa à Ta-so-lo, où il prépara le synode tenu à Long-ki en 1859, dont il rédigea les actes et qu'il apprécia en ces termes : \ En lisant les actes de notre synode, certaines personnes pourront peut-être penser que nous sommes trop rigides sur quelques points et pas assez sur d'autres ; mais, avant de se prononcer, il faudrait qu'elles connussent les circonstances de temps et de lieu. "
    En dehors de ses travaux purement apostoliques, l'évêque s'occupa d'études littéraires et historiques ; il réunit un certain nombre de légendes chinoises et les traduisit en vers. Il écrivit des pages intéressantes sur les aborigènes du Yun-nan, et résuma les annales de la province depuis les âges les plus reculés jusqu'en 1841. Malheureusement, sauf deux légendes chinoises et quelques rares pages, ces travaux furent tous, ou à peu près, brûlés par les Mahométans en même temps que la résidence de l'évêque.
    Le 9 septembre 1864, il fut nommé vicaire apostolique du Thibet, et se rendit à Ta-tsien-lou, où il arriva le 21 décembre 1865.
    La mission comptait 6 missionnaires, tous chassés du royaume de Lhassa, quelques chrétientés naissantes à peu près ruinées, un très petit nombre de catholiques fort pauvres, en butte à la haine des Thibétains et des Chinois. Le gouvernement de Pékin refusait d'étendre aux missionnaires et aux chrétiens du Thibet le bénéfice des traités de 1858 et de 1860.
    Le premier soin de l'évêque fut de donner aux ouvriers apostoliques des conseils de patience. Il demanda en vain, pendant longtemps, la protection de la France pour sa mission. En 1873, une persécution ayant dévasté plusieurs chrétientés, il obtint l'année suivante quelques dommages-intérêts, la promesse qu'on laisserait la liberté aux chrétiens et aux missionnaires, et l'aide de la légation française en Chine.
    A plusieurs reprises, il envoya divers produits du Thibet à des sociétés savantes ; à l'Exposition de Vienne (Autriche) le jury lui décerna une médaille en 1867, et la Société d'Acclimatation de Paris lui offrit, en 1868, le titre de membre honoraire, avec une médaille.
    En novembre 1877, il tomba gravement malade, et le 21 décembre suivant, il mourut dans sa résidence, à Ta-tsien-lou.
    On s'accorde à louer sa modération, qui, dans les circonstances difficiles où se trouvait son vicariat, était une grande sagesse. Il recommandait cette modération aux missionnaires, et souvent il répétait à ceux qu'il voyait : " Un mandarin hostile que l'on n'a pas froissé peut nous rendre service et devenir un ami ; mais un mandarin que l'on a blessé est un ennemi mortel. "
    Armes. - Au Yun-nan : D'azur au monogramme de Jésus-Sauveur d'or. Au Thibet il se servait du sceau de Mgr Thomine-Desmazures, son prédécesseur.
    Devise. - Non est aliud nomen sub clo datum.
    Bibliographie. - Légendes chinoises sur les vertus, les crimes et les malheurs de l'enfance (Extrait du Luçonnais). - 1865, in-8, pp. 49.
    Notes bio-bibliographiques. - C.-R., 1872, pp. 41, 42 ; 1874 (janv.), pp. 38, 39 ; 1874 (déc.), p. 12 ; 1875, pp. 15, 17 ; 1877, p. 14 ; 1878, p. 18 ; 1883, p. 47.
    A. P. F., xviii, 1846, p. 110 ; xx, 1848, p. 63 ; xxiv, 1852, Notice sur M. Vachal, p. 261 ; xxv, 1853, Statistique des missionnaires et des chrétiens de l'Empire chinois, p. 5 ; Ib., Insurrection musulmane en Chine, p. 329 ; xxviii, 1856, pp. 144, 232 ; xxxv, 1863, Insurrection musulmane au Yun-nan, p. 399 ; xxxviii, 1866, Destruction de Bonga, p. 282 ; xxxix, 1867, Tremblement de terre à Bathang, p. 18 ; Ib., p. 417 ; xli, 1869, Antagonisme laïque et religieux à Lhassa, p. 208 ; xlii, 1870, p. 5 ; Ib., Intervention du régent du Népaul en faveur des missionnaires, p. 286 ; Ib., pp. 293, 301, 468 ; xliii, 1871, Caractère politique et religieux de l'opposition faite aux missionnaires, p. 253 ; Ib. p. 264 ; xlvi, 1874, Intrigues des lamas contre les missionnaires de Bathang, pp. 187, 196 ; xlvii, 1875, Raison des difficultés s'opposant à l'introduction du christianisme au Thibet, p. 192 ; xlix, 1877, Etat de la mission du Thibet (15 août 1875-15 août 1876), p. 191 ; li, 1879, pp. 26 et suiv.
    A. S.-E., iii, 1851, Détails historiques sur le Yun-nan, p. 564 ; iv, 1852, p. 294 ; v, 1853, p. 60 ; ix, 1857, pp. 199, 430 ; xv, 1863, p. 290 ; xvi, 1864, p. 103 ; xxi, 1869, pp. 114, 303 ; xxiii, 1872, pp. 14, 298, 576 ; xxiv, 1873, p. 10 ; xxvi, 1875, p. 29 ; Ib., Institutions thibétaines, lamaseries, p. 304 ; xxviii, 1877, p. 290 ; xxix, 1878, p. 215 ; Ib., Commissions russe et anglaise au Thibet, p. 381.
    M. C., i, 1868, Résumé de l'histoire de la mission du Thibet, p. 49 ; ii, 1869, pp. 92, 161 ; Ib., Réclamations repoussées, p. 356 ; iii, 1870, pp. 150, 202 ; Ib., Tremblement de terre, p. 297 ; iv, 1871-72, p. 27 ; Ib., Situation politique et religieuse au Thibet, p. 225 ; Ib., Les Népaliens et les Anglais, p. 562 ; v, 1873, pp. 6, 26, 37, 181, 206, 498, 542 ; vi, 1874, p. 100 ; Ib., Destruction de la mission de Bathang, pp. 110, 113 ; Ib., Libelle contre les chrétiens, p. 166 ; Ib., Stations de Bongmé et Yerkalo, pp. 258, 483 ; Ib., pp. 386, 473 ; Ib., Société des trente villes, p. 530 ; vii, 1875, pp. 37, 39, 213, 260, 296, 309 ; Ib., Rétablissement des stations de Bathang et de Bongmé, pp. 354 et suiv. ; Ib., pp. 382, 479 ; Ib., Fin du procès de Bathang, p. 497 ; viii, 1876, Le Thibet en 1875, pp. 79, 92 ; ix, 1877, p. 301 ; Ib., Commissions russe et anglaise, p. 334 ; x, 1878, p. 51 ; Ib., Sa mort, p. 140 ; Ib., Notice, p. 439 ; Ib., La mission du Thibet après sa mort, p. 589.
    Sem. rel. Luçon, 1877, pp. 12, 941 ; 1878, Sa mort, p. 535. - Sem. rel. Bayeux, 1876, p. 699. - Am. de la Rel., cxxxvi, 1848, p. 227 ; clvii, 1852, Mort de M. Vachal, p. 309. - New-York Herald, 1868, Lettre, n° du 14 nov.
    Hist. des relat. de Chine, Tab. alph. - Hist. miss. Kouy-tcheou, Tab. alph. - Hist. miss. Thibet, Tab. alph. - Hist. gén. Soc. M.-E., Tab. alph. - Les miss. franç. au Thibet, p. 12. - Le fleuve bleu, p. 282. - La Franc. pont., ii, p. 717. - Arm. des Prél. franç., p. 248.
    Notice nécrologique. - C.-R., 1878, p. 60.
    Biographie. - Vie de Mgr Chauveau, évêque de Sébastopolis, vicaire apostolique du Thibet [avec portrait], par M. l'Abbé Ferdinand Baudry, curé du Bernard, officier de l'instruction publique. - F. Bideaux, imprimeur de Mgr l'Evêque et du clergé, Luçon, 1880, in-12, pp. 212.
    Comp.-rend. : M. C., xiii, 1881, p. 179.
    Portrait. - M. C., x, 1878, p. 433. - Voir Biographie.


    Bibliographie:
    CHAUVEAU Joseph (1816-1877)

    Légendes chinoises sur les vertus, les crimes et les malheurs de l'enfance / J. Chauveau. - Luçon : [s.n.], 1865. - 49 p. ; 8°. - Extr. de : "Le Luçonnais".




    "
    • Numéro : 488
    • Année : None