Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jules Auguste CHATRON

CHATRON Jules (1844-1917) JAPON
Add this
    CHATRON Jules (1844-1917)
    JAPON

    [1155]. CHATRON Jules, Auguste, est né le 20 avril 1844 à Charix, au diocèse de Belley (Ain), dans une modeste famille de cultivateurs. Ayant perdu ses parents alors qu'il était encore dans la tendre enfance, il fut élevé par un oncle maternel. Un lointain parent, l'abbé Joseph Carron, l'envoya au Petit Séminaire de Meximieux, où il fut élève de 1857 à 1866. De là, il entra au Grand Séminaire de Brou : il y fut ordonné prêtre le 26 septembre 1869. Dès le 1er octobre, il fut nommé vicaire à Ceyzérieu. Il y demeura un peu plus d'une année, et en novembre 1870, il alla rejoindre son cousin, l'abbé Carron, dont il devint le vicaire dans la paroisse de Hauteville. C'est en 1872 que l'abbé Chatron demanda son admission aux Missions Étrangères : il y entra le 21 juillet. Au bout d'une année, il reçut sa destination pour le Japon méridional et partit le 7 mai 1873.

    Accueilli à Nagasaki par Mgr. Petitjean, il se mit à l'étude de la langue. Puis il commença son ministère parmi les ieux chrétiens" récemment découverts. Son évêque ayant établi une résidence, une procure et une maison de la Sainte Enfance à Kôbé, il en confia la charge au Père Chatron. En 1893, le P. Chatron fut nommé vicaire général de Mgr Vasselon, tout en continuant son travail de curé et de procureur de léglise de Kobé, dont il fut chargé de 1879 à 1896. A la mort de Mgr Vasselon, il fut élu pour lui succéder, le 22 juillet 1896 et fut sacré évêque dOsaka le 18 octobre 1896.

    Dès le début de son épiscopat, le nouvel évêque fit connaître clairement les deux buts qu'il espérait réaliser : d'abord développer l'esprit apostolique chez ses missionnaires, et deuxièmement, se procurer des ressources pour fonder des postes "à l'intérieur". Or la caisse de la mission était quasiment vide. Mgr. Chatron se fit donc quêteur : il partit aux États-Unis. Arrivé à San Francisco, fatigué et malade d'une hernie, il se demanda ce qu'il allait devenir, lorsque la Providence lui envoya un médecin français établi à San Francisco. Le voyant désemparé, il l'emmena chez lui et l'opéra de sa hernie. Remis sur pied, l'évêque fut bien accueilli par l'archevêque, fraternellement aidé par le Père Hamet, supérieur des Maristes : il resta donc une année en Amérique. Sans doute n'eut-il pas tout ce qu'il aurait pu espérer, mais il contracta des amitiés fidèles qui lui envoyèrent périodiquement des secours : il put ainsi acheter des terrains, construire chapelles et résidences. En 1916, il se sentit à nouveau gêné par l'infirmité dont il avait été opéré en Amérique. Il entra en clinique, le 4 mars 1917. Tout se passa bien et on espérait qu'il ne serait pas hospitalisé bien longtemps. Or, en avril, le mal s'aggrava et Mgr. Chatron remit son âme au Seigneur le 6 mai 1917.



    Références biographiques

    AME 1896 p. 621. 1897 p. 663. 1905 p. 171. 1908 p. 216. 1911 p. 274. 1912 p. 331. 1914 p. 154. 1915-16 p. 99. CR 1874 p. 46. déc.1884 p. 204. 1886 p. 19. 1888 p. 55. 1891 p. 54. 1893 p. 83. 1894 p. 90. 91. 1895 p. 94. 1896 p. 3. 73. 339. 1897 p. 51. 61. 1898 p. 60. 344. 345. 1899 p. 7. 36. 1900 p. 26. 1901 p. 33. 360. 1902 p. 36. 1904 p. 25. 27. 1905 p. 18. 1906 p. 8. 30. 295. 1907 p. 27. 1908 p. 17. 1909 p. 29. 30. 331. 1910 p. 24. 38. 1911 p. 24. 1912 p. 7. 34. 322. 1914 p. 9. 168. 170. 215sq. 1915 p. 11. 12. 19. 1916 p. 2. 4. 23. 1917 p. VII. 15. 178. 1918 p. 176. 1919 p. 12. 1920 p. 139. 1921 p. 12. 1922 p. 200. 1923 p. 14. 15. 220. 1932 p. 334. 371. 385. 1933 p. 340. 342. 1935 p. 293. 346. 1939 p. 274. 1947 p. 143. BME 1924 p. 12. 639. 1960 p. 713.



    "
    • Numéro : 1155
    • Année : None