Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Marc CHATAGNON (CHATAIGNON)

CHATAGNON Marc (Mgr) Se-tchoan Méridional (Soui-fou) [818] . Marc CHATAGNON (ou Chataignon) naquit le 14 février 1839, à Cellieu, alors diocèse de Lyon, département de la Loire. Il fit ses études classiques au petit séminaire de l'Argentière.
Add this
    CHATAGNON Marc (Mgr)
    Se-tchoan Méridional (Soui-fou)

    [818] . Marc CHATAGNON (ou Chataignon) naquit le 14 février 1839, à Cellieu, alors diocèse de Lyon, département de la Loire. Il fit ses études classiques au petit séminaire de l'Argentière.

    Le 1 octobre 1859, il entra laïque, au séminaire des Missions Etrangères. Tonsuré le 2 juin 1860, minoré le 22 décembre 1860, sous-diacre le 25 mai 1861, diacre le 21 décembre 1861, ordonné prêtre le 20 décembre 1862, il reçut sa destination pour le vicariat apostolique du Se-tchoan Méridional (Soui-fou) qu'il partit rejoindre le 16 mars 1863. Ce fut le premier départ par les paquebots des Messageries Maritimes de la Mer Rouge.

    M.Chatagnon fit ses premières armes à Kuin-lin-Hien où il resta de 1864 à 1868. Il passa à la paroisse de Soui-fou en 1868-69, puis de 1869 à 1872, il fut chargé du poste missionnaire de Ho-ti-keou en même temps que du supériorat du séminaire sis dans ce territoire. Ce séminaire installé dans une métairie achetée en 1862, regroupait alors petits et grands séminaristes; il se situait en pleine campagne, à vingt kms environ à l'est de Sui-fu et également sur la rive gauche du Fleuve Bleu, à une distance de six kms. En 1872, on y ajouta le probatorium. M. Chatagnon remit alors sa charge de supérieur entre les mains de M. Gourdin, et partit à Min-Chan-Hien, dans la partie Nord Ouest de la mission, où il resta jusqu'en 1880; de là, il passa à Ya-tcheou de 1880 à 1883, puis à Kia-tin de 1883 à 1887.

    Nommé Provicaire en 1885; lors de la démission de Mgr.Jules Lepley le 6 mars 1886; suivie de sa mort à Béthanie (Hong-kong), le 24 septembre de la même année, M.Chatagnon remplit la charge de supérieur de la mission. Par décret du 25 janvier 1887, il devint évêque de Chersonèse, et vicaire apostolique du Se-tchoan méridional (Soui-fou); préconisé le 17 mars 1887, il fut sacré le 24 avril 1887 à Su-tcheou fou (Soui fou), par Mgr. Fenouil, évêque de Ténédos.et vicaire apostolique du Yunnan. Le nouvel évêque prit comme devise: \De forti dulcedo".(Jug.14,14) "Du fort est sortie la douceur".


    Dès son premier compte-rendu, Mgr. Chatagnon soulignait les principales difficultés de l'évangélisation dans son vicariat: un territoire vaste et montagneux, peu peuplé, comptant vers 1888, quelques vingt mille chrétiens très dispersés et à visiter deux fois par an, des prêtres autochtones peu nombreux, mais dont le nombre augmenta petit à petit. En 1884, le conflit franco-chinois et l'installation de la France au Tonkin provoquèrent un réveil xénophobe ainsi que des persécutions plus ou moins violentes contre les chrétiens, les missionnaires et les établissements de la mission.

    Les trente trois années d'épiscopat de Mgr. Chatagnon furent marquées par des périodes de calme relatif, et des temps de persécution sournoise ou violente. Les comptes-rendus annuels, dans lesquels Mgr.Chatagnon cite largement et parfois intégralement les rapports écrits par les missionnaires en poste dans les districts, témoignent des multiples difficultés qu'il fallait affronter. Malgré cela, en 1890, il entreprit la construction d'une cathédrale à Sui-fou, et il put assurer la visite pastorale des districts de son vicariat. Il passa plusieurs mois à Kia-tin, ville très bien placée pour les communications, et lieu de résidence de M.Jaïmes, second provicaire, supérieur et procureur de cette partie de la mission.

    En 1891, lutter contre la famine, et aider les malheureux furent les grands soucis du vicaire apostolique, mais il vit le développement de son séminaire; il pût réunir autour de lui tous les missionnaires pour une retraite annuelle au cours de laquelle s'exprima très fort l'union et l'entente de tous. L'année suivante, au cours de sa visite pastorale, il encouragea la fondation d'orphelinats, d'asiles pour vieillards, la création d' écoles; il rappela l'importance du séminaire et de la formation des "vierges chinoises".

    Le dernier dimanche après la Pentecôte, en 1893, à Sui-fou, il conféra la consécration épiscopale à Mgr. Dunand, évêque de Caloé, nommé vicaire apostolique du Se-tchoan occidental (Tchen-tu). En 1894, il confia à M.Budes de Guébriant la charge de provicaire pour le Kien-tchang ravagé par la famine, les épidémies, les attaques des brigands et où la sécurité était très relative. Le 12 décembre 1897, à Sui-fu, Mgr.Pierre-Philippe Giraudeau, évêque de Tiniade, coadjuteur de Mgr. Biet et administrateur du Thibet, reçut la consécration épiscopale des mains de Mgr. Chatagnon. Le 21 septembre 1902, à Paris, dans l'église du séminaire, eût lieu la consécration épiscopale de Mgr. Jean-Claude Bouchut,évêque de Panemotichus,vicaire apostolique du Cambodge. Le prélat consécrateur fut Mgr. Chatagnon, momentanément en France. Le 24 octobre 1909, Mgr. Fayolle, évêque de Lampa, son coadjuteur, reçut l'ordination épiscopale, en l'église du Si-men-ouai, érigée en l'honneur de N.D.des Martyrs.

    En 1895, à la famine, aux épidémies vint s'ajouter la persécution; elle se déclencha inopinément. Le vice-roi du Se-tchoan, Lieou-Pin-Tchang, froissé de son changement, pensa se venger ainsi du pouvoir central de Pekin. Le 1 juin 1895, la résidence de Pen-chan fut dévastée, le 4, ce fut le tour de la résidence épiscopale et de la procure à Kia-tin ainsi que de nombreux centres de mission. Le samedi 8 juin le séminaire de Ho-ty-keou fut brûlé et les élèves dispersés. Mgr. Chatagnon, en tournée pastorale à Mey-tcheou n'eût que le temps de se réfugier au prétoire avec trois missionnaires. Quelques autres, pour leur protection, se confièrent aux autorités locales, d'autres cherchèrent leur salut dans la fuite. Des familles chrétiennes se trouvèrent sans abri.

    . Grâce à une indemnité consentie par la Chine, l'année 1896 fut surtout consacrée à réparer ce qui avait été sacagé ou détruit. Durant sa tournée pastorale de 1897, Mgr. Chatagnon put constater le relèvement de bien des ruines accumulées par la persécution, et un mouvement de sympathie pour le christianisme. Le dimanche 3 octobre 1897, il inaugura, à la mode du pays, joyeusement, les nouveaux bâtiments du séminaire reconstruit, et il en bénit la chapelle dédiée à Notre-Dame du Rosaire.

    En juillet 1898, le fameux Yu-man-Tse ravagea le Se-tchoan oriental, puis la persécution violente et continue toucha pendant trois mois le Se-tchoan méridional; comme dans les incendies mal éteints, le feu se ralluma souvent. "L'année qui vient de s'écouler, écrivait Mgr.Chatagnon dans son rapport annuel, comptera dans les annales de notre Mission comme une des plus terribles que nous ayons eu à traverser."

    Le calme revenu pour quelques mois, au commencement de 1900, Mgr.Chatagnon pût réunir autour de lui ses missionnaires pour la retraite annuelle. Mais, rapidement, les troubles politiques, les ravages causés par les brigands et les Boxers, la persécution contre les chrétiens et les oeuvres de la Mission reprirent au point qu' en juillet 1900, l'existence même de la mission semblait menacée. Mgr. Chatagnon se rendant compte du danger, fit descendre à Shanghai un certain nombre de ses missionnaires. Avec l'approbation de tous, le vicaire apostolique promit d'élever une église sous le vocable de N.D. des Martyrs, si la Mission ne subissait pas des pertes irréparables, et il terminait ainsi son compte rendu de cette année là: "Sentinelles perdues au fond de la Chine, loin de tout secours humain, nous n'avons d'espoir qu'en Dieu et en l'intercession de nos bienheureux martyrs."

    Un peu de sécurité apparente sembla revenir en 1901. Le 14 septembre 1901, Mgr. Chatagnon, partant pour Hong-Kong, confia l'administration de son vicariat à M.Budes de Guébriant, son provicaire. Cet intérim dura dix-huit mois. Ce dernier eût à s'occuper de l'installation à Sui-fou, à proximité de l'évêché, du collège des Frères Maristes ouvert à tous. Plusieurs missionnaires fondèrent dans leurs postes, des écoles où certains se firent eux-mêmes enseiignants. En 1902, les actions des Boxers et de la secte de la Lanterne Rouge firent de nombreux martyrs parmi les chrétiens, au Se-tchoan occidental et méridional.

    En 1902, Mgr. Chatagnon se trouvant en Europe, obtint six religieuses de l'Institut des Franciscaines Missionnaires de Marie pour diriger un hôpital important à Sui-Fou, à cent pas du Yang-tse, et il rentra dans sa mission en mars 1903. Le 25 avril 1904, il posa la première pierre de "l'église votive" dédiée à N.D.des Martyrs, élevée à Sui-Fou, dans le faubourg de l'Ouest. Sa bénédiction eût lieu le 30 janvier 1906. Au milieu de cette même année, il envoya M.Budes de Guébriant, provicaire, deux missionnaires et deux prêtres chinois au Kien-tchang, vaste région occupant en étendue un tiers du vicariat.

    Malgré les difficultés politiques, l'insécurité causée par le brigandage, une certaine hostilité de la part des mandarins et lettrés chinois, et les maladies des missionnaires, Mgr. Chatagnon soulignait en 1907 les beaux résultats du travail apostolique; les élèves du petit et du grand séminaire dépassaient la centaine; hospices, hôpital, dispensaires, écoles redoublaient d'activités. Au printemps de 1909, le feu détruisit partiellement la résidence épiscopale et la procure de Kia-tin, centre pour les réunions et les retraites. Le 24 octobre 1909, entouré de plusieurs vicaires apostoliques, Mgr. Fayolle fut sacré évêque; le surlendemain, cinq évêques dont Mgr Chatagnon se rendant au synode de Tchong-King firent naufrage, mais furent sauvés, leur embarcation s'étant brisée sur un rocher au milieu du fleuve. Au cours de ce synode, les vicaires apostoliques du Se-tchoan et des missions voisines demandèrent à Rome l'érection du Kien-tchang en vicariat apostolique.

    Mgr.Chatagnon informa par lettre M.Budes de Guébriant de ce projet, et fin août 1910, il lui adressa le télégramme suivant : "Guébriant est élu vicaire apostolique du Kien-tchang". Le 20 novembre 1910, ce dernier reçut la consécration épiscopale dans l'église du Saint Sacrement à Sui-fou, des mains de Mgr. Chouvellon, évêque de Dansara, et vicaire apostolique du Se-tchoan oriental (Chung-king), à défaut de Mgr. Chatagnon pris d'une forte attaque d'influenza.

    En septembre 1911, la révolution chinoise atteignit Sui-fou et le 13 septembre, devant le danger croissant, Mgr. Chatagnon, âgé,sourd et infirme, résigna le gouvernement de la mission à son coadjuteur; pour ne pas gêner ce dernier, il s'embarqua avec quatre missionnaires invalides et infirmes et les religieuses de Sui-fou, pour Tchong-king, port ouvert aux Européens. Il revint à Sui-fou en février 1912.

    Au matin du 26 novembre 1920, vers 8h45, Mgr. Chatagnon décéda à Sui-fou. Sa dépouille mortelle resta exposée neuf jours à la vue de tous, sans présenter quelque signe d'altération. Le cortège de ses funérailles se déroula sur une longueur d'environ un kilomètre.



    Références biographiques

    AME 1894 p. 139. 1895 p. 421. 422. 425. 1896 p. 468. 469. 497. 502. 506. 587. 596. 1898 p. 86. 220. 1901 p. 311. 1902 p. 277. 313. 1905 p. 315. 1909 p. 33 (art.). 34. 36. 38. 39. 1910 p. 43 (art.). 257. 1911 p. 98. 1912 p. 17 (art.). 131. 132. 137. 183. 1917-18 p. 273. 1921 p. 39. 68. 108. 1925 p. 210. 213. 1932 p. 183. 1936 p. 101. 200. CR 1876 p. 12. 1886 p. 44. 51. 1887 p. 75. 82. 252. 1889 p. 66. 1890 p. 66. 1891 p. 87. 327. 1892 p. 93. 1893 p. 107. 1894 p. 121. 1895 p. 127. 1896 p. 113. 1897 p. 90. 287. 289. 290. 293. 295. 318. 319. 320. 364. 365. 1898 p. 88. 1899 p. 112. 1900 p. 90. 334. 335. 337sq. 348. 1901 p. 97. 1902 p. 106. 112. 297. 1903 p. 91. 1904 p. 104. 1905 p. 67. 388. 1906 p. 84. 398. 399. 401. 1907 p. 112. 436. 437. 1908 p. 86. 360. 362. 1909 p. 2. 94. 356. 1910 p. 91sq. 95. 1911 p. 82. 83. 95. 351. 352. 1912 p. 386. 484. 1913 p. 113. 1914 p. 50. 51. 1915 p. 62. 1916 p. 69. 1917 p. 40. 43. 49. 183. 1920 p. VI. 153. 160. 1922 p. 45. 46. 1923 p. 61. 1925 p. 152. 163. 1926 p. 177. 178. 1928 p. 214. 1929 p. 285. 1930 p. 336. 1931 p. 294. 370. 1932 p. 352. 353. 1933 p. 317. 1935 p. 245. 247. 248. 353. 1936 p. 333. 334. 1939 p. 263. 1940 p. 133. 1949 p. 155. 156. BME 1932 p. 323. APF 1921 p. 190. MC 1916 p. 482. 483. 1921 p. 130. 1931 p. 899. 1932 p. 323. 538. 1933 p. 343. 1936 p. 28. 101. 1937 p. 118. 575.

    Paris le 12 juin 2002


    Bibliographie:
    CHATAGNON Marc Mgr (1839-1920)

    Dictionnaire chinois-français de la langue mandarine parlée dans l'ouest de la Chine avec un vocabulaire français-chinois / par plusieurs missionnaires du Sé-tch'ouan méridional [dir. Marc Chatagnon ; collab. de Louis Moreau, Edouard Gourdin, Paul Scherrier]. - Hongkong : Impr. de la Société des Missions Etrangères, 1893. - XVI-736 p. ; 25 cm.




    "
    • Numéro : 818
    • Année : None