Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pierre CHARRIER

[395]. CHARRIER, Pierre, confesseur de la foi dans les prisons du Tonkin et de l'Annam, naquit à Saint-Just-en-Chevalet (Loire), le 1er avril 1803. Elève du petit séminaire de Saint-Jodard, du séminaire de philosophie d'Alix, et du grand séminaire de Lyon, prêtre le 22 décembre 1827, vicaire à Saint-Just-en-Bas de 1828 à 1831, aspirant du Séminaire des M.-E. le 29 octobre de cette dernière année, il partit le 5 mars 1832 pour le Tonkin occidental. Il y arriva au moment où la persécution commençait, et, dès 1833, faillit être pris.
Add this
    [395]. CHARRIER, Pierre, confesseur de la foi dans les prisons du Tonkin et de l'Annam, naquit à Saint-Just-en-Chevalet (Loire), le 1er avril 1803. Elève du petit séminaire de Saint-Jodard, du séminaire de philosophie d'Alix, et du grand séminaire de Lyon, prêtre le 22 décembre 1827, vicaire à Saint-Just-en-Bas de 1828 à 1831, aspirant du Séminaire des M.-E. le 29 octobre de cette dernière année, il partit le 5 mars 1832 pour le Tonkin occidental. Il y arriva au moment où la persécution commençait, et, dès 1833, faillit être pris. Il en fut de même en 1839, pendant son séjour à Ke-bang.
    En 1841, étant à la tête des chrétientés de la province de Son-tay, il fut arrêté près de Bau-no le 5 octobre. Pendant qu'on l'emmenait, il chercha du regard un chrétien dans la foule ; l'ayant vu, il lui cria : \ Tu diras à Monseigneur (Retord) que j'aime mieux ma cangue que sa mitre, et ma chaîne que sa crosse. Il n'y a que sa croix qui vaille quelque chose ; mais j'en ai de plus précieuses que la sienne. " Emprisonné à Son-tay, il fut frappé de verges, subit le supplice des tenailles, et fut conduit à Hué, dont les prisons renfermèrent à ce moment cinq missionnaires (Voir BERNEUX). Il fut, ainsi que ses compagnons, condamné à mort avec sursis. Les archives du Séminaire des M.-E. possèdent la traduction du jugement rendu contre lui. Délivré en mars 1843, après 17 mois d'incarcération, par Favin-Lévêque, commandant de la corvette L'Héroïne, qui tint à le ramener en France ; il fut à cette époque nommé chanoine honoraire de Lyon.
    Il repartit d'Anvers en mai 1844, et retourna prendre la direction de son ancienne paroisse ; mais sa santé ébranlée ne permit pas de le garder au Tonkin.
    En 1846, il fut choisi comme député des missions du Tonkin occidental et méridional au Séminaire des M.-E., et reçu directeur le 18 janvier 1847. Le 18 octobre de la même année et le 14 octobre 1851, il fut nommé procureur de la dépense, professeur de théologie dogmatique le 2 février 1855, et assistant du supérieur le 17 octobre 1859. Il mourut au Séminaire le 23 janvier 1871. Son souvenir est demeuré entouré d'une réputation d'originalité brusque, qui cachait beaucoup de bonté et de piété.
    Notes bio-bibliographiques. - C.-R., 1871, p. 7 ; 1874 (janv.), p. 45 ; 1888, p. 216. - A. P. F., vii, 1834-35, pp. 481, 498 ; xii, 1840, p. 505 ; xiv, 1842, Martyre des Bx Khoan, Thanh, Hieu, p. 273 ; Ib., p. 478 ; xv, 1843, Sa captivité, p. 163 ; Ib., p. 448 ; Ib., Sa correspondance avec Mgr Retord pendant sa captivité, pp. 480 et suiv. ; Ib., pp. 526, 530 ; xvi, 1844, Sa délivrance, p. 82 ; Ib., pp. 86, 360 ; xvii, 1845, p. 367 ; xviii, 1846, pp. 92, 466 ; xix, 1847, p. 328 ; xxv, 1853, pp. 42, 53, 63 ; xliii, 1871, pp. 225, 228. - M. C., iv, 1871-72, p. 9. - Sem. rel. Laval, 1870-71, pp. 311 et suiv. - L'Exploration, ix, 1880, 1er sem., p. 649.
    Hist. gén. Soc. M.-E., Tab. alph. - La Coch. rel., ii, pp. 217, 394. - Lett. à l'év. de Langres, pp. 430 et suiv. - La Coch. et le Tonk., pp. 26, 27, 92, 98, 305 et suiv., 335 et suiv., 348. - Lett. ch. du Bx Th. Vénard, pp. 170, 211, 453, 555. - Paris pend. les deux sièges, ii, p. 161. - Le petit sém. Saint-Jodard, p. 125.
    Portrait. - Lithographie, Cuisinier ; imprimerie Bertauts, Paris. - Mgr Retord et le Tonk. cath., p. 188. - Le Bx Th. Vénard, p. 167.


    "
    • Numéro : 395
    • Année : None