Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Claude CHARMOT

[3824] CHARMOT Claude, Emile, Marie Missionnaire Hung-Hoa - Quinhon - Nhatrang --------------------
Add this

    [3824] CHARMOT Claude, Emile, Marie

    Missionnaire

    Hung-Hoa - Quinhon - Nhatrang

    --------------------

    Claude, Emile, Marie CHARMOT naquit le 11 avril 1922, à Bons-en-Chablais, diocèse d' Annecy, département de la Haute Savoie. Ainé d'une famille de huit enfants, son père cultivateur dans sa jeunesse, grand blessé de la guerre 1914-18 obtint à ce titre, la gérance du bureau de tabac de Bons-en Chablais. Après ses études primaires à Bons, Claude fut admis en septième au petit séminaire St. François de Sales, à Thonon, en 1932. En octobre' 1940, il se dirigea vers le grand séminaire d'Annecy où il fit sa première année de philosophie. En novembre 1941, en raison de sa santé fragile, il fut envoyé au séminaire-préventorium des Voirons, où il resta jusqu'en février 1943. Appelé aux \Chantiers de la Jeunesse" à Currière, en mars 1943, il fut démobilisé en octobre 1943.

    Le 10 juillet 1941, il fit sa demande d'entrée au séminaire des Missions Etrangères; admis le 27 juillet 1941, il n'y arriva effectivement que le 31 octobre 1943. Soumis à la loi du Service du Travail Obligatoire (STO), du fait de son appartenance à la classe 1942, et pour éviter de partir en Allemange, il quitta Paris en avril 1944, et se réfugia en Savoie. En novembre 1944, il revint au séminaire. Il fut ordonné sous-diacre le 21 décembre 1946, diacre le 22 mars 1947, prêtre le 29 juin 1947.

    En raison de son état de santé, il demanda que l'on différât de lui donner une destination. De septembre 1947 à mars 1948, il fut nommé vicaire bénévole, dans la paroisse des Gets, en Haute Savoie. Rentré à Paris le 8 mai 1948, il reçut sa destination pour le vicariat apostolique de Hung-Hoa le 29 juin 1948. Agrégé à la Société le 4 novembre 1948, il s'embarqua à Marseille le vendredi 12 novembre 1948, à bord du "Cap Tourane" qui connut des avaries à Port-Saïd et à Djibouti ,ce qui nécessita, en ce dernier port, relâche et transbordement sur le "Pasteur".

    Arrivé à Hanoï, au soir du 1er janvier 1949, M.Charmot y trouva les confrères de Hung-Hoa, réfugiés à la mission, en raison des évènements. C'est là que de janvier à novembre 1949, il s'initia à la langue viêtnamienne, reçut de son évêque le nom de "Sac", tout en étant chapelain à la clinique St. Paul à Hanoï. Du 8 novembre 1949 à Pâques 1950, la situation étant devenue plus sûre, il continua l'étude de la langue à l'évêché de Hung-Hoa, puis devint professeur au petit séminaire jusqu'à la fin de l'année scolaire 1950. Après une colonie de vacances à Hongay, Mgr. Mazé l'envoya, vers août 1950, à Lao-Kay, comme vicaire chez M.Chabert, mais le 25 octobre 1950, en raison de la situation militaire dans la région, M. Charmot quitta Lao-Kay, partit en avion pour Hanoï, et monta à Hung-Hoa. Là aussi on s'apprêtait à évacuer, et le 2 novembre 1950, il se retrouva à Hanoï.

    En raison de cette situation troublée et incertaine, M.Charmot demanda à changer de mission. En attendant l'acceptation non encore acquise de Mgr. Picquet, vicaire apostolique de Quinhon, de le prendre "ad experimentum" pour trois ans, il partit pour Saigon, le 1er décembre 1950. Mgr. Cassaigne, vicaire apostolique de Saïgon, l'envoya le 15 décembre 1950, à Poulo-Condor pour trois semaines, De retour à Saigon, il fit plusieurs voyages, notamment à Phnom-Penh et à Dalat. Pour Pâques 1951, il fut envoyé de nouveau à Poulo-Condor pour un mois..

    Ayant reçu l'acceptation de Mgr. Piquet, il arriva à Nhatrang, le 25 avril 1951, comme vicaire de M. Garrigues, curé de la paroisse.. Le 30 juin 1954, il fut chargé du poste de Hôn-Thiên, petite chrétienté de 200 âmes, puis redevint vicaire à Nhatrang le 1er octobre 1954. .Le 17 juillet 1955, il fut nommé vicaire du P.An, à Tourane (Danang) avec pour charge principale l'aumônerie du collège français. Lors de la création du vicariat apostolique de Nhatrang le 22 juillet 1957, Il revint dans cette nouvelle mission; et fut chargé de la paroisse de Ba-ngoi, à 50 kms au sud de Nhatrang, où il resta jusqu'à son départ en congé en 1958.

    Arrivé en France le 17 juillet 1958, M.Charmot repartit pour le Viêtnam le 8 septembre 1959; détaché à Tourane (Danang) où il arriva le 16 septembre 1959, il reprit ses fonctions de vicaire du P.An, et d'aumônier du collège français, y ajoutant celles de chapelain des Soeurs de St.Paul de Chartres, d'aumônier de la communauté francophone et des hôpitaux et de la clinique de la ville. S'intéressant à l'histoire kocale, il publia en français un "guide touristique".du diocèse. Après un congé en France du 1 mai 1969 au 7 février 1970, il reprit à Tourane, toutes ses activités antérieures, avec en plus, celles de chapelain du navire hôpital allemand "l'Helgoland", ancré en baie de Tourane. En septembre 1971, il fut chargé du service religieux à la prison civile de la ville. Il trouva encore du temps pour donner des cours de français à des personnes des ambassades de Corée et de Chine.et arriva à s'introduire dans les milieux intellectuels de la ville. Les évènements de 1975 obligèrent M Charmot à quitter Tourane, à se rendre à Saigon, et à partir pour la France où il arriva le 18 septembre 1975.

    La guerre et le climat d'insécurité de cette époque influencèrent la santé nerveuse de M. Charmot .Voulant tout savoir, il manquait parfois de mesure dans ses investigations, mais il avait une mémoire très précise des visages, des noms et des lieux. D'une assiduité remarquable au confessionnal, il fut d'une grande disponilité pour visiter les malades, et assister les mourants. Ayant en charge la communauté francophone et seul prêtre étranger dans cette ville très importante, il eût le souci de maintenir le contact avec toutes les familles, et de les aider en ces temps incertains et difficiles. Elles en ont témoigné disant que "Le P.Charmot a joué un rôle irremplaçable pendant toute la période où il a été vicaire à Danang".

    Après un temps de soins et de repos en France, il prit du ministère, en 1976, à Douvaine, dans son diocèse, puis, en 1978, à Hauteville, dans l'Ain. Sa santé se détériorant, il se retira à Lauris en 1979. C'est dans cette maison de repos qu'il décéda presque subitement, d'une crise cardiaque le 28 novembre 1982. Le 1 décembre 1982 fut célébrée à Lauris une messe de funérailles, puis sa dépouille mortelle fut emmenée à Bons-en-Chablais, et déposée à l'église paroissiale. Là, le 2 décembre 1982, dans l'après-midi eurent lieu les obsèques solennelles. M. Charmot repose dans le caveau de sa famille au cimetière de Bons-en-Chablais.

    Références bibliographiques

    CR 1948 p. 149. 1949 p. 179. 180. 1958 p. 49. 1961 p. 52. 1962 p. 64. 1963 p. 74. 1964 p. 40. 1965 p. 75. 1966 p. 72. 80. 91. 1967 p. 71. 73. 1969 p. 69. BME 1948 p. 186. 1949 p. 74. 116. 241. 245. 308. 309. 438. 442. 647. 709. 782. photo p. 440. 1950 p. 63. 124. 126. 198. 268. 395. 690. 691. 748. 750. photo p. 268. 1951 p. 69. 127. 374. 494. 500. 1952 p. 633. 1953 p. 43. 106. 295. 394. 711. 1954 p. 359. 1022. 1955 p. 43. 346-348. 1956 p. 268. 359. 891. 1957 p. 165. 865. 867. 1958 p. 70. 887. 1959 p. 730. 977. 986. 1960 p. 86. 361. 939. 1961 p. 232. EPI 1962 p. 596. 1966 p. 139. R.MEP 1964 n° 133 p. 29-32 (art.). HIR n° 118 p. 4. EC1 N° 463. 466. 497. 645. 665. NS. 2P51. 6/C3. 9P276. 10P302. 16P49. 17P84. 19P152. 20/C2.p. 173. 28/C2.p. 69. 30P112. 116. 41P145. 42P171. 44P237. 47P237. 47P334. 50P74. 52P147. 56P280. 281. 59P24 (art.). 61P74. 84. 87. 88. 62P122 (art). 69/C2. p. 339 (art.). 74P144 (art.). 84P114. 85P132. 86P180. 87P219. 89P275. 276. 90/C2. 90P310. 169/C3. 82/116ss.




    Avril 1996
    Mémorial CHARMOT Claude, Emile, Marie page
    "
    • Numéro : 3824
    • Année : None