Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Eugène Etienne CHARBONNIER

[570]. CHARBONNIER, Eugène-Etienne, vint au monde le 20 mai 1821 à Pierrevert (Basses-Alpes). Entré tonsuré au Séminaire des M.-E. le 28 octobre 1846, il reçut la consécration sacerdotale le 17 juin 1848, et partit le 9 août suivant pour le Tonkin occidental. En 1855, il évangélisa la province du Thanh-hoa. A l'époque des plus violentes persécutions, il se fit remarquer par son sang-froid, son énergie, sa piété ; il fut nommé provicaire en 1857.
Add this
    [570]. CHARBONNIER, Eugène-Etienne, vint au monde le 20 mai 1821 à Pierrevert (Basses-Alpes). Entré tonsuré au Séminaire des M.-E. le 28 octobre 1846, il reçut la consécration sacerdotale le 17 juin 1848, et partit le 9 août suivant pour le Tonkin occidental. En 1855, il évangélisa la province du Thanh-hoa. A l'époque des plus violentes persécutions, il se fit remarquer par son sang-froid, son énergie, sa piété ; il fut nommé provicaire en 1857. Obligé de se cacher dans les forêts, dans des réduits obscurs, il échappa plusieurs fois aux persécuteurs ; il finit par être arrêté le 29 août 1861, avec un autre missionnaire J.-B. Mathevon.
    Après avoir été torturé, il fut chargé d'une cangue, cruellement frappé, et soumis au supplice des tenailles ; toutes ces tortures ne purent lui arracher un cri de douleur. \ Dieu permit, écrivait-il plus tard, que j'éprouvais de la peine de ce que le mandarin eût fait sitôt cesser ce supplice. " Il fut condamné à mort et renfermé dans une étroite cage de bois ; mais Tu-duc, qui commençait à comprendre la force de la France, n'osa pas exécuter la sentence, et après une année de pénible détention, lors de la conclusion de la paix entre la France et l'Annam, le missionnaire fut mis en liberté (septembre 1862).
    Très fatigué, il fit un voyage au pays natal. C'est alors qu'il fut, le 9 septembre 1864 (Collect., p. 13, n° 16), nommé évêque de Domitiopolis et vicaire apostolique de la Cochinchine orientale ; il fut sacré le 27 décembre suivant, dans l'église du Séminaire des M.-E., par Mgr Meirieu, évêque de Digne, assisté de Mgr Sohier, vicaire apostolique de la Cochinchine septentrionale, et de Mgr Thomine-Desmazures, ancien vicaire apostolique du Thibet. En 1865, il se rendit dans sa nouvelle mission. Le gouverneur de la Cochinchine, l'amiral Roze, mit à sa disposition une canonnière pour le conduire à Qui-nhon ; les mandarins, le voyant arriver sous la protection du drapeau français, ne firent aucune difficulté pour le laisser descendre à terre.
    Son vicariat comptait alors : 4 missionnaires, 22 prêtres indigènes, 1 séminaire avec 22 élèves, 8 communautés avec 300 religieuses, et environ 26 000 chrétiens. Toutes les paroisses avaient été désolées par la persécution ; elles ne possédaient plus ni église, ni presbytère ; pour comble de malheur, la famine régnait dans le pays. L'évêque travailla avec prudence et persévérance ; en 13 ans, le nombre de ses collaborateurs augmentant peu à peu, il répara les ruines.
    A la fin de sa vie, en effet, sa mission comprenait : 18 missionnaires, 21 prêtres indigènes, 95 catéchistes, 2 séminaires avec 80 élèves, 10 communautés avec 400 religieuses, 177 églises ou chapelles, et une population totale de 36 800 chrétiens.
    Il mourut à Saïgon le 7 août 1878, disant à un de ses missionnaires qui voulait offrir sa vie pour lui : " Oh ! non, mon ami, laissez-moi mourir, et vous, vivez encore afin de faire du bien longtemps. Le bon Dieu le veut ainsi, il faut tout accepter de sa main avec amour. "
    Armes. - D'azur à la croix latine d'argent au pied fleuronné (?). L'écu surmonté du monogramme des M.-E. entre la crosse et la mitre et sommé du chapeau épiscopal [à 10 glands au lieu des 6 réglementaires].
    Devise. - Fiat voluntas tua.
    Bibliographie. - < AUT >. (Le miroir du pieux fidèle). - Imprimerie de la mission, Saïgon-Tandinh, 1888, in-8, pp. 61.
    Notes bio-bibliographiques. - C.-R., 1872, p. 18 ; 1874 (janv.), pp. 18, 19 ; 1874 (déc.), p. 20 ; 1875. p. 35 ; 1876, pp. 29, 30 ; 1877, p. 31 ; 1881, p. 112 ; 1892, p. 162 ; 1897, p. 165 ; 1904, p. 188. - A. P. F., xxiii, 1851, p. 269 ; xxiv, 1852, p. 8 ; xxxi, 1859, p. 43 ; xxxv, 1863, pp. 143, 154 ; Ib., Sa captivité et sa délivrance, p. 313 ; Ib., p. 316 ; xxxvi, 1864, Résumé historique des cinq dernières années de la persécution au Tonkin occidental, p. 262 ; Ib., pp. 275, 288, 293, 312 ; xxxviii, 1866, p. 259 ; li, 1879, pp. 129 et suiv. - A. S.-E., x, 1858, p. 193 ; xx, 1868, p. 122 ; xxi, 1869, p. 116 ; xxii, 1870, p. 23 ; xxiii, 1872, p. 482 ; xxix, 1878, pp. 386, 421, - M. C., i, 1868, Son arrestation, p. 68 ; vi, 1874, p. 253 ; x, 1878, Sa mort, pp. 439, 534. - Sem. rel. Besançon, 1876, p. 278.
    Souvenir de la fête de la Sainte-Enfance donnée le 18 janvier 1865 en l'église Saint-Jacques du Haut-Pas ou Compositions diverses faites [en l'honneur de Mgr Charbonnier, pp. 7, 9] et offertes par quelques élèves du quartier Saint-Jacques au profit de l'œuvre. - Imprimerie générale de Ch. Lahure, 9, rue de Fleurus, Paris, 1865, in-8, pp. 16.
    Hist. gén. Soc. M.-E., Tab. alph. - La Coch. rel., ii, pp. 294, 390, 406 et suiv., 421, 436 et suiv. - Les Sauv. Bahn., pp. 298, 301. - La Franc. pont., ii, p. 698. - Lett. ch. du Bx Th. Vénard, pp. 501, 523 et suiv. - Arm. des Prél. franç., p. 247.
    Collect., 9 sept. 1864 : n° 16 ; 17 fév. 1875 : n° 1792.
    Notice nécrologique. - C.-R., 1878, p. 66.
    Portrait. - M. C., x, 1878, p. 529.


    "
    • Numéro : 570
    • Année : None