Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Etienne Louis CHARBONNAUX

[381]. CHARBONNAUX ou CHARBONNEAUX, Etienne-Louis, premier vicaire apostolique du Maïssour, né le 20 mars 1806 à La Guerche (Ille-et-Vilaine), élève des collèges de Vitré et de Combrée, et du grand séminaire d'Angers, fut incorporé à ce diocèse. D'octobre 1828 à janvier 1830, il remplit les fonctions de surveillant au collège de Combrée. Il arriva diacre au Séminaire des M.-E. le 16 février 1830, fut ordonné prêtre le 5 juin suivant, et quitta Paris le 16 août de la même année (et non le 10), avec sa destination pour la mission Malabare (Pondichéry).
Add this
    [381]. CHARBONNAUX ou CHARBONNEAUX, Etienne-Louis, premier vicaire apostolique du Maïssour, né le 20 mars 1806 à La Guerche (Ille-et-Vilaine), élève des collèges de Vitré et de Combrée, et du grand séminaire d'Angers, fut incorporé à ce diocèse. D'octobre 1828 à janvier 1830, il remplit les fonctions de surveillant au collège de Combrée. Il arriva diacre au Séminaire des M.-E. le 16 février 1830, fut ordonné prêtre le 5 juin suivant, et quitta Paris le 16 août de la même année (et non le 10), avec sa destination pour la mission Malabare (Pondichéry). Dès son arrivée dans l'Inde, il eut, sur la manière dont était appliquée la bulle Omnium sollicitudinum concernant les Rites malabares, des inquiétudes de conscience qui ne disparurent qu'assez lentement.
    Après un court séjour à Karikal, il fut envoyé à Seringapatam, chef-lieu d'un district qui comprenait presque la moitié du Maïssour, et comptait environ 3 500 catholiques. La famine y régnait : il montra un tel dévouement, que le collecteur anglais crut devoir lui adresser une lettre de félicitations et de remerciements, en lui disant qu'il était \ réellement devenu le père et le bienfaiteur du peuple ". Il apprit très bien l'anglais, le tamoul, le canara, et parcourut son district avec le plus grand zèle. Au premier synode de Pondichéry (1844), son action en faveur du développement de l'instruction à donner aux indigènes fut prépondérante.
    En vertu d'un bref du 15 juin 1841, il avait été nommé évêque de Jassen et coadjuteur de Mgr Bonnand ; il avait refusé et écrit à la Propagande une lettre qui étonna ; il est juste de dire, que sur certaines questions, particulièrement sur le clergé indigène et ses " médiocres services ", cette lettre dépassait la pensée de son auteur. Ayant changé d'avis, ou plus exactement, ayant précisé son opinion, moins éloignée de la vérité que son premier écrit ne le laissait croire, et la Propagande l'ayant su, son élection fut confirmée en juillet 1844. Il fut sacré à Pondichéry par Mgr Bonnand, le 29 juin 1845.
    Déjà le Maïssour était devenu mission distincte, quoique non encore érigé en vicariat apostolique, et il en avait été nommé administrateur le 16 mars 1845. Après sa consécration épiscopale, il repartit pour Bangalore, le principal centre catholique du royaume. Il avait sous sa direction 6 missionnaires et 13 500 chrétiens. Chaque année les conversions s'élevaient à environ 250, et les abjurations de protestants à une dizaine.
    En 1846, le 7 octobre, il posa la première pierre de son séminaire (Séminaire, grav., Hist. miss. Inde, v, p. lv). Le programme des études fut fixé plus tard et élargi ; les débuts furent pénibles ; de 1845 à 1859, sur 200 enfants qu'on reçut au séminaire, 3 seulement furent ordonnés prêtres.
    En 1847, il fit rectifier les limites de sa mission du côté de Moottookondapally et de Dassirapally, au sud-est de Bangalore. Peu après, il fonda une imprimerie canara, qui publia plusieurs bons ouvrages de piété et de pédagogie, composés par lui et par quelques missionnaires.
    En 1849, il prit une large part au second synode de Pondichéry et parla à toutes les réunions.
    En 1848 et en 1851, il étudia avec ses prêtres les moyens de perfectionner les chrétiens et de convertir les païens, examina la question des cérémonies du mariage, celle des catéchistes, etc., et, à la suite de ces conférences, il publia le Coutumier du Maïssour.
    Le 3 avril 1850, le Maïssour ayant été érigé en vicariat apostolique, Charbonnaux en devint le vicaire apostolique.
    Ses travaux d'administration générale n'arrêtaient, ni ne diminuaient ses visites pastorales. Grand missionnaire tout en étant évêque, il ne se laissait jamais d'apaiser les querelles et de diriger les procès si fréquents entre les Indiens, de confesser, de prêcher. " Un bon prédicateur, disait-il, est celui qui, se mettant à la portée de l'intelligence et des besoins de son auditoire, instruit bien et touche les curs. " Ces paroles le peignaient exactement.
    En 1853, il vint en Europe et obtint pour sa mission des religieuses du Bon-Pasteur d'Angers, qui en 1854 furent établies à Bangalore et ensuite à Mysore. En 1859, sur son conseil, elles organisèrent la Congrégation de Sainte-Anne, composée de religieuses indigènes institutrices (Couvent du Bon Pasteur ; Noviciat des Surs indigènes, grav., Hist. miss. Inde, v, pp. lv, lvii).
    Il commença à fonder quelques orphelinats, le collège Saint-Joseph de Bangalore aujourd'hui si florissant, l'Institut des Frères instituteurs.
    Il était en excellentes relations avec le rajah du Maïssour, qui lui donna plusieurs audiences et voulut posséder son portrait. Il fut soutenu par le résident anglais, Bowring, qu'il avait contribué à faire nommer.
    Chargé, après la mort de Mgr Bonnand, de continuer la visite apostolique des missions de l'Inde et de la Birmanie, il l'acheva de juillet 1861 à novembre 1862. Le 17 juin 1867, il fut créé par Pie IX prélat assistant au trône pontifical. En 1870, il prit part au concile du Vatican et fut membre de la Commission du rite oriental. A cette même époque, il étudia avec nos vicaires apostoliques le Règlement de la Société des M.-E., en vue d'une rédaction définitive, question dont il s'était déjà occupé en 1859, dans les conférences de Salem.
    Il retourna en 1871 au Maïssour, où il travailla jusqu'à son dernier jour. Il s'éteignit à Bangalore le 23 juin 1873, après 43 ans d'apostolat, dont 27 d'épiscopat.
    Armes. - Il n'en portait pas, et se servait d'un sceau représentant le monogramme des M.-E., avec ses noms et titres autour.
    Bibliographie. - Les ouvrages dont la liste suit ont été, sauf exceptions que nous indiquons, imprimés à l'imprimerie de la mission, Bangalore.
    Tous, sauf les deux Livres de prières, le Coutumier, le Mémoire, le Mandement sur le mariage, le Dictionnaire et la Grammaire, ont été traduits d'ouvrages écrits en tamoul, et quelque peu modifiés par Mgr Charbonnaux.
    Coutumier de la mission du Maïssour. - 1851, in-8, pp. 82 + la tab. ; nouv. édit. 1866, in-8, pp. 86.
    Mémoire sur les besoins de la mission du Mayssour (Indes-Orientales), adressé à MM. les Présidents et membres des deux Conseils de l'uvre de la Propagation de la Foi. - De l'imprimerie de Lainé frères, 9, rue Saint-Laud, Angers, août 1853, in-8, pp. 24.
    Cannada latinou Agaradi. Dictionnarium latinum canarense. - 1861, in-8, pp. xx + 11 + 3 + 1179.
    < AUT >. Viyakarana cannada latin (Grammaire canara latine).
    < AUT >. Modalane Patha (Premières Leçons).
    < AUT >. Eradane Patha (Deuxièmes Leçons).
    < AUT >. Divya Matrouke (Le divin modèle). - 1862, in-18, pp. 390.
    < AUT >. Pourvika Matada Vyakyana (Explication de l'ancienne religion).
    < AUT >. Shiloube Hadi (Chemin de la Croix).
    < AUT >. Agnatavasada Dyana (Manrèse ou Exercices de Saint-Ignace). - 1865, in-12, pp. 220.
    < AUT >. Veda Bodakara krama (Règles du catéchiste) [auteur : Beschi]. - 2e édit., 1878, pp. 196.
    < AUT >. Gnana Darpana (Le miroir spirituel). - 1879, in-8, pp. 112.
    < AUT >. Satyavedada Parikshe (Examen de la vraie religion). - 2e édit., 1880, in-8, pp. 336.
    < AUT >. Loka Madouve Prastada Kramavou (Mandement contenant les règles sur les cérémonies du mariage). - 2e édit., Morning Star Press, Bangalore, 1894, in-8, pp. 28.
    < AUT >. Japada dodda Poustakavou (Grand livre de prières). - 2e édit., 1897, in-8, pp. 546.
    Id. - Nouv. édit., imprimerie Codiaboil, Mangalore.
    < AUT >. Japada chikka Poustakavou (Petit livre de prières). - Nouv. édit., imprimerie Codiaboil, Mangalore, 1897, in-12, pp. 386.
    < AUT >. Deyva Parikshe (Examen de la Divinité). - 3e édit., 1898, in-8, pp. 142.
    < AUT >. Patitara Marga (La voie des hérétiques). - 2e édit., 1898, in-8, pp. 262.
    Notes bio-bibliographiques. - C.-R., 1872, p. 6 ; 1874 (janv.), p. 4 ; 1891, p. 221. - A. P. F., vii, 1834-35, p. 51 ; viii, 1835-36, pp. 64, 74 ; ix, 1836-37, Délivrance par le Salve Regina, p. 133 ; xii, 1840, p. 453 ; xiv, 1842, p. 124 ; xv, 1843, Audience du rajah de Mysore, p. 57 ; Ib., pp. 60, 65 ; xix, 1847, pp. 409, 415, 418, 421 ; xxv, 1853, Motifs de son voyage en Europe, pp. 401, 409 ; Ib., p. 423. - A. S.-E., x, 1858, p. 126 ; xvii, 1865, p. 379 ; xxii, 1870, p. 75 ; xxiv, 1873, p. 357 ; xxviii, 1877, pp. 47, 322. - M. C., i, 1868, pp. 196, 204 ; ii, 1869, p. 52 ; iv, 1871-72, p. 385 ; v, 1873, p. 393. - A. M.-E., 1905, p. 65.
    Sem. rel. Angers, 1867-68, p. 5 ; 1869-70, pp. 235, 236 ; 1872-73, Service pour lui à Combrée, p. 797 ; 1873-74, Sa mort et ses funérailles à Bangalore, p. 33. - Sem. rel. Laval, 1869-70, pp. 107, 110. - Sem. rel. Paris, 1862, p. 327. - Sem. rel. Rennes, 1866-67, pp. 562, 579 ; 1867-68, p. 609. - uv. Prop. Foi, Angers, comp.-rend., 1860, p. 3 ; 1862, p. 3 ; 1865, p. 10 ; 1867, p. 12 ; 1868, p. 11 ; 1869, Allocution prononcée le 25 novembre 1869, à Chambéry, pour la translation du corps de Mgr Godelle, p. 12 ; 1872-74, Notice, p. ix. - Bull. Assoc. Combrée, 1906-07, pp. 112 et suiv. - uv. Prop. Foi, Reims, comp.-rend., 1866, p. 24. - Am. de la Rel., cviii, 1841, p. 74. - Polybiblion, ii, 1873, p. 181.
    Hist. gén. Soc. M.-E., Tab. alph. - Hist. miss. Inde, Tab. alph. - Hist. miss. Kouy-tcheou, Tab. alph. - Vie de Mgr de Marion-Brésillac, pp. 181, 191 et suiv., 222 et suiv., 234, 250 et suiv., 292, 298 et suiv., 321 et suiv., 377, 396, 405, 406, 411, 429 et suiv., 438.
    Les miss. cath. dans l'Inde, Tab. alph. - Pouillé de Rennes, iv, p. 96. - Act. et hist. du Conc., v, Notice, p. 115. - La Franc. pont., ii, p. 720.
    Collect., 3 juin 1853 : n° 1608 ; 19 nov. 1854 : nos 916, 1377, 2037 ; 22 juill. 1857 : n° 1812 ; 28 août 1861 : n° 831 ; 4 déc. 1862 : n° 1380 ; 14 déc. 1865 ; n° 1298 ; 1866 : n° 1267, 1er févr. 1871 : nos 834, 876, 1661.
    Biographie. - A biographical sketch of the late right rev. Charbonneau [sic] bishop of Jassen and first vicar apostolic of the provinces of Mysore and Coorg in the East Indies. By the very rev. J. A. Chevalier pro-vicar. - Printed at the Bangalore Examiner press, by L. J. G. Santineer printer, Bangalore, 1874, in-8, 2 ff. n ch. + pp. 42.
    Portrait. - Lithographie par David ; imprimerie Villain, 19, rue de Sèvres, Paris. - M. C., v, 1873, p. 390. - Act. et hist. du Conc., v, p. 92. - Hist. miss. Inde, v, p. xlvii. - Les miss. angev., p. 259. - Son portrait se trouve aussi dans un des vitraux de la chapelle du collège de Combrée, où il représente un prophète.


    Bibliographie:
    CHARBONNAUX Etienne Mgr (1806-1873)

    Eradane patha / E. Charbonnaux. - Bangalore : Typographia Missionis, [18- ].
    Deuxièmes leçons en canara.

    Modalane patha / E. Charbonnaux. - Bangalore : Typographia Missionis, [18- ].
    Premières leçons en canara.

    Viyakarana cannada latin / E. Charbonnaux. - Bangalore : Typographia Missionis, [18- ]. - 8°.
    Grammaire canara-latine.

    Dictionarium latino-canarense / auctore RR. episcopo jassensi, v. a. maissurensi, etc è Congregationis Missionum ad Exteros [E. Charbonnaux]. - Bengalori : E Typographio Missionariorum Apostolicorum, 1861. - 1179-XX-11-3 p. ; 22 cm.




    "
    • Numéro : 381
    • Année : None