Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Philippe de CHAMESON-FOISSY

[11]. CHAMESON-FOISSY (DE) ou CHAMESSON-FOISSY (DE), Philippe, naquit dans le diocèse de Reims vers 1632. Son bisaïeul était grand écuyer de France sous Henri III ; son grand-père, bailli de la Montagne, capitaine de la noblesse de sa province ; son père, qui commandait les carabiniers, fut tué à la bataille de Rocroi (1643). Lui-même était à 14 ans volontaire dans le régiment de Navarre, puis sous-lieutenant de cavalerie ; il servit sous Condé, Turenne et Créqui. S'étant battu en duel et ayant tué son adversaire, raconte B.
Add this

    [11]. CHAMESON-FOISSY (DE) ou CHAMESSON-FOISSY (DE), Philippe, naquit dans le diocèse de Reims vers 1632. Son bisaïeul était grand écuyer de France sous Henri III ; son grand-père, bailli de la Montagne, capitaine de la noblesse de sa province ; son père, qui commandait les carabiniers, fut tué à la bataille de Rocroi (1643). Lui-même était à 14 ans volontaire dans le régiment de Navarre, puis sous-lieutenant de cavalerie ; il servit sous Condé, Turenne et Créqui. S'étant battu en duel et ayant tué son adversaire, raconte B. Vachet, il en fut si douloureusement affecté qu'il voulut entrer dans un ordre religieux.
    A ce moment, il entendit parler de la mission des vicaires apostoliques, et se présenta à Mgr Pallu qui l'accepta comme auxiliaire laïque. Dès 1659, il reçut la procuration des vicaires apostoliques pour faire construire, en Hollande, le vaisseau Saint-Louis, qui devait servir aux voyages des missionnaires, et qui fit naufrage au Texel. Il partit de Paris le 17 octobre 1661, et s'embarqua à Marseille avec Mgr Pallu le 2 janvier 1662. A peine arrivé au Siam, l'évêque ayant été obligé de revenir en Europe pour les affaires des missions, de Chameson l'accompagna. Il repartit pour Madagascar et Surate, à la demande de Colbert qui lui confia une mission pour de Mondevergue, gouverneur de la grande île africaine, et pour Caron, agent de la Compagnie des Indes orientales.
    Cette double affaire heureusement terminée, de Chameson regagna le Siam et servit de procureur pour le matériel, à l'évêché. Au commencement de 1674, on le pria de porter en Europe les procès apostoliques des martyrs de Cochinchine. Pris pour espion à Golconde, dont le rajah était en guerre avec la France, il fut arrêté et emprisonné. Relâché au bout de trois mois, mais épuisé par les privations, il mourut le 25 août 1674 dans l'Inde, à Masulipatam, et fut enterré dans l'église des Augustins de cette ville.
    Notes bio-bibliographiques. - Relat. des miss. des evesq., pp. 24, 34, 45, 69. - Relat. des miss. et des voy. 1672-1675, pp. 48, 62, 192, 226, 350, 386. - Relat. des miss. et des voy. 1676-1677, pp. 211 et suiv. - Ann. Cong. M.-E., p. 105.
    Docum. hist., Tab. alph. - Lett. de Mgr Pallu, Tab. alph. - Hist. gén. Soc. M.-E., Tab. alph. - Lett. à l'év. de Langres, pp. 39, 76. - Descrip. du roy. Thai, ii, pp. 121, 164. - Hist. de l'ét. du Christ., i, pp. 105, 181 ; ii, pp. 213 et suiv., 301.

    • Numéro : 11
    • Pays : Vietnam
    • Année : None