Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Gratien François CHAGNOT

[ 2326 ] CHAGNOT Gratien, François Missionnaire Birmanie Méridionale (Rangoon) -----------
Add this
    [ 2326 ] CHAGNOT Gratien, François

    Missionnaire

    Birmanie Méridionale (Rangoon)

    -----------

    Gratien, François CHAGNOT naquit le 14 janvier 1874 au hameau \Les Gillots", Commune de Dampierre-sur-Linotte, diocèse de Besançon, département de la Haute-Saône. Un oncle prêtre le prit chez lui, et lui enseigna les premiers éléments de latin, puis l'envoya au petit séminaire de Luxeuil. Pendant deux ans, il fit ses études de philosophie, à Vesoul, puis, se dirigea vers le grand séminaire de Besançon, où il reçut les ordres mineurs, le 4 août 1895.

    Le 8 novembre 1895, M.Chagnot entra au séminaire des Missions Etrangères. Etant trop jeune pour recevoir les ordres sacrés, il fut envoyé à Rome pendant une année, comme "socius" de M.Cazenave, Procureur de la Société. Sous-diacre le 27 septembre 1896, diacre le 3 avril 1897, il revint à Paris où, ordonné prêtre le 27 juin 1897, il reçut sa destination pour le vicariat apostolique de la Birmanie Méridionale (Rangoon) qu'il partit rejoindre le 25 août 1897.

    Mgr Cardot envoya M. Chagnot d'abord à Bassein pendant quelques mois, pour apprendre l'anglais, puis, en 1898, à Yandoon, chez M. Ballenghien pour étudier le birman et faire sa formation missionnaire.

    En juin 1898, M. Chagnot fit ses première armes à Letkopin, dont le titulaire, le P.Thomas, venait de mourir. Il eût, jusqu'en novembre de la même année, M. Granger pour l'initier, puis il resta seul à la tête de ce poste où les familles chrétiennes vivaient dispersées. Il les visita. Le birman étant peu compris, il apprit la langue cariane.

    Mais le petit village de Letkopin, sur les bords d'une des branches de l'Irawaddy, n'était pas central. En 1900, M.Chagnot, chef des districts de Pyapon et Maubin, se fixa dans cette dernière jolie petite ville sur l'Irawaddy et centre administratif civil. Il voyagea beaucoup pour visiter ses chrétientés en déplacements fréquents. Lektopin devint une annexe, ce qui, pour un temps, mécontenta les chrétiens.

    Après un intérim à Bassein, de novembre 1909 à juin 1910, pour remplacer M.Provost obligé de rentrer en France, M. Chagnot revint à Maubin qu'il avait confié à M. Herzog, durant cette période; Il fut déchargé alors du nouveau district de Pyapon, le plus proche de la mer, confié à M. Cathébras. Il put s'occuper davantage des Carians chrétiens qui n'étaient pas groupés en village, ou vivaient mélangés aux Birmans. Il agrandit le terrain de la mission, par l'achat successif de petits jardins adjacents.

    En 1914, à Maubin, M.Chagnot jeta les fondations d'une belle église en briques, tout en assurant l'administration de ses chrétiens, même les plus éloignés. En 1915, outre son district de Maubin, il eut en charge celui de Pyapon. La guerre causa difficultés et perturbations profondes chez les chrétiens et les non chrétiens :. "Les américains baptistes, écrit-il, annoncèrent la fin de la religion catholique, en Birmanie.." les missionnaires devant rentrer en France, en raison des hostilités.

    Si les six écoles de son district lui donnaient beaucoup de tracas, elles lui procuraient aussi quelques consolations. En 1916, il réussit à ouvrir deux nouvelles écoles dans son district. Celles-ci étaient florissantes, car tout y était minutieusement réglé, et lui-même suivait de près les élèves et les maitres s'efforçant de les guérir du péché de paresse.

    Le 8 mars 1921, M.Chagnot eût la joie de recevoir Mgr. Perroy pour la bénédiction solennelle de sa nouvelle église de Maubin, dédiée à Ste Rita, et commencée avant la guerre. Il en avait fait venir les matériaux, surveillé lui-même les travaux, et dirigé les ouvriers.

    Vers 23h30, dans la nuit du Dimanche des Rameaux au Lundi Saint 11 avril 1927, M.Chagnot fut assassiné, dans sa résidence, pendant son sommeil, dans des conditions horribles, par l'un de ses orphelins élevé par lui, âgé de 19 ans et dont il avait fait son maitre d'école. Les funérailles de M. Chagnot, présidées par M.Saint-Guily, provicaire, eurent lieu le mardi soir 12 avril 1927. Il repose à côté de son premier vicaire, dans le petit cimetière catholique de Maubin.


    Notes biographiques. - AME 1897 p. 772, 1912 p. 208-09, 1926-27 p. 360. - CR 1897 p. 278, 1899 p. 252, 1905 p. 215, 1907 p. 236, 1908 p. 218, 1910 p. 236, 1911 p. 215, 1912 p. 258, 1913 p. 261, 1914 p. 110, 1915 p. 126-29, 1916 p. 151, 219, 1921 p. 112, 1922 p. 131-32, 1923 p. 140-41, 1927 p. 136, 207. - BME 1927 p. 386, 1928 p. 57. - EC1 n° 129.


    "
    • Numéro : 2326
    • Année : None