Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

René CARTREAU

CARTREAU René (1848 - 1917) BIRMANIE [1179]. CARTREAU René, est né le 30 mars 1848 à la Chapelle-Saint-Laud, dans le diocèse d'Angers (Maine et Loire) de parents foncièrement chrétiens. Distingué pour sa piété par son curé, il fut envoyé au Petit Séminaire de Mongazon. A l'âge de 19 ans, il se fit recevoir dans le Tiers Ordre de Saint François. Il pensait déjà à la vocation missionnaire, cependant, il se décida à passer un an au Grand Séminaire d'Angers avant de faire sa demande d'entrée aux Missions Etrangères.
Add this
    CARTREAU René (1848 - 1917)
    BIRMANIE

    [1179]. CARTREAU René, est né le 30 mars 1848 à la Chapelle-Saint-Laud, dans le diocèse d'Angers (Maine et Loire) de parents foncièrement chrétiens. Distingué pour sa piété par son curé, il fut envoyé au Petit Séminaire de Mongazon. A l'âge de 19 ans, il se fit recevoir dans le Tiers Ordre de Saint François. Il pensait déjà à la vocation missionnaire, cependant, il se décida à passer un an au Grand Séminaire d'Angers avant de faire sa demande d'entrée aux Missions Etrangères.

    Mais nous arrivons en 1870, c'est la guerre. Répondant à l'appel de Mgr. Freppel, l'abbé Cartreau s'engagea comme volontaire sous les ordres de Cathelineau. Dès que la paix fut signée, l'abbé Cartreau entra au Séminaire des Missions Etrangères, le 2 septembre 1871. En entrant, il prit les résolutions suivantes : 1. Une fois parti de ne plus jamais revenir, 2. D'obéir partout et en tout à mes supérieurs, 3. De supporter avec patience les peines que me causeront les hommes, comme aussi celles que je souffrirai soit dans mon corps, soit dans mon âme.

    Ordonné prêtre le 20 septembre 1873, il partit le 5 novembre suivant pour la Birmanie méridionale, à Rangoon.

    Arrivé en Mission en décembre 1873, il fut placé à Bassein pour y apprendre l'anglais. Quelques mois après, il était à Myaungmya, où il trouve le Père Domingo Tarolli, un des vétérans de la Mission cariane. Il y resta deux ans (1874-1876) et fut ensuite chargé d'Ombinzu en milieu carian et tamoul. Le Père Cartreau se trouvait en pleine brousse, dans un milieu dénué de tout confort. Il y construisit école, presbytère, chapelle. Ensuite, ce fut Kyontelok où il demeura de 1877 à 1899.

    Quand le Père Bertrand mourut à Kanazogon en 1899, Mgr. Cardot envoya le Père Cartreau pour prendre la relève à Kanazogon. Kanazogon était déjà un poste bien établi, composé de 4.000 chrétiens. A peine arrivé, il parcourut les nombreux villages de ce district. Il construisit un presbytère et une école. Pendant dix ans, il continua d'ailleurs ses fréquentes et attentives visites d'administration. Et, il faut le reconnaître, les villages étaient et restèrent profondément vivants.

    Mais les années passent, le Père est fatigué. En 1915, il appela auprès de lui son vicaire, le Père Mourier, et lui confia Kanazogon : \Je ne suis plus bon à rien, dit-il, prenez ma charge, j'essaierai de vous aider un peu." Le Père Cartreau s'éteignit le mardi 1er mai 1917 au matin. Quarante ans plus tard, le Père Mourier fera de même : en 1952, il remettra Kanazogon à son vicaire, le Père Raphaël Tun Yin, prêtre Carian.

    Références biographiques
    AME 1912 p. 274. 275. 319. 1913 p. 155. CR 1874 p. 47. 1894 p. 247. 1895 p. 261. 1896 p. 262. 1897 p. 221. 1899 p. 247. 1901 p. 201. 1903 p. 231. 1905 p. 386. 1907 p. 240. 1908 p. 218. 1909 p. 213. 1911 p. 214. 1912 p. 258. 1913 p. 262. 1915 p. 124. 1916 p. 148. 260. 1917 p. 219. 1926 p. 171. 1961 p. 77. BME 1924 p. 336. 1961 p. 592.

    "
    • Numéro : 1179
    • Année : None