Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Albert Georges CAPPELLE

CAPPELLE Albert (1902- 1978) [3278] CAPPELLE Albert, naquit le 16 juin 1902 à Menin, dans le diocèse de Bruges (Belgique), dans une famille d'industriels de cette ville frontière avec la France. Il fit ses études primaires à Marcq en Baroeul, près de Lille, et ses études secondaires à Menin et à Bruxelle. Le 2 août 1919, il fit sa demande d'admission aux Missions Etrangères. Il entra au Séminaire de Bièvres le 27 septembre. Il fut ordonné prêtre à Paris le 6 juin 1925, et reçut sa destination pour le diocèse de Mysore.
Add this
    CAPPELLE

    Albert

    (1902- 1978)

    [3278] CAPPELLE Albert, naquit le 16 juin 1902 à Menin, dans le diocèse de Bruges (Belgique), dans une famille d'industriels de cette ville frontière avec la France. Il fit ses études primaires à Marcq en Baroeul, près de Lille, et ses études secondaires à Menin et à Bruxelle. Le 2 août 1919, il fit sa demande d'admission aux Missions Etrangères. Il entra au Séminaire de Bièvres le 27 septembre. Il fut ordonné prêtre à Paris le 6 juin 1925, et reçut sa destination pour le diocèse de Mysore.

    Dès son arrivée à Bangalore, il fut envoyé au Collège Saint Joseph, dirigé par les Pères des Missions Etrangères et, il étudia la langue anglaise. Pour s'initier à la langue Kanara, il fut nommé vicaire du Père Texeira à Chilmagalure en 1928. Puis, en 1931, il est nommé curé de la paroisse d'HHarobale, non loin de Bangalore. L'année suivante, il dut aller à Begur, village de chrétiens de vieille souche, mais où il restait beaucoup à faire pour relever le niveau social des gens.

    En 1934, il prit son premier congé en Belgique. A son retour, il fut nommé à Champion Reefs, à l'Est de Bangalore, où l'exploitation des mines d'or (Kolar Gold fields) attirait des gens de plus en plus nombreux, en plus de quelques anglais travaillant comme ingénieurs ou directeurs. Il fut le curé très actif de cette grande paroisse de 1935 à 1943.

    En 1940, le diocèse fut partagé en deux : Bangalore, avec un archevêque indien, et Mysore avec un évêque français. Les missionnaires des Missions Etrangères avaient l'option, soit de rester à Bangalore, ou de se joindre au nouveau diocèse de Mysore. Le Père Cappelle opta pour cette dernière solution. Mgr. Feuga nomma alors le Père Cappelle curé de la Paroisse Sainte Marie d'OOtacamund, aux Nilgiris. Il y resta de 1943 à 1949, essayant d'améliorer la vie sacramentelle et liturgique, dans une église où il fit quelques améliorations. Il termina la construction, près de l'église, d'un \High School", (école secondaire). Il encouragea les vocations, l'un de ses paroissiens devint même évêque, Mgr. Aruldass James, aujourd'hui évêque d'Ootacamund. Il porta également toute son attention au nouveau pélerinage de la "Kandal Cross", fondé par son prédecesseur, le Père Paul Crayssac.

    Préférant la vie dans les villages de campagne, il demanda son transfert, et fut nommé sur le plateau de Mysore, au district de Kollegal. Il fit appel aux Soeurs Franciscaines Missionnaires pour s'occuper des pauvres, en particulier des orphelines. Il bâtit un presbytère à ses frais ; il fut un vrai défricheur et un excellent pasteur.

    En 1953, un sacrifice lui fut demandé. Mgr. Feuga le nomma curé de la Cathédrale de Mysore. Il vint à Mysore, un peu à contre-coeur. Il se révélé bon administrateur, il fut même nommé vicaire général, et resta à Mysore six ans, jusqu'en 1959. Son évêque voulant le garder à Mysore, le nomma curé de l'autre paroisse de la ville, à Sainte Thérèse, au Sud de Mysore. Il devait rester là une quinzaine d'années.

    Sa santé laissait à désirer. Il prit un congé en France en 1966. A son retour, on l'envoya dans un petit village, à 20 kms de Mysore, Jampanahalli, où s'était établie une nouvelle colonie de chrétiens avant de devenir paroisse. Le Père Cappelle permit à ses chrétiens, grâce à son aide personnelle et à celle de bienfaiteurs de Belgique et de Hollande, de construire des maisons convenables à cet endroit.

    De nouveau en 1974, il retourna se soigner en France. A son retour, il insista pour retourner à Jampanahalli, où il construisit un couvent, une grande école et un orphelinat.

    En 1978, il demanda à aller résider à côté de l'église Sainte Thérèse, dans une chambre qu'il avait fait construire. Mais la maladie faisant des progrès, il dut être hospitalisé à l'hôpital Saint Jean et à celui de Sainte Marthe à Bangalore. Par miracle, il alla un peu mieux et demanda à revenir à Mysore. Le 28 juin, il s'installa de nouveau près de l'église Sainte Thérèse, sous la surveillance des Soeurs Salésiennes Missionnaires, qui veillèrent bien sur lui. Pourtant, un beau matin, quand le Père Cappelle montait à l'autel pour dire la messe, il s'affaissa et rendit le dernier soupir.

    Il fut inhumé le 18 août 1978, dans l'enclos de l'église Sainte Thérèse. Belle figure de missionnaire, ce prêtre belge francophone, qui mit souvent son patrimoine personnel au service des pauvres, resta toujours très près de ses confrères et travailla avec zèle au salut des âmes.


    Références biographiques
    AME 1921 p. 151. 1925 p. 196. 1931 p. 129. CR 1925 p. 148. 1933 p. 232. 1938 p. 213. 214. 1939 p. 196. 198. 1949 p. 145. 1951 p. 138. 1952 p. 87. 88. 1953 p. 72. 1956 p. 77. 1960 p. 87. 1961 p. 88. 1962 p. 102. 1963 p. 108. 1964 p. 71. 1965 p. 136. 1966 p. 182. 1967 p. 128. 1969 p. 147. 1974-76 p. 193. 194. BME 1925 p. 712. 714. 1926 p. 637. 1929 p. 315. 703. 1930 p. 823. 1931 p. 80. 689. 690. 923. 1932 p. 150. 636. 637. 802. 1934 p. 810. 811. 894. 1935 p. 822. 1936 p. 220. 1938 p. 851. 1949 p. 189. 724 sq. 1950 p. 638. 639. 1951 p. 515. 1952 p. 61. 187. 643. 1953 p. 311. 798. 799. 1954 p. 129. 1955 p. 78. 79. 369. 370. 419. 659. 1956 p. 1002. 1957 p. 285. 1102. 1958 p. 560. 1959 p. 97. 887. 1960 p. 180. 182. 1025. EC RBac N° 88. 92. 298. 321. 451. 457. 502. 508. 640. 650. 763. NS 8P249. - 14P448. - 36P308. - 72/C2. - 83P73. - 85/C2. - 120P213. - 121P253. - 122/C3.

    Notice nécrologique
    Mémorial 1978 p. 65.

    "
    • Numéro : 3278
    • Année : None