Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Léonard Amédée CANAC

[1552] CANAC Léonard, Amédée Missionnaire Kouangtong - Swatow -------------
Add this

    [1552] CANAC Léonard, Amédée

    Missionnaire

    Kouangtong - Swatow

    -------------

    Léonard, Amédée CANAC naquit le 30 juin 1858, au village de Sauveplane, paroisse de Bournac, commune de Saint-Affrique, diocèse de Rodez. Il fit ses études primaires à Saint Affrique, puis après la guerre de 1870, il entra au petit séminaire de Belmont pour y faire ses études secondaires. Il s'y montra élève travailleur et brillant. De là, il passa au grand séminaire de Rodez où il resta quatre années entières, et se plaçant dans les premiers rangs, il eût les honneurs de l'argumentation. Il reçut le sous-diaconat le 11 juin 1881

    Le 9 septembre 1881, il entra au séminaire des Missions Etrangères. Vers la fin de novembre 1881, il fit partie du second groupe de cinq aspirants envoyés au séminaire St.Paul à Bolognano, dans le Tyrol alors autrichien. En effet, dans le cas où l'orage qui menaçait alors les Congrégations religieuses en France viendrait à s'abattre sur la Société des Missions Etrangères, M.Péan était parti discrètement à la recherche d'une installation éventuelle pour tout ou partie du séminaire de la Société. Il trouva une propriété et des locaux à Bolognano, petite commune du Trentin, dans le doyenné d'Arco, dans le diocèse de Trente. On l'appela \Séminaire St.Paul."

    M.Canac reçut le diaconat des mains de Mgr. della Bona, évêque de Trente, dans la cathédrale de cette ville, le samedi des Quatre-Temps de Septembre 1882; il fut ordonné prêtre, à Paris, le 17 février 1883, et reçut sa destination pour la préfecture apostolique du Kouang-tong (Canton) qu'il partit rejoindre le 28 mars 1883

    Arrivé dans sa mission au mois de mai 1883, M.Canac fut envoyé peu après, par Mgr. Chausse dans le district de Long-tchéou. Il y était depuis à peine un an, quand éclata le conflit franco-chinois de 1884-1885; comme les autres confrères, il dut, sur l'ordre de son évêque, se réfugier à Hong-Kong. La paix signée avec la Chine, ratifiée par le second traité de Tientsin du 9 juin 1885, autorisa les missionnaires à rentrer dans leur mission. M.Canac s'embarqua avec M.Hervel pour Swatow, et de là regagna son district de Long-tcheou. Pendant cette tourmente, les chrétiens avaient subi de nombreuses injustices. Ce fut pour M. Canac l' occasion de s'initier aux arcanes de la procédure chinoise, pour obtenir des réparations. Malgré bien des difficultés, il construisit une chapelle à Toi-nay-hang, et fonda des nouveaux postes à Tsaï-teou, à Kong-tang, puis à Chouy-Tsai, dans la sous-préfecture de Fo-pin.

    En 1890, Mgr. Chausse envoya M. Canac au Tching-pin (Tchen-pin) sous-préfecture sise aux frontières du Fo-kien et du Kiang-si, comme aide et successeur de M. Bernon. Il administra en même temps la sous-préfecture voisine de Pin-yene. En 1891, M.Canac acheta une école au village de Tang-shock où une vingtaine de familles se firent chrétiennes, et l'année suivante y éleva un petit oratoire, y passa les fêtes de la Pentecôte, et baptisa 10 catéchumènes. En 1896, il fut menacé de mort par un lettré qui, trois ou quatre ans auparavant, avait fait démolir une école catholique. En 1903, la famine obligea plus de deux cents de ses catéchumènes à émigrer vers d'autres contrées plus fortunées.

    En 1905, au village de Lam-mien-tsia, sa chapelle étant devenue trop petite, il fit le projet d'acheter une colline inculte pour y bâtir un grand oratoire. Malgré toutes les démarches administratives accordant l'autorisation d'achat et le permis de construire, il y eût des oppositions de la part des propriétaires voisins; l'affaire ayant fait grand bruit, fût portée au tribunal qui fit droit à la demande de M.Canac. Ce procès gagné lui valut une grande réputation. L'année suivante l'application de la nouvelle législation scolaire fut pour lui une source de difficultés, car il n'était pas facile aux chrétiens de se présenter aux examens, et de se soumettre au règlement de l'école moyenne comportant la vénération de la tablette de Confucius. Malgré cela, les écoles crées par M.Canac dans la ville de Tchang-ping étaient florissantes, atteignant un effectif de 175 élèves garçons et 32 filles en 1907.

    Pendant son séjour France en 1907-1908, M.Canac confia au prêtre chinois Tsai. son district de Tchin-pin, et il y revint à son retour. En 1914, de la division de la mission de Canton, naquit le nouveau vicariat apostolique de Swatow, confié à Mgr. Adolphe Rayssac, évêque de Cotyeum. M.Canac fut alors agrégé à cette nouvelle mission. Il construisit les chapelles de Shinkonha, de Tongfoulkleang, de Sanhapeang, de Samhopa. En 1924, il avait la charge des sous-préfectures de Tchin-pin, Pin-yan, Tai-pou soit 1785 chrétiens; il assura aussi, par intérim, l'administration du district de Kiayn (Moyyen), à la mort de M.Jean-Claude Delorme, le 21 décembre 1923.et assista celui-ci à ses derniers moments.

    Trente cinq ans de présence et de travail apostolique à Tchinpin permirent à M.Canac de bien connaitre la mentalité chinoise, et de s'y adapter. D'une gaieté exhubérante, il sut gagner le coeur de tous par sa bonté et sa patience. Sa porte était ouverte à tout le monde; un introducteur n'était pas nécessaire pour l'approcher.

    Souffrant de la dysenterie, et son état s'aggravant, le 16 août 1925., il décida de se rendre en barque à Swatow. La fatigue du voyage fit monter la fièvre qui s'était déclarée au moment du départ. Il arriva à Tchao-tcheou ayant presque perdu connaissance. Transporté à la mission, il rendit son âme à Dieu quelques heures après son arrivée, le 20 août 1925. C'est dans le cimetière de cette chrétienté que reposent ses restes mortels.



    Références biographiques

    AME 1825 p. 239. CR 1883 p. 32. 115. 1884 p. 87. 88. 1885 p. 63. 1886 p. 72. 1887 p. 117. 1889 p. 115. 345. 1891 p. 124sq. 1892 p. 140. 141. 1894 p. 160. 1895 p. 175. 1896 p. 144. 145. 1899 p. 392. 1900 p. 197. 1901 p. 123. 1902 p. 141. 1903 p. 123. 1904 p. 137. 1905 p. 111. 1906 p. 125. 126. 1907 p. 152. 1909 p. 133. 1911 p. 111. 1912 p. 163. 1913 p. 166. 1916 p. 96. 1919 p. 58. 1920 p. 42. 1922 p. 76. 1923 p. 89. 1924 p. 68. 157. 1925 p. 80. 197. 1926 p. 195. BME 1924 p. 135. photo p. 115. 1925 p. 566. 716. 1932 p. 261. 1949 p. 69. EC1 N° 91.

    Mémorial CANAC Léonard, Amédée page 2
    -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


    "
    • Numéro : 1552
    • Année : None