Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Désiré Edouard CAMBIER

[800]. CAMBIER, Désiré-Edouard, né à Lille (Nord) le 22 janvier 1826, élève du collège communal de Lille, du lycée Charlemagne à Paris, de l'Ecole normale supérieure (1848-1851), avec Taine pour chef de section (lettres), fut professeur suppléant au lycée Louis-le-Grand, refusa une chaire de philosophie qui lui était offerte, entra au grand séminaire d'Orléans, et fut incorporé à ce diocèse. Le 2 juin 1855, il fut ordonné prêtre à Paris, fit partie de l'Oratoire alors à ses débuts, se rendit à Rome en 1858, et entra le 29 novembre 1860 au Séminaire des M.-E.
Add this
    [800]. CAMBIER, Désiré-Edouard, né à Lille (Nord) le 22 janvier 1826, élève du collège communal de Lille, du lycée Charlemagne à Paris, de l'Ecole normale supérieure (1848-1851), avec Taine pour chef de section (lettres), fut professeur suppléant au lycée Louis-le-Grand, refusa une chaire de philosophie qui lui était offerte, entra au grand séminaire d'Orléans, et fut incorporé à ce diocèse. Le 2 juin 1855, il fut ordonné prêtre à Paris, fit partie de l'Oratoire alors à ses débuts, se rendit à Rome en 1858, et entra le 29 novembre 1860 au Séminaire des M.-E.
    Il partit le 31 mars 1862 pour le Se-tchoan oriental. Dans la mer de Chine, l'incendie se déclara à bord du navire Lord of the isles, qui était chargé de poudres ; l'équipage et les passagers descendirent dans les canots de sauvetage, et furent jetés par une tempête sur les côtes de Haï-nan, après avoir erré sur les flots pendant sept jours. Une barque chinoise les conduisit non sans peine et sans misères à Macao, où ils arrivèrent le quinzième jour après qu'ils avaient dû abandonner leur vaisseau. Les cinq missionnaires éprouvés avec Cambier par ce naufrage étaient : Dubail, L. Chabauty, Rigaud, Houillon et A. Gennevoise.
    L'année suivante, il passa du Se-tchoan oriental dans la mission du Kouang-tong et Kouang-si, fut chargé de la chrétienté septentrionale de Chao-tcheou, et construisit un oratoire à Loktcheung (Lo-tchang). Il écrivit en latin, pour les séminaristes et les prêtres chinois, un Abrégé de l'Histoire sainte et une Exposition de la Doctrine chrétienne, travaux demeurés manuscrits et qui ont été perdus. Etant tombé malade, il fut sollicité par A. Gennevoise, son voisin et grand ami, de se rendre à Canton pour y recevoir des soins. Quand il descendit dans la barque qui devait l'emmener : \ C'est ici que je dois mourir, dit-il, pax huic domui. " Ce pressentiment se réalisa. Le missionnaire, qui dans ses rêves de normalien avait espéré la conversion d'un monde, mourut dans sa barque, au cours du voyage, près de Pak-tou, préfecture de Chao-tcheou. Son corps fut transporté à Canton, et sur sa tombe on plaça une croix de pierre avec cette inscription : D. C. missionnaire apostolique, 12 juin 1866, date de sa mort.
    Notes bio-bibliographiques. - C.-R., 1887, p. 22. - M. C., xxv, 1893, Notice par Charaux, p. 357. - Ann. rel. Orléans, 1867, L'abbé Cambier, Notice par le R. P. A. Perraud, pp. 579, 603, 627 ; Ib., 1895, p. 304.
    Biog. des prêt. du dioc. Cambrai, p. 269. - Les norm. dans l'Egl., pp. 4, 64. - Souv. de Chine, p. 64.
    Biographie. - Notice biographique sur l'abbé Cambier, ancien élève de l'Ecole normale supérieure et missionnaire apostolique, par le R. P. Adolphe Perraud. - Douniol, 29, rue de Tournon, Paris, 1867, in-8.
    Portrait. - Lithographie, Boldoduc fres, Lille.


    "
    • Numéro : 800
    • Année : None