Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Adolphe Marie CALAIS

[779]. CALAIS, Adolphe-Nicolas, un des trois missionnaires de la Corée qui échappèrent à la persécution de 1866, dans laquelle furent martyrisés deux évêques, sept missionnaires et de nombreux chrétiens, naquit le 3 août 1833 à Crion (Meurthe-et-Moselle). Il entra minoré au Séminaire des M.-E. le 23 juillet 1858, reçut la prêtrise le 2 juin 1860, et fut envoyé en Corée le 25 juillet suivant. Il réussit à pénétrer par mer dans sa mission, en 1861, en compagnie de MM. Landre, Joanno et Ridel.
Add this
    [779]. CALAIS, Adolphe-Nicolas, un des trois missionnaires de la Corée qui échappèrent à la persécution de 1866, dans laquelle furent martyrisés deux évêques, sept missionnaires et de nombreux chrétiens, naquit le 3 août 1833 à Crion (Meurthe-et-Moselle). Il entra minoré au Séminaire des M.-E. le 23 juillet 1858, reçut la prêtrise le 2 juin 1860, et fut envoyé en Corée le 25 juillet suivant. Il réussit à pénétrer par mer dans sa mission, en 1861, en compagnie de MM. Landre, Joanno et Ridel. Leur jonque quitta Tche-fou le 19 mars, et le 28 elle fut accostée par la barque des chrétiens coréens qui les conduisirent à Séoul. On plaça M. Calais dans la région que les missionnaires appelaient alors le \ district de la Purification ", peut-être dans la province de Kyeng-syang (Voir DAVELUY).
    Pendant la persécution de 1866, il courut de très grands dangers, fut arrêté deux fois comme suspect, mais put s'enfuir sans qu'on eût constaté qu'il était européen. Huit jours durant, il coucha dans les bois, vécut de fruits sauvages et de racines, puis il quitta la montagne pour aller, malgré tous les périls, prêcher dans la petite chrétienté de Somba-kol. Là, il eut la consolation de baptiser quelques païens, qui ne craignirent pas d'embrasser le catholicisme, même au milieu des horreurs de la persécution. Au commencement d'octobre, il passa en Chine avec Féron. En 1867 il se rendit en Mandchourie et tenta, sans succès, de retourner en Corée.
    Il quitta la mission et la Société des M.-E. en 1870 pour entrer à la Grande Trappe, à Soligny (Orne). Il fut nommé, en février 1884, aumônier des Trappistines à Maubec, Montélimar (Drôme), où il mourut le 22 mai de la même année.
    Cartographie. - Carte de Corée, prise lors de l'expédition de 1866 à Kang-hoa, traduite par MM. Ridel, Féron et Calais, publiée dans le Bull. Soc. Géog. [Paris] et dans Corea the hermit nation, à l'Appendice, p. 456. - London, 1882.
    Notes bio-bibliographiques. - C.-R., 1884, p. 163. - A.P.F., xl, 1868, Relation de la persécution de 1866, p. 23 ; Ib., pp. 24, 29, 35, 38, 43, 51, 57, 64, 69, 70, 331, 336. - M. C., ii, 1869, La marine coréenne, p. 35 ; Ib., p. 257.
    Hist. Egl. de Corée, ii, pp. 471 et suiv., 495, 519, 561, 565 et suiv., 585, 589. - Hist. gén. Soc. M.-E., Tab. alph. - Hist. des relat. de Chine, Tab. alph. - Vie de Mgr Ridel, pp. 101, 122, 139, 142.


    "
    • Numéro : 779
    • Année : None