Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean Claude BRUYÈRE (1861-1927)

BRUYÈRE Jean (1861-1927) [1715] BRUYÈRE Jean, Claude, Benoît, est né le 1er décembre 1861 à St-Denis-sur-Coise, dans le diocèse de Lyon (Loire). Après ses études secondaires et quelque temps au Grand Séminaire de Lyon, il entre tonsuré aux MEP le 13 novembre 1883. Il fut ordonné prêtre le 26 septembre 1886, et partit pour la mission de Pondichéry le 17 novembre 1886.
Add this

    [1715] BRUYÈRE Jean, Claude, Benoît, est né le 1er décembre 1861 à St-Denis-sur-Coise, dans le diocèse de Lyon (Loire). Après ses études secondaires et quelque temps au Grand Séminaire de Lyon, il entre tonsuré aux MEP le 13 novembre 1883. Il fut ordonné prêtre le 26 septembre 1886, et partit pour la mission de Pondichéry le 17 novembre 1886.

     

    Il fut nommé au Collège colonial comme surveillant des grands et de l'internat. Il consacra ses loisirs à l'étude du tamoul. Le Père Niel qui lui donnait des leçons de prononciation, l'emmena bien des fois à la paroisse de Muthialpet, dans la banlieue de Pondichéry, où il eut l'occasion de pratiquer la langue tamoule.

     

    Après trois ans de séjour au Collège, il fut nommé vicaire à Attipakam. Il n'y resta pas longtemps et fut envoyé à Kovilour. Il commença la construction de l'église, et essaya de faire rentrer l'argent de prêts divers consentis par son prédécesseur aux chrétiens. Ce ne fut pas facile, et cela provoqua de nombreux malentendus. Malgré tout, il acheva la construction de son église. Son évêque ayant besoin d'un directeur pour la plantation de café de Yerkaud, celui-ci y envoya le Père Bruyère. Cette plantation ne rapportait rien; il fallait la renouveler. Le Père Bruyère se rappela qu'il était fils de cultivateur et se mit avec ardeur au travail. En quelques années, "Balmadies" - tel était le nom de la plantation- avait changé du tout au tout. À côté de Balmadie se trouvait une forêt que le Père Bruyère demanda au Gouvernement. Il se mit à la défricher et en fit une nouvelle plantation qu'il appela "San Jose". Un planteur voisin osa lui dire un jour qu'il avait magnifiquement restauré Balmadies. Qu'aujourd'hui, c'était une plantation de première classe sous tous les rapports.

    Après ce merveilleux travail, le Père demanda à se retirer. Il descendit à Salem, au bas de la montagne.

     

    Il s'établit à Shevapet, au centre de la ville très commerçante de Salem, dans un grand presbytère à côté de l'église. Il en fit une grande école pour les enfants chrétiens et il alla s'installer à Suramangalam, à trois milles de là. Il s'y trouvait une petite chapelle avec sacristie, près de la gare. Il arrivait à mieux dormir dans cet endroit, plus calme que la bruyante Shevapet. Il passait la journée à Shevapet pour faire son ministère. Il voyageait à bicyclette, mais il eut la jambe cassée à la suite d'un accident. Il acheta alors une moto et eut un accident plus grave qui nécessita des soins et une convalescence de quatre longs mois.

     

    À Salem, l'église était délabrée et trop petite : les fourmis blanches étaient partout. Il y pleuvait comme dehors. Il fallait bâtir là une grande église, digne de la ville. Il tâcha d'intéresser les chrétiens à venir travailler à la construction, mais il fallait absolument des fonds pour mener à bien ce bel ouvrage. Le Père fit appel au diocèse, aux amis et eut également recours à un emprunt. Au bout de six ans, quand tout fut terminé, il manquait une horloge dans la tour. Il la demanda aux commerçants hindous, puisque, leur disait-il, c'est à eux qu'elle devait être le plus utile. L'horloge fut commandée en France. Mais le Père Bruyère n'eut pas le temps de la monter dans la tour, car une mauvaise fièvre le força à aller à l'hôpital Ste Marthe de Bangalore. Trois jours après son arrivée, il mourut presque subitement, le 8 mai 1927.

    Travailleur intrépide, il n'a jamais épargné sa peine. Il avait un coeur d'or. Il laissa un grand exemple de dévouement et de zèle apostolique.

     

     

     

    Références bibliographiques

     

    AME 1926-27 p. 407. 1928 p. 39. 88.

    CR 1886 p. 153. 1904 p. 249. 1906 p. 230. 1908 p. 238. 239. 1911 p. 239. 1914 p. 202. 1920 p. 75. 1921 p. 122. 1922 p. 149. 1923 p. 159. 1927 p. 148. 222.

    BME 1923 p. 653. 1925 p. 376. 1926 p. 260. 1927 p. 709. 1930 p. 669.

    EC1 N° 131.

     

    • Numéro : 1715
    • Pays : Inde
    • Année : 1886