Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Lucien BRUN (1910-1982)

BRUN Lucien (1910- 1982)
Add this

    [3530] BRUN Lucien naquit à Alès, dans le Gard, au diocèse de Nîmes, le 30 janvier 1910. Il fit ses études primaires à Alès et ses études secondaires au Petit Séminaire Saint-Félix de Beaucaire. Ensuite, il entra au Grand Séminaire de Nîmes pour quatre années. Au terme de ces quatre années, il accomplit son service militaire. Rentré au Grand Séminaire en fin avril 1933, il demanda son admission à la rue du Bac, le 30 juin 1933. Admis sans difficultés le 14 juillet 1933, il entra à Paris le 15 septembre suivant pour poursuivre ses études. Et c'est le 22 décembre 1934 qu'il fut ordonné prêtre. Un peu plus tard, il reçut sa destination pour la mission de Rangoon en Birmanie du Sud. Il quitta Paris le 29 avril 1935 pour s'embarquer le 3 mai suivant.

     

    Il arriva en juin de la même année à Rangoon et sans plus attendre, il se mit à l'étude de l'anglais, langue indispensable pour un jeune missionnaire arrivant en Birmanie. Tout allait bien ; mais on dut faire appel à son savoir pour enseigner le latin au Petit Séminaire de Moulmein et cela par le truchement de l'anglais. Le Père Brun s'en tira à merveille. Ce provisoire dura deux ans.

     

    Ensuite, il fut envoyé à Pégou. Il avait la charge du poste et le soin spirituel des religieuses clarisses établies dans la ville. En 1938, il fut remplacé par le Père Saint-Guily. Devenu disponible, il fut envoyé à Zaungdans pour seconder le Père Ogent. Très peu de temps après, il doit aller porter secours au Père Perrin à Bassein. Cela ne dura pas, en 1939, il fut appelé à la Cathédrale de Rangoon comme vicaire du Père Roy, avec la charge spéciale du Collège Saint Paul, collège tenu par les Frères de Saint Jean Baptiste de la Salle. Tout allait bien par la suite, le Père était heureux à la Cathédrale et au collège.

     

    Nous sommes au début de la guerre avec les Japonais. Un petit incident, regrettable, va changer le coeur de sa vie apostolique. Nous sommes en 1942. Alors qu'il se trouvait avec les Frères dans leur maison de campagne de la banlieue de Rangoon, il est arrêté avec ceux-ci par les Anglais et vu les circonstances, tout le monde est déporté en Inde, y compris le Père Brun. Il devait y rester jusqu'en 1946. Bientôt libéré, il rejoignit les Missions Etrangères à Pondichéry auprès de Mgr. Colas. Et ce n'est qu'en 1946 que le Père Brun put reprendre sa place de vicaire à la Cathédrale de Rangoon auprès du Père Roy.

     

    En 1951, Mgr. Provost envoya le Père Brun à Moulmein avec mission de relever et développer la Paroisse Sainte Mary. La situation n'y était pas brillante mais le Père Brun surmontant les embûches de toutes sortes, mènera à bien cette resurrection. Le presbytère avait besoin de renouveau. L'Eglise déjà ancienne ne tenait plus, il en fallait une nouvelle. Un de ses prédécesseurs, le Père de Chirac, avait commencé la construction d'une vaste église style gothique, mais le chantier était demeuré inachevé depuis 1929. Le Père Brun prit à coeur de continuer et d'achever l'édifice. A force de ténacité, le Père Brun accomplit l'impossible et le 19 mars 1958, cette belle église fut bénite par Mgr. Bazin et ouverte au culte. Quelle joie pour le Père !

     

    Quelques mois après, le Père prit un congé bien mérité. Parti en juin 1958, il revint à Rangoon le 11 mars 1959 et sans s'attarder, il reprit le chemin de Moulmein.

     

    Il appuya son apostolat sur deux piliers : la Légion de Marie et les écoles. Dès 1951, il établit la Légion de Marie. Avec patience et persévérance, il forma des apôtres laïcs. Ces "Légionnaires bien formés" accomplirent un travail fructueux. Tout cela n'empêche pas le Père Brun de visiter les alentours.

     

    Les écoles sont aussi un autre moyen d'apostolat. Malheureusement, en 1967, elles sont toutes nationalisées. Les difficultés sans nombre s'accumulèrent. La situation politique, économique et religieuse devint difficile ; ce qui peina beaucoup le Père.

     

    Les jeunes Pères sont expulsés, le Père Brun reste seul. Moulmein se trouve loin de Rangoon. Le Père ne venait que rarement à la capitale. Et dans sa paroisse de Moulmein, il menait une vie renfermée. Il en fut ainsi pendant plusieurs années.

     

    Malgré tout, en 1981, il était venu à Rangoon. Retourné à Moulmein, il semblait en bonne forme. Mais ... il est hospitalisé puis rapatrié sur Rangoon le 24 mars 1982. C'est d'une crise d'urémie qu'il décéda le vendredi 26 mars. Ses obsèques eurent lieu le dimanche 28 à la Cathédrale qu'il avait tant aimée. Une grande foule de chrétiens était là pour rendre hommage à ce missionnaire qui avait tant donné pour eux.

     

    Ainsi s'est achevée la vie missionnaire du Père Brun. Son souvenir y est demeuré profond.

     

     

     

    Références biographiques

    AME 1935 p. 95. photo p. 136.

    CR 1935 p. 241. 1949 p. 128. 1951 p. 96. 1952 p. 75. 1956 p. 65. 1957 p. 72. 1958 p. 69. 1960 p. 73. 1961 p. 76. 1962 p. 91. 1964 p. 63. 1965 p. 127. 1967 p. 112. 1974-76 p. 178. 1980-1 p. 184. 193. 1982 p. 187. 188.

    BME 1933 p. 883. 1935 p. 296. 533. 609. 610. 678. 1936 p. 916. 1937 p. 452. 1941 p. 424. 697. 1939 photo p. 48. 1948 p. 117. 1951 p. 241. 1953 p. 714. 1954 p. 366. 1955 p. 258. 789. 1091. 1957 p. 280. 975. 1958 p. 555. 754. 1959 p. 278. 459. 460. 466. 740. 874. 875. 876. 1960 p. 370. 371. 1020.

    EC RBac N° 306. 313. 472. 482. 644. 654. 657.

    NS 2P56. - 4P120. - 5P149. - 19P156. - 28P89 sq. - 37P24. - 38P48. - 45P273. - 54P211. - 107P151. - 110P251. - Art. 82/25 ss+.

     

     

     

    • Numéro : 3530
    • Pays : Birmanie
    • Année : 1935