Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Benoît BRISARD (1816-1878)

[541]. BRISARD, Benoît, vint au monde le 26 octobre 1816 à Saint-Hilaire-de-Chaléons (Loire-Inférieure). Il entra minoré au Séminaire des M.-E. le 26 février 1846, fut ordonné prêtre le 29 mai 1847, partit pour Pondichéry le 1er août suivant, et fut placé à Tirouvadi, puis à Vadouguerpatti. En 1851, il acheta une propriété à Kandamangalam, et commença à y bâtir une église et un presbytère, ainsi qu'à Mikkelpatti. En 1850 (et non en 1845 comme il est dit dans l'Histoire des Missions de l'Inde, vol. iii, p.
Add this

    [541]. BRISARD, Benoît, vint au monde le 26 octobre 1816 à Saint-Hilaire-de-Chaléons (Loire-Inférieure). Il entra minoré au Séminaire des M.-E. le 26 février 1846, fut ordonné prêtre le 29 mai 1847, partit pour Pondichéry le 1er août suivant, et fut placé à Tirouvadi, puis à Vadouguerpatti. En 1851, il acheta une propriété à Kandamangalam, et commença à y bâtir une église et un presbytère, ainsi qu’à Mikkelpatti. En 1850 (et non en 1845 comme il est dit dans l’Histoire des Missions de l’Inde, vol. iii, p. 82), il avait tenté l’évangélisation du Colimaley­ ; il fit un nouvel essai en 1854, et construisit une maison à Periacombey­ ; la fièvre le terrassa, comme tous les missionnaires qui travaillèrent dans cette région insalubre.

    Il fut chargé, au commencement de 1856, du district de Cottapaleam, n’y resta que quelques mois, et le 7 mai suivant retourna dans le district de Vadouguerpatti, qu’il gouverna jusqu’en 1863, sauf pendant une absence en 1862. Son district fut fort éprouvé en 1858 par la sécheresse, puis par les inondations, et en 1859 par les païens de Pullambadi qui brûlèrent le village même de Vadouguerpatti. En 1862 ou 1863, il fit une nouvelle expédition au Colimaley, mais sans meilleur résultat. Mis en 1865 à la tête du district de Pratacoudi, il ramena dans le droit chemin des schismatiques portugais, et publia quelques opuscules pour éclairer ses chrétiens sur le protestantisme.

    Le 17 août 1869, il fut nommé à Salem­ ; il y était encore en 1876, lors de la grande famine. Il fit partie du Comité pour le soulagement des affamés, et s’en montra un des membres les plus actifs. « Au milieu de ce tourbillon de misères, de maladies et de morts, a dit Mgr Laouënan, le cher Père, toujours maître de lui-même, toujours actif, toujours patient et doux, ne restait insensible à aucun besoin, sourd à aucune prière. Le jardin de l’église et son habitation étaient, nuit et jour, remplis de pauvres gens mourant de faim, de catéchumènes qui apprenaient les prières, souvent même de cadavres qu’on lui apportait pour qu’il leur donnât la sépulture.»

    Ses comptes d’administration portent­ : pour l’année 1876-1877, baptêmes d’enfants in art. mortis, 2243­ ; baptêmes d’adultes avec leurs enfants, 2830­ ; pour l’année 1877-1878, baptêmes d’enfants in art. mortis, 7260­ ; baptêmes d’adultes avec leurs enfants,5 597.

    Tombé malade, il se rendit à Madras, et y mourut le 30 septembre 1878, après une carrière apostolique véritablement bien remplie.

     

    Bibliographie

    — Les ouvrages ci-dessous indiqués ont été imprimés à l’imprimerie de la mission, Pondichéry.

    < AUT > Karoum pâmpin vichakadhikou taï-lam (Onguent contre la morsure du serpent noir [Protestantisme]). — 1868.

    < AUT > Kânhâ vichakadhikou maroundou (Médecine contre la morsure du poison invisible [Protestantisme]). — 1869.

     

    Notes bio-bibliographiques

    M. C., ix, 1877, Famine, p. 134­ ; xi, 1879, p. 130.

    — Sem. rel. Nantes, 1877, Famine, p. 1164­ ; 1878, Sa mort, pp. 1041, 1063.

    — P. M. M., 1881-82, p. 204.

    Hist. miss. Inde, Tab. alph. — Vingt ans dans l’Inde, pp. 62, 82.

    • Numéro : 541
    • Pays : Inde
    • Année : 1847