Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Albert BRETON (1882-1954)

BRETON Albert (1882-1954)
Add this

    [2830]  BRETON Albert, Henri, Charles, vit le jour le 16 juillet 1882 à Saint Inglevert, dans le diocèse d'Arras (P. de Calais). Il était le cinquième enfant d'une famille de cultivateurs. À l'âge de dix ans, en octobre 1892, il entra au Petit Séminaire de Maquetra, près de Boulogne-sur-Mer. Rapidement, il manifesta au supérieur de l'établissement son désir d'être missionnaire. Ses études secondaires terminées, en 1899, il entra au Grand Séminaire d'Arras. Il y fut tonsuré le 30 mars 1901. Sa demande d'admission aux Missions Étrangères ayant été agrée, le 10 septembre 1901, il devenait aspirant à la rue du Bac. Il y reçut les ordres mineurs le 28 septembre 1902, fut ordonné sous-diacre le 24 septembre 1904, diacre le 26 février de l'année suivante, et enfin prêtre le 29 juin 1905. Destiné à la mission de Hakodaté, il partit le 2 août 1905, arriva au port de Yokohama le 24 septembre et fut accueilli à Sendai par Mgr. Berlioz.

     

    Tout en étudiant la langue pendant trois années, il occupe le poste de vicaire dans les paroisses de Aomori, dont il devient bientôt le curé. Comme tel, en mai 1910, il fut le témoin d'un vaste incendie qui détruisit la ville de Aomori, et donc l'église et la résidence. Tout est à reconstruire. Il allait se mettre à cette tâche lorsque, subitement, en juillet 1910, il est atteint de la poliomyélite. Le Père Breton doit alors retourner en France pour recevoir les soins appropriés. C'est alors qu'il met à profit sa convalescence pour se rendre en Angleterre et cultiver son anglais.

     

    En 1912, à peu près rétabli -il lui restera toujours une partielle paralysie de son bras droit- il sollicite de son évêque, Mgr. Berlioz, la permission de passer par les États Unis pour se rendre compte de la situation religieuse des catholiques japonais émigrés sur la côte pacifique. En septembre 1912, le Père Breton s'embarque pour New-York, et, sans s'attarder, se dirige vers Los Angeles, où il arrive le 12 octobre 1912. Chaleureusement accueilli par l'archevêque du lieu, Mgr. Conalty, il se met de suite à contacter les Japonais catholiques. Enhardi par le succès de son action, épaulé par l'archevêque, il établit un premier "centre de formation" à Los Angeles. Puis il étendit son champ d'apostolat jusqu'à San Francisco et Sacramento.

     

    Très rapidement, il se rendit compte que des "écoles enfantines" ou des orphelinats lui permettraient de prendre contact aussi avec les non-chrétiens. Mais il fallait du personnel qualifié. Où le trouver, si ce n'est au Japon même. Il demanda l'appui de Mgr. Combaz, évêque de Nagasaki, et du Père Émile Raguet, également de Nagasaki et fondateur d'un groupement dit "des Amantes de la Croix de la Visitation". En 1915, le Père Raguet envoya au Père Breton quatre "vierges japonaises"; d'autres suivirent. Ces "vierges japonaises" seront les premières religieuses de la "congrégation des Soeurs de la Visitation" que fonda le Père Breton. En 1921, Mgr. de Guébriand, alors en Assemblée Générale à Hong Kong, lui demande de se rendre au Canada : il y était question de fonder dans la province de Québec une Société des Missions Étrangères, semblable à celle de Paris. Le Père Breton doit chercher à connaître les sentiments des évêques de cette province sur une possible collaboration avec notre Société.

     

    En 1921, à son retour du Canada, désirant ardemment son retour dans sa mission d'origine, il sentit qu'il était temps de passer ses oeuvres à une Congrégation d'Amérique même. C'est à la Société des Soeurs de Mary Knoll qu'il le fit. En juin 1921, le Père Breton revient définitivement au Japon. Il s'installe à Omori, dans la banlieue de Tokyo. Il est agrégé à la mission de Tokyo dont Mgr. Rey est archevêque. Il s'emploie alors à la formation de ses religieuses, et à diverses fondations : hospice, orphelinat, école enfantine. Le 6 janvier 1926, la Congrégation des Soeurs de la Visitation (Hômonkai) est canoniquement fondée. En 1930, le Père Breton est nommé délégué des missionnaires du Japon à l'Assemblée Générale. À son retour, il est nommé curé de la paroisse de Hongo, le 1er mars 1931. Le 9 juin de cette même année, il est élevé à l'épiscopat, comme évêque de Fukuoka. Le 29 septembre 1931, il est sacré à Tokyo par Mgr. Chambon, assisté de Mgr. Castanier et de Mgr. Kinold.

     

    Pendant dix années, il va diriger le diocèse de Fukuoka : construction d'églises, fondation de nouveaux postes, ouvertures d'écoles enfantines. Le Grand Séminaire de Fukuoka est confié aux prêtres de St Sulpice, de la province du Canada. Le 16 janvier 1941, il doit donner sa démission : le 12 mai 1941, il est nommé évêque d'Arabissus. Le 8 décembre 1941, il est arrêté par la police japonaise et détenu jusqu'au 8 avril 1942. De 1942 à 1948, il est supérieur du groupe.

     

    En 1947, le 10 septembre, une crise cardiaque met ses jours en danger. Transporté à l'hôpital St Joseph à Yokosuka, hôpital tenu par ses religieuses, il retrouve la santé. En juillet 1948, il s'installe à la maison mère des Soeurs de la Visitation au lieu dit "Montana", à Kamakura. Le 29 septembre 1949, il était décoré de la Légion d'Honneur. Il s'éteignit paisiblement, entouré de ses religieuses, le 12 août 1952. Il est inhumé dans le petit cimetière des Soeurs, près de l'hôpital Ste Thérèse, face à la mer.

     

     

     

    Références bibliographiques

     

    AME 1905 p. 375. 1919-20 p. 360. 363. 364. 366. 368. 371. 372. 374. 1923 p. 205. 1926-27 p. 267. 1929 p. 30-33. 174. 175. 1930 p. 201. 202. 1931 p. 156. 157. 1932 p. 135. 189. 287. 1933 p. 32. 63. 89. 224. 225. 1934 p. 133. 231. 1935 p. 32. 33. 85. 1936 p. 180. 274. 1937 p. 111. 112. 114. 116. 117. 133. 1938 p. 14 (note). 35. 84. 213. 264. 1939 p. 229.

    CR 1905 p. 288. 1906 p. 39. 1910 p. 34. 1911 p. 34. 1919 p. 11. 1925 p. 6. 1926 p. 3. 1928 p. 2. 20. 1929 p. 7. 1930 p. 5. 244. 292. 293. 1931 p. 2. 3. 7. 9. 1932 p. 4. 8. 14-24. 1933 p. 7-14. 1934 p. 7. 9-17. 1935 p. 8-15. 320. 1936 p. 9-14. 1937 p. 9-17. 35. 36. 1938 p. 4. 9-16. 1939 p. 7-15. 34. 1940 p. 1-4. 142. 143. 1947 p. 1. 142. 143. 252. 255. 266. 325. 1948 p. 4. 8. 1949 p. 14. 18. 1950 p. 13. 1951 p. 9. 10. 15. 165. 1952 p. 14. 1954 p. 88. 1955 p. 14.

    BME 1923 p. 638. 1924 p. 794. 1925 p. 360. 1926 p. 625. 1927 p. 43. photo p. 713. 1928 p. 153. 161. 383. photo p. 160. 1929 p. 285. 616. 1930 p. 35. 167. 231. photo p. 748. 1931 p. 279. 589. 591. 614. 665. 772. 812. 820. 821. 824 (note). 886. 887. photo p. 868. 1932 p. 31. 32. 437. 446. 527. 528. 607. 610. 688. 1933 p. 118. 192. 362. 765-767. 1934 p. 190. 191. 380. 404. 484. 557. 701. 1935 p. 97. 414. 416. 792. 1936 p. 113. 266. 267. 542. 647. 801. 884. photo p. 431. 639. 1937 p. 192. 265. 784. 855. 1938 p. 33. 96. 233. 237. 245. 389. 599. 750. 1939 p. 110. 188. 189. 400. 402. 404. 476. 484. 489. photo p. 77. 1941 p. 125. 248. 252. 318. 461. 1948 p. 155. 158. 161. 377. 1949 p. 29. 127. 172. 173. 291. 1950 p. 5. 14. 50-52. 430. 551. 1951 p. 292. 294. 295. 626. 1952 p. 103. 476. 626. 1953 p. 36. 184. 839. 840. 887. 1954 p. 307. 560. 624. 625-640. 878. 885. 889. 949. 995. 996. 1054. 1109. 1116. 1955 p. 183-192 (notice). 1956 p. 418. 551. 1066. 1957 p. 1078. 1958 p. 186. 1959 p. 161. 903. 994.

    R. MEP 61 n°114 p. 21. 62 n°121 p. 35.

    MDA 1948 p. 188.

    EC1 N° 151. 196. 198. 202. 209. 223. 226. 430. 433. 460. 464. 466. 564. NS. 49P46. 96P130.

     

    • Numéro : 2830
    • Pays : Japon
    • Année : 1905