Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean-Claude BOZEC (1875-1916)

BOZEC Jean-Claude Missionnaire Cochinchine Occidentale - Saigon -------------
Add this

    [2524] Jean-Claude BOZEC naquit le 13 Avril 1875, à Saint-Pol-de-Léon, diocèse de Quimper, département  du Finistère. Il était fils de modestes cultivateurs, de foi profonde, chargés d'une famille nombreuse. Quelques années après la naissance de Jean-Claude, son père mourut et la famille se transporta à Cléder à 18 kms de St. Pol, dans le Finistère. C'est là que Jean-Claude commença ses études primaires; un des vicaires de la paroisse l'initia au latin, et il fit ses études secondaires au Collège Ecclésiastique de Saint-Pol où parfois, il eût maille à partir avec la discipline de la maison. A la fin de sa réthorique, en 1896, il passa au Grand Séminaire de Quimper où il resta deux ans, y reçut la tonsure et fut minoré le 20 Juillet 1898.

     

    Le 18 Septembre 1898, il entra au Séminaire des Missions Etrangères; sous-diacre le 23 Septembre 1899, diacre le 10 mars 1900, il fut ordonné prêtre le 24 Juin 1900, reçut une première destination pour la Mandchourie; mais en raison du mouvement xénophobe des Boxers, et des massacres de plusieurs missionnaires, en cette région, ses supérieurs lui donnèrent une nouvelle destination pour le Vicariat de la Cochinchine Occidentale (Saigon) qu'il partit rejoindre, non sans une certaine déception, le 01 Août 1900.

     

    Arrivé à Saigon, il se mit avec courage, méthode et ténacité à l'étude de la langue viêtnamienne d'abord, puis à celle des caractères chinois. Nommé à Tân-  Qui, il bâtit un presbytère, restaura l'église, et se donna à l'instruction des enfants. En 1910, il devint professeur au Séminaire de Saigon.  Mais en mars 1913, il dût retourner en France, pour refaire sa santé, espérant être de retour dans sa mission en mai 1915.

     

    La Grande Guerre éclata. M.Bozec dût rejoindre le dépôt de la section des infirmiers du 11ème Corps, à Nantes, et fut affecté au service des ambulances. Il demanda et obtint une affectation comme brancardier au 9ème régiment  de Zouaves, et peu après il était sur le front. En Août 1915, il obtint une première citation, et fut décoré de la Croix de Guerre. " Désormais, écrivait il alors, j'appartiens plus que jamais ... aux chers blessés qui pourraient avoir besoin de secours tant spirituels que corporels...Je fais fonction de curé de paroisse et d'aumônier de bataillon..Je suis très content de mon sort !"

     

    Le 27 Février 1916,près du fort de Douaumont,vers 15 heures,lors d'un violent bombardement, un obus de gros calibre tomba sur le poste de secours où se tenait M.Bozec.Frappé d'un éclat d'obus à la tête,il n'eût que le temps de s'écrier : "Mon Dieu,Mon Dieu..."  Quelques jours auparavant, il avait été l'objet d'une seconde citation pour son courage et son dévouement.

     

    Son corps fut inhumé au bois de la Caillette en deça et au bord de la ligne du chemin de fer qui va de Fleury à Vaux, à l'endroit même où il fut frappé.

     

     

    Références biographiques

    AME 1900 p. 252. 1915-16 p. 59. 75. 106. 142. 1917-18 p. 343. 344.

    CR 1900 p. 264. 1916 p. IX. X. 29. 226.

     

     

    • Numéro : 2524
    • Pays : Vietnam
    • Année : 1900