Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Guillaume Eugène BOYER (1879-1930)

[ 2823 ] BOYER Guillaume, Eugène Missionnaire Pondichéry ------- Guillaume, Eugène BOYER naquit le 19 février 1879, à Arlanc, paroisse Saint Pierre, diocèse de Clermont, département du Puy-de-Dôme, non loin de la Chaise-Dieu. De 1894 à 1898, il fut élève à l'Institution Saint Pierre à Courpière (Puy-de Dôme), puis il se dirigea vers le grand séminaire de Clermont où pendant deux ans, il fit ses études de philosophie.
Add this

    Guillaume, Eugène BOYER naquit le 19 février 1879, à Arlanc, paroisse Saint Pierre, diocèse de Clermont, département du Puy-de-Dôme, non loin de la Chaise-Dieu. De 1894 à 1898, il fut élève à l'Institution Saint Pierre à Courpière (Puy-de Dôme), puis il se dirigea vers le grand séminaire de Clermont où pendant deux ans, il fit ses études de philosophie.

     

    Le 8 novembre 1900, il entra laïque, au séminaire des Missions Etrangères. Tonsuré le 20 septembre 1901, minoré le 7 mars 1903, sous-diacre le 27 septembre 1903, diacre le 27 février 1904, ordonné prêtre le 26 février 1905, il reçut sa destination pour l'archidiocèse de Pondichéry. Bien que retardé par une maladie, il partit le 26 avril 1905.

     

    Peu après son arrivée en Inde, M.Guillaume Boyer fut envoyé dans le vaste district de Chetpet, dans le Nord Arcot, chez M.Jean Darras. Quelques temps après, ce dernier emmena le jeune missionnaire au village de Budamangalam, l'y installa, l'y laissa seul. M.Guillaume Boyer resta dans ce poste pendant 25 ans, jusqu'à sa mort.

     

    Dès son arrivée, en 1906, M. Boyer ouvrit une petite école à Budamangalam qui, en 1909, détaché de Chetpet, fut élevé au rang de district, et comptait 2.300 chrétiens. Son école commença à prospérer; il ouvrit alors un cours d'adulte pour les jeunes parias désireux d'apprendre à lire et à écrire. En 1920, " l'horizon peut être sombre, écrit-il, je reste optimiste ". Si sa bourse le lui avait permis, il aurait installé des banques rurales pour ses chrétiens. Mais hélas ! ce fut impossible… L'année 1921 fut normale, il n'y eût pas de famine, l'esprit chrétien s'affermissait, mais ses chrétiens montraient peu d'empressement pour faire inscrire leurs enfants à l'école..

     

    Terrien d'origine, M.Guillaume Boyer s'attacha à fixer ses fidèles sur les terres voisines de sa résidence; il fonda à Budamangalam une colonie de chrétiens de caste, en vue de développer et faire s'épanouir une vraie vie chrétienne. Cependant, en 1922, il notait qu'il n'avait pas encore pu ramener les apostats parias qui constituaient une bonne moitié de la chrétienté; mais leurs enfants fréquentaient l'école, et eux-mêmes s'adressaient à lui en maintes circonstances.

     

    En 1925, Mgr. Morel se vit dans la nécessité d'adjoindre au district de Budamangalam, un district voisin. M. Guillaume Boyer,malgré une santé qui commençait à décliner, vit son travail doublé. En 1926, dans les chrétientés de Vellantangal et de Narasampattu, ses chrétiens se montrèrent fermes pour refuser chez eux la présence d'un pasteur protestant américain.

     

    En 1928, le district civil de Nort-Arcot, dont faisait partie Budamangalam, fut détaché de l'archidiocèse de Pondichéry, rattaché à celui de Madras et confié aux PP.Salésiens. Ces derniers n'étant pas en nombre suffisant, M. Guillaume Boyer continua à desservir les deux districts dont il avait la charge. En 1929, le problème de l'émigration retenait son attention et il écrivait:…" Du seul district de Vellantangal, il y a plus d'un millier de chrétiens qui ont émigré, et sont maintenant dispersés de tous les côtés dans les plantations soit du sud de l'Inde, soit de Ceylan, soit de Malacca…Les salaires sont alléchants et le travail peu pénible."

     

    M. Guillaume Boyer extérieurement rude, était un homme bon, patient et tenace malgré les déboires et les difficultés. D'une terre aride, il fit un sol fécond. Il mettait grand espoir en l'école; quelques mois avant sa mort, il en ouvrait une dans un village non chrétien.

     

    À la fin de juin 1930, affaibli par quelques vingt cinq furoncles et par un diabète aigu, il se laissa persuader d'aller se soigner à l'hôpital Sainte Marthe à Bangalore, où il fut conduit par M. Joseph Monchalin. Le 25 juillet 1930, il demanda à recevoir les derniers sacrements. C'est là que le lendemain, à 13h45, il s'éteignit doucement.

     

    Le 27 juillet 1930, ses obsèques présidées par Mgr. Colas, eurent lieu à l'église cathédrale de Bangalore.

     


    Références biographiques.

    AME 1906 p. 375, 1908 p. 56, 1930 p. 218+.

    CR 1905 p. 288, 1906 p. 233, 1909 p. 228, 1919 p. 108-09, 1920 p. 75, 1921  p. 122, 1922 p. 146, 1926 p.  148, 1928 p. 150, 1929 p. 200, 1930 p. 223+310.

    BME 1934,p. 243.

    EC1 149, 153, 203+.

    MC 1916 p. 15, 1917 p. 39-40.

    Septembre 1999

    • Numéro : 2823
    • Pays : Inde
    • Année : 1905