Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Louis BOULANGER (1871-1942)

[2097]. BOULANGER Joseph (1871-1942), né le 22 août 1871 à Thiaucourt (M. & M.), admis au Séminaire des Missions Étrangères en 1888, ordonné prêtre le 1er juillet 1894 et partit le 15 août 1894 pour la mission de Coïmbatore. Après une première initiation à la langue, il fut chargé, de 1895 à 1900, de la paroisse de Valipa-layam, puis il fut rappelé à Paris et reçu comme membre du Conseil central. De 1900 à 1914, il fut en même temps professeur au séminaire de Bièvres puis au Séminaire de Paris. Pendant la Grande Guerre, il fut mobilisé comme brancardier.
Add this

    [2097]  BOULANGER Joseph-Marie, Louis, est né le 22 août 1871, à Thiaucourt, dans le diocèse de Nancy (M.&M.). Il fit ses études primaires à Thiaucourt et ses études secondaires au Petit Séminaire de Pont à Mousson. Il avait un oncle, le Père Bonnétraine, qui était missionnaire à Mysore, et un frère aîné, Gabriel, qui lui aussi se destinera aux Missions. Quant à Louis, il entra aux Missions Étrangères le 4 septembre 1888, et passa dans notre maison de Meudon les années 1888 et 1889 et continua ses études à Paris de 1890 à 1891. Il vint à Paris quand la communauté de Meudon fut transférée à Bièvres. Comme il était d'usage d'envoyer à Rome un aspirant auprès du Procureur général, le choix tomba sur Louis Boulanger, qui partit en octobre 1891 pour la Ville éternelle. Il revint à Paris et fut ordonné prêtre le 1er juillet 1894. On le destina aux Procures d'Extrême Orient, mais finalement, on l'envoya à Coïmbatore rejoindre son frère Gabriel. Il partit le 15 août 1894 pour la mission de Coïmbatore.

     

    Mgr. Bardou le garda à l'évêché pendant quelques mois, pour l'étude des langues et l'adaptation au pays. Puis en 1895, il fut nommé curé de la paroisse de Valipalayam, localité en totalité catholique dont les deux tiers de la population appartenaient à la caste des "tottakarers", c'est-à-dire des cultivateurs. Les autres, eux aussi, s'adonnaient à des travaux agricoles. Il resta 5 ans dans cette paroisse paisible et fervente. Pourtant, en 1896, il y eut une vague de grande sécheresse, qui amena dans le district de Coïmbatore le fléau du choléra. Mais, grâce à une neuvaine de prières, la communauté de Valipalayam fut épargnée.

     

    En 1900, une circonstance fortuite allait ramener le Père Boulanger dans le cadre des Établissements communs. L'ouverture du Séminaire de Bièvres nécessita des transferts de missionnaires. En particulier, M. Boyet dut retourner en Inde pour prendre la direction du Sanatorium de Wellington, et, pour le remplacer à Paris, le choix porta sur le Père Boulanger. Il fut reçu membre du Conseil central le 1er octobre 1900. Le 17 octobre, il eut le plaisir de participer à la célébration des noces d'or sacerdotales du Père Delpech, supérieur. Au Séminaire de Bièvres, il fut chargé en 1901, en plus de l'économat, des cours de science et de la direction du chant.

     

    En 1904, il passa de Bièvres à Paris, où se trouvait le Séminaire de théologie. En plus des cours d'Écriture Sainte, il dut assurer les répétitions de chant. Mais, aux élections de juin 1910, il fut désigné comme assistant du supérieur, et il quittera bientôt la France pour aller visiter les Établissements communs d'Extrême Orient, afin de se rendre compte de leurs besoins. Il passa par Shanghai, Hong Kong. Il dut même remplacer, dans la Procure de Hong Kong, le supérieur, le Père Lecomte, empêché par la maladie. C'est pendant le séjour du Père Boulanger à Hong Kong que furent transférés les restes mortels du fondateur des MEP, Mgr. Pallu. En effet, il était décédé le 29 octobre 1684, et inhumé sur le versant d'une colline, à Mo Yang, province du Fukien en Chine. Le Père Boulanger délégua en août 1912 l'un de ses collaborateurs à Hong Kong, le Père Guéneau, pour se rendre à Mo Yang. On exhuma les ossements, dûment reconnus par l'évêque du lieu, et on les ramena à la Procure de Hong Kong. Mgr. Boulanger chanta la Messe de Requiem, puis le coffret fut transféré dans la crypte de la chapelle de la Procure.

     

    Le Père Boulanger revint à Paris en juin 1913, et se vit confier à nouveau les fonctions de procureur du Séminaire. La guerre éclata et le 5 avril 1915, à la suite d'un conseil de révision, il fut mobilisé, et tout au long de la guerre, jusqu'en juillet 1917, il accomplit avec bravoure ses devoirs de brancardier.

     

    Il rentra au Séminaire de Paris, et en 1919, il fut nommé, au Conseil central, assistant du supérieur, le Père Delmas. Le Père Delmas fut remplacé par Mgr. De Guébriant comme supérieur général en 1921. Le Père Boulanger représenta au Conseil central les Missions de l'Inde. En 1933, quand le Père Robert prit la succession de Mgr. de Guébriant, le Père Boulanger devint premier assistant.

     

    Bientôt, son état de santé, déjà précaire, s'aggrava. Le coeur était fatigué, l'organisme usé. Il demanda à aller se reposer à la Procure de Marseille. Il essaya de rendre quelques services au procureur, en l'aidant dans la comptabilité. Mais, après une opération qui abouti à l'amputation d'une jambe, il dut se rendre au Sanatorium de Montbeton pour s'y retirer. Il resta à Montbeton de 1939 à 1942. En mars 1942, il dut s'aliter; il reçut le sacrement des malades, et le 19 mars, entouré de quatre confrères, il exhala le dernier soupir, sans râle, sans convulsions ni rien de pénible en apparence. Mgr. l'évêque de Montauban aurait dû présider les obsèques, mais fut empêché par une cérémonie d'ordination. C'est M. Sibers, son ancien condisciple de la rue du Bac qui célébra la messe des funérailles. Le Père Boulanger fut inhumé dans le cimetière des missionnaires dans l'enclos de la maison. Doué de grandes qualités, M. Louis Boulanger rendit de grands services à la Société, aux Missions d'Extrême Orient, par une vie de zèle sacerdotal et de total dévouement.

     

     

     

    Références bibliographiques

     

    AME 1894 p. 186. 1909 p. 205. 206. 1913 p. 7. 16. 1915-16 p. 89. 1917-18 p. 277. 1928 p. 248. 1929 p. 128. 129. 1930 p. 45. 203. 202. photo p. 214. 1931 p. 90. 91. 177. 1932 p. 194. 1933 p. 160. 199. 1935 p. 109. 135. 283. 1906 p. 127. Articles : 1909 p. 201. 213. 1912 p. 331. 1915-16 p. 89.

    CR 1894 p. 304. 1895 p. 322. 1896 p. 319. 1900 p. 256. 1901 p. 273. 1904 p. 289. 1907 p. 320. 1909 p. 253. 1910 p. 293. 294. 1911 p. 267. 268. 302. 1912 p. 167. 310. 342. 1913 p. 305. 306. 1914 p. 139. 1915 p. 157. 1917 p. 150. 1919 p. 119. 133. 1921 p. VII. 1926 p. 216. 1928 p. 174. 1929 p. 315. 1930 p. 244. 245. 1933 p. 213. 344. 1934 p. 230. 1935 p. 239. 1937 p. 281. 1947 p. 191. 1951 p. 137. 139.

    BME 1922 p. 15. 159. 163. 495. 623. 1923 p. 177. 588. 1924 p. 779. 1925 p. 121. 179. 1927 p. 325. 519. photo p. 521. 1928 p. 283. 1930 p. 511. 673. photo p. 748. 1931 p. 692. 1932 p. 887. 1933 p. 475. 645. 1934 p. 80. 444. 508. 812. 1935 p. 144. 166. 215. 378. 533. 910. 911. 1937 p. 672. 1939 p. 367. 444. 446. 515. 666. 667. 882. 1940 p. 68. 150. 364. 1954 p. 141.

    EC1 N° 1. 2. 3. 7. 14. 19. 20. 21. 25. 26. 30. 33. 34. 41. 48. 49. 54. 57. 62. 65. 67. 71. 75. 88. 90. 96. 100. 104. 105. 109. 110. 111. 117. 122. 132. 151. 161. 164. 166. 167. 172. 173. 175. 189. 198. 202. 203. 214. 224. 231. 232. 246. 251. 260. 264. 269. 270. 278. 283. 287. 295. 300. 304. 310. 312. 313. 315. 322. 323. 327. 329. 398. 399. 400. 401. 403. 404. 405. 406. 407. 409. 410. 412. 420. 431.

    • Numéro : 2097
    • Pays : Inde Chine France
    • Année : 1894