Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Nicolas BOUCHERÉ (1846-1912)

[1029]. BOUCHERÉ, Nicolas (Marie). (Ce dernier prénom ne figure pas sur les actes de naissance et de baptême, peut-être le missionnaire qui le prenait ordinairement, l'avait-il choisi lors de sa confirmation). Il naquit à Woippy (Moselle), le 6 février 1846, fit ses études classiques au petit séminaire de Montigny, et passa deux ans au grand séminaire de Metz. Le 3 septembre 1866, il entra au Séminaire des M.-E., il était alors tonsuré. Ordonné prêtre le 22 mai 1869, il partit le 3 août suivant pour le Se-tchoan méridional.
Add this

    [1029]. BOUCHERÉ, Nicolas (Marie). (Ce dernier prénom ne figure pas sur les actes de naissance et de baptême, peut-être le missionnaire qui le prenait ordinairement, l’avait-il choisi lors de sa confirmation). Il naquit à Woippy (Moselle), le 6 février 1846, fit ses études classiques au petit séminaire de Montigny, et passa deux ans au grand séminaire de Metz. Le 3 septembre 1866, il entra au Séminaire des M.-E., il était alors tonsuré. Ordonné prêtre le 22 mai 1869, il partit le 3 août suivant pour le Se-tchoan méridional.

    Il fut mis, en 1871, à la tête d’un district très vaste dont Tse-lieou-tsin devint le centre. Il y passa toute sa carrière apostolique qui dura 40 ans. Il construisit une résidence, un oratoire, des écoles, un hospice pouvant loger une centaine de personnes, et un hôpital pour les ouvriers sans famille. Afin de trouver les ressources nécessaires à ces œuvres multiples, il vivait très pauvrement, et, comme ses économies n’égalaient pas ses dépenses, il s’adressait à ses amis et même à des sociétés païennes de bienfaisance qui l’aidaient volontiers. Malgré tant de bienfaits répandus dans le pays, il vit son oratoire et sa résidence livrés aux flammes par les Boxeurs en 1900­ ; lui-même eut beaucoup de peine à échapper aux bandits. Presque aveugle en 1910, il revint en France, ayant l’espoir, qui ne se réalisa pas, de guérir et de retourner travailler au Setchoan. Il mourut à Woippy le 15 janvier 1912.

     

    Notes bio-bibliographiques

    C.R., 1877, p. 13­ ; 1883, p. 48­ ; 1885, pp. 199, 203­ ; 1888, p. 80­ ; 1889, p. 67­ ; 1890, p. 70­ ; 1892, p. 93­ ; 1893, p. 111­ ; 1894, p. 129­ ; 1897, p. 93­ ; 1898, p. 92­ ; 1899, p. 117­ ; 1900, p. 93­ ; 1904, p. 107­ ; 1905, p. 70­ ; 1906, p. 90­ ; 1907, p. 116­ ; 1910, p. 96.

    A. P. F., lxii, 1890, p. 98­ ; lxvi, 1894, p. 87.

    B. O. P., 1896. La persécution, p. 587.

    A. M.-E., 1898, p. 223.

    — Le Lorrain, 1900, Lettres, n° du 30 oct.­ ; 1910, Notice, n° du 25 août­ ; 1912, Funérailles, n° du 19 janv.

    Le Tour d’Asie, ii, pp. 234, 241 et suiv. — La miss. lyonn., p. 224.

    • Numéro : 1029
    • Pays : Chine
    • Année : 1869